« Hirak en Algérie : l’invention d’un soulèvement »

Dans un article du Monde diplomatique paru ce jour, deux journalistes Akram Belkaïd et Hamadache Boualem résument les grandes lignes d’un nouveau livre : « Hirak en Algérie : l’invention d’un soulèvement ». Le titre, pour le moins évocateur, renferme les pages d’analyse d’un mouvement s’avérant chimérique.

L’article commence par la présentation succincte du mouvement Hirak : « En février 2019 débutant en Algérie le Hirak, [est] un mouvement de protestation populaire et pacifique aussi inattendu que massif. Sa première victoire fut la démission du président Abdelaziz Bouteflika, grabataire et pourtant candidat à un cinquième mandat ».

Dirigés par l’économiste Omar Benderra, les auteurs du livre révèlent que « les manifestants, […] ont en effet repris à leur compte la mémoire et les symboles de la lutte contre le colonialisme. »  Ils expliquent  que l’origine de ce mouvement provient de causes profondes « relèv[a]nt de la gabegie régnant dans un pays miné par la corruption et dirigé par un pouvoir n’ayant […] que « mépris pour le peuple »».

Ainsi, « les services de sécurité sont manipulés », « la justice instrumentalisée [est] le relais d’une répression qui s’amplifie depuis le confinement provoqué par la pandémie ». Par ailleurs ce pouvoir, « honni par la population » comme en témoigne Omar Benderra, économiste et ancien président d’une banque publique algérienne, serait malheureusement de mèche avec la France. 

L’article fait également référence à « Histoire secrète de la chute de Bouteflika » de Naoufel Brahimi El Mili ; « fin connaisseur des arcanes du système politico-militaire », qui apprend « comment, au printemps 2018, le « cocaïnegate », une saisie de 701 kilogrammes de cocaïne par la marine algérienne alertée par les services espagnols, fut le prélude au déclenchement d’une guerre de clans au sein du pouvoir, avec l’élection présidentielle de 2019 en perspective ».  Ce livre étaye les arguments d’Omar Benderra car  il éclaire « les compromissions entre dirigeants algériens et français, toujours prompts à mettre en spectacle la comédie des relations passionnelles entre les deux pays pour mieux mener leurs affaires ».

Source :
Le Monde diplomatique – Algérie, le peuple et les clans

Publié par magrenobloise

Webmagazine

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :