Stéphane Pulze et le mythe grenoblois

Dans son éditorial du jour, Stéphane Pulze, Grand Reporter au Dauphiné Libéré déplore la fermeture de Fessenheim. Il décrit pourquoi les énergies renouvelables ne sont pas aussi puissantes que les énergies fossiles qui elles, polluent, mais ont l’avantage de nous rendre autonomes et de répondre aux besoins de tous, y compris des futures voitures électriques,  mais que, dit-il, la fermeture de Fessenheim est nécessaire pour le symbole que cela représente. Cependant ; la vie n’est pas un symbole, la vie est réelle, les impacts écologiques et économiques seront lourds, pour la France qui n’a pas d’autres moyens concrets pour agir, afin de permettre une autonomie énergétique suffisante, d’autant plus à l’heure où la « voiture nucléaire » sera façonnée, mise à l’œuvre, créée, demandée par toute une population car elle deviendra soi-disant nécessaire. L’Etat donne même une aide à qui veut passer au propre. Cependant, c’est toujours la même idéologie qui se mord la queue, on incite le soi-disant bon comportement des gens avec de l’argent. Non seulement la proposition idéologique de base est mauvaise : c’est-à-dire l’incitation à l’argent ; mais la voiture, n’est guère mieux. Paradoxalement, notre idéologie « en même temps » est cyniquement ironique ; tristement ironique. Et c’est ce qui représente l’idéologie française. Il n’est concrètement pas possible de fermer les centrales nucléaires tout en incitant les gens à acheter des voitures qui pour rouler, et devant la demande grandissante, seront toujours plus nombreux à demander à ce qu’on réponde à leurs besoins énergétiques et à solliciter les centrales nucléaires ou…les éoliennes, ou les panneaux solaires, ou l’énergie récupérée de nos pédalages à vélos. Par ailleurs, Grenoble, a été construite sur cela : le nucléaire. Le fonctionnement économique, innovant de Grenoble a été fondé sur le nucléaire. Détruire le nucléaire revient à se tirer une balle dans le pied. On se détruit nous-mêmes sous prétexte qu’il faut agir mieux, agir proprement, et agir vite, par pure idéologie, par pur symbole. La concrétisation symbolique du symbole est possible mais insensée. Il faut réfléchir à la façon dont mettre en place tout un renouvellement sociétal, qui soit vital, et non pas sous prétexte d’un symbole de l’économie et l’écologie verte qui rendent impuissamment vert de rage devant la déconstruction de certaines de nos forces françaises. Les prétextes symboliques n’amèneront rien de bon en termes d’économie. Ecrire son propre mythe est une mythologie, on rêve de la vie mais on l’a détruit plus qu’on ne l’engendre.

Fanny Bancillon

Sources :
« Voitures nucléaires » – MichelOnfray.com – Vidéo « les éoliennes ».
Le Dauphiné Libéré – Stéphane Pulze – Fessenheim c’était écrit

Publié par magrenobloise

Webmagazine

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :