Politique – « Le sentiment d’insécurité est pire que l’insécurité » selon Eric Dupont-Moretti

Le Garde des Sceaux Eric Dupont-Moretti fantasme l’insécurité au profit d’une vision calme de la société. Il considère en effet, d ‘après ses propos sur Europe 1, que l’insécurité n’existe pas et que le sentiment d’insécurité serait finalement plus dangereux que l’insécurité elle-même. Evoquer ainsi le terme d’ensauvagement serait plus dangereux que de ne rien dire. Il semble en effet normal pour le Garde des Sceaux de ne rien qualifier du tout quant à la vue des vidéos postées par les dealers au quartier Mistral de Grenoble. Le sentiment qui dérange les populations, ce sentiment d’insécurité, ce sentiment d’impunité des délinquants relèveraient du fantasme.

Quelle mauvaise foie, quel aveuglement !

Ce sentiment de peur qui s’installe en vous lorsque vous faites un reportage dans les quartiers sensibles de Grenoble et que vous ne vous sentez pas en sécurité sauf à être accompagnée. Ce sentiment-là, de peur, de peur au ventre que bien évidemment vous contrez, serait à l’entendre, plus dangereux que ce que font les dealers. Pourquoi inverser les rôles ? Pourquoi défendre ceux qui font le mal ? Par peur qu’ils ne fassent encore plus de mal si on les dérange trop ?

Dresser le portrait des quartiers de Grenoble semble nécessaire.

Sur l’avenue Paul Verlaine qui borde le quartier d’Echirolles, de nombreuses femmes, hommes, enfants, roumains, sont assis le long de cette route attendant patiemment un peu d’argent. Ils font l’aumône. Leurs vêtements sales sont portés depuis plusieurs jours. Ils quémandent soit un peu d’argent soit un logement. Le problème est que les roumains à Grenoble n’ont guère bonne réputation. Ils agressent aux couteaux les lycées pour un bout de sandwich, ils agressent sexuellement dans les trams. On raconte, mais ce ne sont que des ouï-dires de la population, que la Mairie ou ses services leur aurait gracieusement offerts l’entrée dans les bus et les trams. Pour rappel, un abonnement TAG à Grenoble coûte 150 euros pour un an avec deux mois offerts. Un abonnement d’un an pour les 25-64 ans coûte 599 euros avec deux mois offerts.

A Echirolles, des voitures brûlent tous les jours. Près du grand Carrefour d’Echirolles, proche du quartier au sein duquel Kévin et Sofiane se sont fait sauvagement assassiner, des hommes en djellaba complète sortent. Ils sont regroupés sur le trottoir, discutent entre eux.

Durant quelques semaines j’ai travaillé en intérim dans une association nommé « Solidarité Femmes Miléna », cette association s’occupe des femmes battues. Le personnel s’occupe de recueillir leurs témoignages, leur attribue un logement, leur assure un suivi avec les membres de l’association. La plupart de ces femmes sont étrangères, certaines sont dans des situations extrêmement difficiles. Elles ne peuvent pas payer le loyer, elles ne travaillent pas et doivent parfois rembourser des dettes auprès des institutions françaises. Le local dans lequel travaille le personnel de l’association a été brûlé, incendié il y a moins d’un an. Ils sont désormais sous protection. Un vigile se situe à l’entrée des locaux et surveillent les entrées et sorties.

A Grenoble, c’est la Piscine des Dauphins qui avait fait parlé d’elle il y a un an. Située toujours à Echirolles, des femmes de l’Alliance Citoyenne s’étaient illégalement introduites dans la piscine en burkini pour « faire évoluer le règlement en vigueur dans les équipements de la ville ». Le Maire de la ville, Eric Piolle ne s’était alors pas prononcé sur la question, ne voulant se mettre à dos aucun électeurs mais ne faisant pas non plus régner l’ordre républicain.

A Saint-Martin-le-Vinoux, communes environnantes de Grenoble, au sein de laquelle récemment des coups de feu et des coups de couteaux se sont donnés entre « deux bandes s’affrontant », il est désormais obligatoire pour les femmes de se recouvrir la poitrine dans les vestiaires. Il est interdit de se laver, en enlevant le haut de son maillot de bain sous la douche.

Cela, monsieur le Garde des Sceaux c’est très concret et nous sommes navrés, en tant que citoyens français que vous ne preniez pas en considération des cris du coeur, et que vous preniez cela pour de la peur plus que pour des choses concrètes et qu’aujourd’hui un tournant dans la société demeure et nous avons peur, en tant que citoyens français de devoir bientôt demeurer cacher, de devoir bientôt voir nos libertés rogner au nom d’une liberté liberticide.

Permettez-moi de vous fournir un dernier exemple, celui de Willy Lavastre. Membre d’une association active sur Grenoble dans les quartiers de Mistral. Cet homme, incite les enfants de ces quartiers à faire de la musique. Ainsi, ils défilent dans les rue de Grenoble le jour de la fête des Tuiles, ils ont ont voyagé au Brésil pour jouer de la Batuka. C’est un instrument, un tambour brésilien. Cette discipline musicale instaurée dans les quartiers permet à ces jeunes de s’en sortirent autrement que par la violence et que par la drogue. Cette année, ils ont parcouru en vélo les montagnes aux alentours de Grenoble. Voilà ce qu’il se fait. Tout ceci est très concret et n’est en aucun cas un sentiment, un fantasme, une imagination, un délire. C’est la réalité.

Quel sont vos sentiments à ce sujet ?

Publié par magrenobloise

Webmagazine

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :