France – L’intelligence de la propreté

J’ai commencé à travailler ce jour, dans une grande entreprise, dont je tairais le nom. Je suis employée en tant qu’hôtesse de caisse. Le mot de caissière ne se prononce plus, trop salissant, trop incommodant, trop désuet, trop avilissant. La tâche reste pourtant la même mais le nom que l’on donne, soi-disant mélioratif donne une estime de soi à la personne qui le pratique. C’est un leurre, une tromperie de l’esprit car la pratique reste inchangée et c’est pourtant la pratique qui est avilissante.

Rester des heures assise ou debout, a bipper les produits, à échanger deux mots un « bonjour » et un « au revoir » avec une personne, regarder le temps s’écouler, se dire qu’il vous échappe, que ce fil du temps jamais ne se remontera, qu’il passe tel un filet d’eau entre vos mains, entre vos doigts impuissants et que vous devez vous plier à cela pour l’argent. Pour une simple subsistance financière. N’est-ce pas horrible ? Nous forçons le corps à faire ce qu’il ne veut pas, nous le tuons à exécuter des choses qu’il ne veut pas faire pour de l’argent. Nous violons notre propre corps, nous ne le respectons pas en ces instants. Lui qui peut jouir dans d’autres formes de travaux plus atroces, plus difficiles mais dans lesquelles il jouit de sa propre vie et non ne la subit.

Le premier test d’entrée dans ce magasin m’a semblé aberrant, c’est là où la bêtise humaine est poussée à son paroxysme, à son apogée, l’intelligence humaine rabaissée à tout qu’elle a de plus morbide. Avant d’intégrer l’équipe et de m’atteler à ma tâche, un test informatique au COVID est proposé. Durant 10 minutes j’ai du répondre à des questions sur ce que j’avais le droit de faire ou de pas faire au regard du COVID. Faut-il se serrer la main ? Si un collègue s’approche de vous faut-il s’en éloigner d’un mètre ? Faut-il lui rappeler les gestes barrières ? etc. etc. Deux vidéos défilent caricaturant tous les gestes barrières qu’il faut avoir : dès que l’homme touche le volant de la voiture il se désinfecte les mains, dès qu’il touche le bouton de l’ascenseur, il se désinfecte les mains, dès qu’il retouche le même bouton de l’ascenseur il se redésinfecte les mains, dès qu’il touche une poignée il se désinfecte les mains, etc, etc, durant 3 minutes. Puis viennent ensuite des questions, pour voir si vous avez bien compris. Si c’est le cas, vous obtenez 100% vous êtes donc intelligent et ne voulez pas de mal à votre voisin. Ce genre de test est l’apogée de la bêtise humaine, l’entreprise se saisit d’un problème humain c’est-à-dire non binaire et lui ôte toute son intelligence par sa gestion. Rien ne garantit en effet à l’entreprise que l’employé respectera les gestes nécessaires à la propreté. Mais cela rassure, cela atteste d’un « bon sens » qui est en fait une régression puisque nous prenons les individus pour des imbéciles. Le sont-ils ? Le niveau d’éducation est-il si faible que cela pour qu’on en vienne à de tels procédés ? Ou les dirigeants sont-ils trop bêtes pour penser leurs employés intelligents ?

La question se pose des deux côtés.

Publié par magrenobloise

Webmagazine

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :