France – Trouble à l’ordre public

Je me suis trompée.

Sur la question du voile, lorsque j’ai vu ces représentants se lever, j’ai admiré leur courage face à ce qui représente l’oppresseur qui s’est insinué au sein de la République, au sein des institutions et ont risqué sa vie pour elle. Et puis j’ai écouté sur les ondes la façon dont les gens réagissaient. J’ai entendu Mourad Boudjellal répondre au micro des GG et qui finalement pensait à l’envers en disant ils sont partis ce n’est pas bien, ils laissent la place. C’est vrai que d’une certaine manière ils peuvent laisser la place à la personne qui du coup dit ce qu’elle aura à dire sans contradicteurs possibles mais je pense que les personnes finalement les plus sensibles au débat public sont justement celles qui sont parties. Ce manque de discernement de ma part, cette remise en question d’un acte volontaire, cette atténuation est une erreur de ma part qui floute le débat public, le débat politique qui occulte d’une certaine manière le fait que l’islam, quoiqu’on en dise s’est immiscé dans la vie publique et politique. Je ne sais pas quoi dire sur ces questions-là, je suis ignorante, je suis impuissante, la seule chose que je sais et dont je me rends compte sur le terrain c’est qu’il y a une sorte de défiance entre celles qui sont voilées et celles qui ne le sont pas. Je voudrais que chacune respecte les volontés de l’autre, mon non-affichage affiche malgré moi un affichage pour celles qui affichent et qui peut m’être fatal parce que je ne suis pas affichée. Je ne veux pas afficher ma religion, mes croyances dans l’espace public. Je veux être une citoyenne neutre, au service de la République. La question des religions me dépasse je suis navrée d’avoir troublé l’ordre et l’espace public. J’ai été influencée et j’ai ainsi dérogé à l’ordre Républicain, j’ai troublé l’espace public par mon intervention d’une ignorance totale qui peut avoir de graves conséquences et créer des césures entre ce qui nous rassemble, la République, et contre laquelle des ennemis existent bel et bien.

Ainsi, loin d’effacer ce fait, comme le disait Socrate : « La seule chose que je sais, c’est que je ne sais rien. »

Publié par magrenobloise

Webmagazine

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :