Kévin Yumi : la chute d’un enfant

Jeudi 2 juillet 2020, alors que j’épluchais les informations dans la presse locale du Dauphiné Libéré pour en trouver une à me mettre sous la dent et écrire un papier ; voilà que mon œil est attiré par un titre « Grenoble : vol de téléphone, outrage sexiste et clé à molette »[1]. Ce genre d’information est monnaie courante à Grenoble. Mon œil est également interpelé par un autre papier qui glorifie cette fois les policiers ayant arrêté six individus pour trafic de drogue car ces derniers détenaient « une centaine de grammes de cocaïne, plus d’un kilo de haschich, [et] 15 000 euros en espèces [ainsi qu’une] arme de poing ».[2]

Cette dernière information, mérite en effet une attention particulière. Il faut pouvoir encourager, remercier, les policiers, les équipes qui mènent ce genre d’actions que je qualifierais presque d’héroïque tant l’estime de leur travail est bafouée, tant leur propre estime se trouve bafouée du fait de la première, tant ils pensent que leur combat est un combat sans fin, en vain, sans dessein, sans reconnaissance ainsi que l’on a pu le constater par les dires admirables du Ministre de l’Intérieur le 9 juin dernier. Or,  je tiens à leur dire combien je leur suis reconnaissante d’assainir la vie publique et d’arrêter les caïds qui mènent sans foi ni loi, si ce n’est la leur, leur trafic, aux yeux de tous, détruisant les liens de solidarité, la paix sociale, la confiance et la compréhension qu’il peut y avoir au sein des communautés ou de façon plus englobante, au sein de la population française. Le Maire nouvellement élu, Eric Piolle devrait d’ailleurs, à cet égard les remercier publiquement, les encourager, louer leurs bonnes actions plutôt que de fermer l’œil et les déconsidérer, les faisant malheureusement ainsi passer pour des rabat-joies. En tant que Maire, il se doit d’assurer la paix et la sécurité au sein de sa ville dont la réputation, désormais écologiste, cache sur le terrain des guerres des clans, une guerre d’herbes, où la mauvaise graine pousse.

J’en veux pour preuve, en cette matinée du jeudi 2 juillet ce titre donc « Grenoble : vol de téléphone, outrage sexiste et clé à molette ». Il s’avère qu’en le lisant, le nom du jeune homme arrêté Kévin Yomi, me percute. C’est un réel punching-ball pour ma conscience. Ce jeune a été arrêté pour avoir « lourdement draguée » une jeune femme, insulté celle-ci de « sale pute », « dérobé [son] téléphone » et « menacé ceux qui le poursuivaient avec une clé à molette ». Il s’avère que ce jeune homme habitait jadis dans la commune paisible de Saint-Egrève. Cette petite commune réputée pour son calme et qui est aussi gangrenée par la drogue qu’à l’échelle plus globale grenobloise. Ce jeune homme donc, que je connais de vue, se rendait à l’école primaire à deux pas de chez moi et de son ancien chez lui.

Dans mon souvenir, c’était un jeune garçon aimant, joyeux, taquin, qu’on sentait intérieurement actif. A l’école primaire, il était déjà costaud, le corps robuste ; il dégageait ainsi naturellement une force physique, une autorité presque, dont on avait peur. Dont on supposait qu’elle fasse peur. Sa mère manquait à l’époque d’autorité ou en manquât, visiblement. Et, son père était malheureusement absent. Plus tard, le jeune homme, sûrement, avait-il dû faire ce qu’il voulait. Il devint braillard. C’était un élève turbulent à l’école, peu travailleur ou ne voulant guère plus travailler.

Aussi, en face de chez lui, dans un tranquille petit parc municipal autour duquel se dressent de nombreux immeubles, une bande de caïds sévissait. Je ne sais si c’est encore le cas aujourd’hui mais d’après une source, la Brigade anti-criminalité a déjà réalisé des descentes. A l’époque, je ne savais trop ce que ces gens trafiquaient mais je me doutais que leurs actions n’étaient pas moralement agréables, respectueuses, chrétiennes, musulmanes, louables. Je ne sais si ce jeune homme a jadis « traîné » avec eux, ce que je sais c’est que toute cette petite bande habitait au même endroit, dans le même quartier.

Il n’est guère beaucoup sur Terre, et encore moins dans les environs de Grenoble, de personnes portant le même nom, et le même prénom et vivant seul, encore, avec sa mère, comme il vivait autrefois. Ces concordances malheureuses m’amènent à penser qu’il s’agissait de ce petit être déjà turbulent que l’environnement a prédestiné dès l’école primaire. Quelques années ont coulé, et il s’avère qu’aujourd’hui, il passe devant le tribunal correctionnel pour les outrages cités plus haut. Il s’accuse lui-même de skyzophrénie ; entend des voix ; s’excuse ; sa mauvaise conscience devant sûrement lui jouer des tours. Il aurait passé 5 à 6 mois dans un hôpital psychiatrique, d’après les sources proches du dossier mais ce séjour, si l’on en croit l’action qu’il a depuis commis, de l’a pas remis sur le bon chemin ; elle ne l’a pas aidé à s’en sortir.  Le destin de ce jeune égaré, ce destin brisé, est donc remis entre les mains de la justice. Il passera le 24 août prochain devant le tribunal et sera soumis à une nouvelle expertise psychiatrique afin de déterminer ses problèmes mentaux. Ils seront, selon moi, lourds, et difficiles à traiter mais cela sera bien pour lui. Du moins, je l’espère.

En Suisse, la santé mentale est devenue un problème de santé publique majeur. Dans certains cantons, des programmes vont être développés[3].


[1]  Le Dauphiné Libéré – Faits divers – Justice – « Grenoble : vol de téléphone, outrage sexiste et clé à molette » – 2 juillet 2020

[2]  Le Dauphiné Libéré – Fait divers – Justice – « Saint-Martin-d’Hères : six arrestations dans un trafic de drogue » – 2 juillet 2020.

[3] Prospectus de l’UNIL-EPFL.

Publié par magrenobloise

Webmagazine

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :