France – Guerre féministe, guerre séparatiste

Le 9 septembre 2020, le musée d’Orsay devait s’excuser pour le refus d’un de ses agents, de laisser rentrer une jeune femme dont le décolleté outrancier avait offusqué, offensé des yeux saints. Aujourd’hui, les Femen ont envahi le Musée en signe de protestation, soumettant et ridiculisant un peu plus l’institution, l’image de la France qui est désormais à genoux, écorchée, blessée, à terre.

Remettons les choses en contexte. Les Femen, que j’admirais lorsqu’elles ont commencé à poindre le bout de leur nez dans l’actualité, viennent d’Ukraine. Leurs revendications sont justes, mais en Ukraine. Là-bas, la place des femmes est bafouée, elles sont inconsidérées, muselées par les religieux qui dictent les ordres aux hommes au pouvoir. La religion est au centre. Certaines femmes qui revendiquent leurs droits, sont enlevées par les services secrets, jetées telles des ordures. Un reportage de l’époque évoquait que l’une des Femen, s’était faite emmenée dans le coffre d’une voiture et jetée en forêt. C’est le patriarcat qui dirige le pouvoir russe. La femme n’a pas sa place dans ce système. Les plus chanceuses d’entre elles s’expatrient dans d’autres pays (France, Suisse) pour pouvoir étudier.

Il existe différents réseaux pour que les femmes russes et/ou ukrainiennes rencontrent des Occidentaux, seule façon pour certaines de se sortirent de leur condition. Des sites de rencontres, des organismes favorisent dorénavant cela. Les trafics et les réseaux de prostitution usent et abusent des femmes. Ils s’imprègnent également en France avec des réseaux de Roumanie, de Russie. C’est malheureusement ce qu’il y a de plus mauvais et je suis désolée de montrer les aspects les plus négatifs de ces cultures, de ces hommes, mais tout cela, et nous en avons tous, ce sont la croix et la bannière des peuples. Il y a d’autres aspects positifs de la Russie, tels ses monuments orthodoxes, la beauté foisonnante de son architecture, sa littérature, ses parures d’or. Et puis il y a cette gangrène qui j’imagine muselle des femmes soumises, entièrement soumises et vouées aux hommes. Inna Shevchenko et d’autres Femen ont ainsi bravé l’impossible en détruisant des croix devant certaines églises orthodoxes pour signifier leur présence et exiger le respect de la part des hommes parfois odieux, aux pratiques odieuses, il faut bien l’avouer. La femme n’a pas sa place dans la société.

Revenons désormais en France. C’est dans la patrie française que les Femen originelles se sont installées, par protection car bannies de leur pays et vivant en insécurité. Il y a quelques années, j’ai pu les rencontrer. Un membre éloigné de ma famille avait intégré le groupe. Chose qui n’est plus le cas à présent. Je m’étais alors rendue à leur local. Un bâtiment abandonné, au sein duquel elles logeaient. Elles s’entraînaient, réfléchissaient à leur combat et se préparaient. Car les Femen sont des activistes. Elles s’entraînent physiquement telles des guerrières pour la guerre, pour les combats. Elles font de la boxe, et d’autres exercices aussi physiques et difficiles soient-ils pour faire la guerre. Mais ce combat n’est pas juste. La haine de ces femmes envers les hommes se heurte à un mur. Elles dédaignent l’homme « russe », au pouvoir depuis 20 ans, qui ne reconnaît aucun droit des femmes, elles en veulent aux hommes de culture musulmane qui ne reconnait pas de liberté pour la femme, mais avec l’homme Français, elles se trompent de combat, elles lui veulent sa connaissance et sont prêtes à tout casser pour cela alors qu’il est le seul à pouvoir offrir la liberté. Il n’est qu’à analyser sociologiquement ce groupe, il n’est qu’à regarder la culture originelle de ces femmes pour considérer que leurs combats sont justes mais pas en France, c’est hors contexte et insensé.

Castaner par son symbole du genoux à terre a castré les hommes.

En France le combat est tout autre, il est raisonnable. Il est intelligence. Il est mérite. Il est devoir. Il est soumission à l’apprentissage et à l’éducation. C’est ce à quoi ces femmes ne sont pas prêtes mais c’est le seul moyen qui accompagne la liberté. Qui sont ceux qui nous apprennent ? C’est le mal blanc occidental, c’est Eric Zemmour, c’est Michel Onfray, c’est le père. C’est aussi la mère. C’est l’instituteur, l’institutrice, le professeur, la professeure, c’est aussi le ou la garde à l’entrée du Musée d’Orsay qui refuse de laisser entrer une femme au décolleté outrancier dans une institution prestigieuse. Ce n’est pas la plage. Ce sont tous ces gens que nous avons dédaigné car nous étions et nous le sommes encore ignorantes. Mais l’ignorance se combat, elle se gagne, par la réflexion, par l’apprentissage, et non pas par la sauvagerie barbare qui exige d’émanciper la femme, le corps par son exhibition. Cela fait des années que la force de la femme est représentée par des combats exhibitionnistes en tout genre, ce sera celle qui montrera le plus son cul qui sera la plus féminine/féministe : Beyoncé, Rihanna, Mariah Carey, Miley Cirus, toutes ces femmes qui s’affichent sur les réseaux sans aucune retenue, sans aucune pudeur, invitent les femmes à la déchéance sexuelle. Comment voulez-vous que les hommes respectent les femmes si on apprend aux femmes, si on incite les femmes à sexualiser à outrance leur corps, en l’exhibant de façon outrancière et en demandant d’un autre revers de main à ce que les hommes n’abordent pas, n’agressent pas etc ? C’est comme demander à une pute de ne pas se faire aborder. Par ces actes, les Femen desservent la cause émancipatrice des femmes, elles exercent un séparatisme sexuel à dénoncer, les hommes qu’elles bafouent, qu’elles détestent en France sont ceux auxquelles elles doivent se soumettre pour apprendre. Mais elles n’en ont point conscience car elles préfèrent agir, par coup de poing, pour faire parler d’elles. Comment font-elles avancer la cause des femmes ? Les femmes sont-elles mieux représentées dans l’espace public, grâce à cette action ? Non. Les femmes sont-elles plus crédibles grâce à cette action ? Non. Les femmes seront-elles mieux respecter pour leur décence ? Non. Les femmes seront-elles vue comme étant plus pacifistes, plus intelligentes et non sauvages ? Non. Elles se mettent à nue dans un lieu de création, dans un lieu qui en appelle à l’intelligence, à la patience, à la minutie, à l’ordre, au respect de la beauté naturelle, à la soumission à l’ordre des choses qui relève de l’intemporel, de la nature, à l’humilité. Elles abîment leur corps, le jettent en pâture dans un lieu voué ô combien à son culte. Mais cela, si elles ne l’apprennent pas, elles ne peuvent pas le savoir et ne le comprennent pas. C’est tout ce qui est respectable en France. L’avancée par l’intelligence.

Publié par magrenobloise

Webmagazine

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :