France – Sage ignorance

Madame la Ministre de la Culture intervenait ce midi sur RTL afin de répondre aux questions des journalistes sur différents sujets. Le « grand oral » dit-on.

Depuis son haut château, elle commente ainsi l’actualité, parsème au gré des champs, au fil de l’eau, des mots, des messages subliminaux, des mots symboliques qui sont aussi rares que l’or tombé du ciel.
Ses quelques gouttes de mots, sont attendues avec espoir. Un espoir qui vous emplie le cœur, l’espoir d’aimer ceux qui vous représentent, et l’espoir surtout d’être compris. Dès lors, et comme dans les anciens temps, lorsque la télévision n’existait pas,  vous vous pressez d’allumer la radio, presque heureux, d’entendre, d’écouter, vos représentants politiques. Ce grand espoir, ce souffle de vie que l’on attend n’est pas, n’est rien. L’eau qui tombe du ciel est aussi sèche que le Sahara. Elle est comptée, pesée, sous-pesée. Pas un gramme d’amour n’est distribué. On se sert d’une famille qui, croit-on, représente la population moyenne, on admet des réalités, terrible fléau pour ceux qui vivent dans une bulle d’or, puis quand vient l’heure d’affronter la réalité en face, que l’heure est grave, il n’existe plus de mots, l’eau s’est tarie, la langue de Molière si vivante, si riche, si enivrante, n’existe plus, se tait, pour laisser place à une langue de bois. Le bois, qui, pour ceux qui le travaillent est une matière si noble, si belle. Elle transforme les mains des bûcherons en mains d’hommes, en mains d’honnêtes travailleurs, en honnêtes hommes. Ce sont les alchimistes d’autrefois. La matière sous cette forme et dans cette langue s’est avilie. Les êtres sont réduits à de pures et impropres caricatures. A qui la faute ?

De son palais royal, cette vie élyséenne ornée d’or, ignore tout de l’enfer sur terre. Ils ne connaissent pas la Nature et nous devons rappeler à ces dieux de l’Olympe que nous sommes mortels. Madame Bachelot imagine un monde culturel fait de joyaux et de strass emplit des beautés d’autrefois. Cette beauté n’est possible que dans les livres. Elle est inexistante aujourd’hui. La France a soif et le fonctionnement dans lequel elle a plongé depuis des années lui met la corde au cou. Elle est irréelle, elle n’existe plus. L’ironie du sort, l’ironie de l’histoire et le plus tragique dans tout cela c’est que le peuple s’en rend compte mais pas ses représentants. On se demande dès lors qui connaît mieux la France.

Tenez mes amis : Buvez :

9.

« Zarathoustra dormit longtemps et non seulement l’aurore passa sur son visage, mais encore le matin. Enfin ses yeux s’ouvrirent et avec étonnement Zarathoustra jeta un regard sur la forêt et  dans le silence, avec étonnement il regarda en lui-même. Puis il se leva à la hâte, comme un matelot qui tout à coup voit la terre, et il poussa un cri allégresse : car il avait découvert une vérité nouvelle. Et il parla à son cœur et il lui dit :

Mes yeux se sont ouverts : J’ai besoin de compagnons, de compagnons vivants, – non point de compagnons morts et de cadavres que je porte avec moi où je veux.
Mais j’ai besoin de compagnons vivants qui me suivent, parce qu’ils veulent se suivre eux-mêmes – partout où je vais. Mes yeux se sont ouverts : Ce n’est pas à la foule que doit parler Zarathoustra, mais à des compagnons ! Zarathoustra ne doit pas être le berger le berger et le chien d’un troupeau !
C’est pour enlever beaucoup de brebis du troupeau que je suis venu. Le peuple et le troupeau s’irriteront contre moi : Zarathoustra veut être traité de brigand par les bergers.
Je dis bergers, mais ils s’appellent les bons et les justes. Je dis bergers, mais ils s’appellent les fidèles de la vraie croyance.
Voyez les bons et les justes ! Qui haïssent-ils le plus ? Celui qui brise leurs tables des valeurs, le destructeurs, le criminel : – mais c’est celui-là le créateur.
Voyez les fidèles de toutes les croyances ! Qui haïssent-ils le plus ?
Celui qui brise leurs tables des valeurs, le destructeur, le criminel : mais c’est celui-là le créateur.
Des compagnons, voilà ce que cherche le créateur et non des cadavres, des troupeaux ou des croyants. Des créateurs comme lui, voilà ce que cherche le créateur, de ceux qui inscrivent des valeurs nouvelles sur des tables nouvelles.
Des compagnons, voilà ce que cherche le créateur, des moissonneurs qui moissonnent avec lui : car chez lui tout est mûr pour la moisson. Mais il lui manque les cent faucilles : aussi, plein de colère, arrache-t-il les épis.
Des compagnons, voilà ce que cherche le créateur, de ceux qui savent aiguiser leurs faucilles. On les appellera destructeurs et contempteurs du bien et du mal. Mais ce seront eux qui moissonneront et qui seront en fête.
Des créateurs comme lui, voilà ce que cherche Zarathoustra, de ceux qui moissonnent et chôment avec lui : qu’à-t-il à faire de troupeaux, de bergers et de cadavres !
Et toi, mon premier compagnon, repose en paix ! Je t’ai bien enseveli dans ton arbre creux, je t’ai bien abrité contre les loups. Mais je me sépare de toi, le temps est passé. Entre deux aurores une nouvelle vérité s’est levée en moi.
Je ne dois être ni berger, ni fossoyeur. Jamais plus je ne parlerai au peuple ; pour la dernière fois j’ai parlé à un mort.
Je veux me joindre aux créateurs, à ceux qui moissonnent et chôment : je leur montrerai l’arc-en-ciel et tous les échelons qui mènent au Surhumain. Je chanterai mon chant aux solitaires et à ceux qui sont dans la solitude ; et quiconque a des oreilles pour les choses inouïes, je leur alourdirai le cœur de ma félicité. Je marche vers mon but, je suis sur ma route ; je sauterai par-dessus les hésitants et les retardataires. Ainsi ma marche sera le déclin ! »

Publié par magrenobloise

Webmagazine

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :