France – Médecine

Dans une vidéo publiée hier, mardi 22 septembre, le professeur Didier Raoult présentait les résultats, grâce à des graphiques, l’évolution de l’épidémie en France et dans le monde. Il évoquait les virus mutants, il évaluait les méthodes de diagnostic par PCR. L’un des collaborateurs à l’IHU, spécialiste dans l’analyse des données, ayant réalisé notamment les méta-analyses sur l’efficacité de la chloroquine contre le COVID 19 présentait ces derniers travaux.

Il indique : « Dans les études cliniques qui utilisent la chloroquine le risque de mortalité est divisé par deux. Les études de Big Data qui sont faites sur des fichiers électroniques sans avoir de patients sont beaucoup moins précises avec des résultats beaucoup plus hétérogènes. Mais finalement lorsque l’on prend en compte toutes les études que l’on peut inclure on arrive à un résultat très significatif sur la mortalité. Des études sont exclues, celles qui traitent les patients avec 2.4 grammes d’hydroxychloroquine dans les premières 24h, et celles (notamment américaines) qui sont basées sur des présomption cliniques (jugement fondé non sur des preuves, mais sur des indices, des apparences, sur ce qui est probable sans être certain) avec seulement 60% des gens qui ont une PCR positive. Pour l’excrétion virale les résultats concluent à une efficacité, très peu d’études, pas d’études à notre connaissance qui ont évalué la persistance de l’excrétion virale aux USA mais on a beaucoup d’études d’Asie, du Pakistan qui confirment qu’il y a une réduction de l’excrétion virale d’un facteur d’à peu près 2. C’est-à-dire que la probabilité d’être positif à un moment donné est divisé par deux avec les dérivés de la chloroquine. [Il reprendra] les détails et les inclusions de cette méta-analyse dans un cours qui sera fait plus tard aux internes ».


Définitions :

La PCR, « Polymerase Chain Reaction ou réaction de polymérisation en chaîne, est une technique d’amplification enzymatique permettant d’obtenir un grand nombre de copies identiques d’un fragment d’ADN. Elle permet ainsi d’obtenir plusieurs centaines de microgrammes d’ADN à partir de moins de 1 pictogramme d’un gène, soit une amplification de l’ordre du milliard. »

Une enzyme est une protéine catalysant une réaction biochimique.

Une étude randomisée « est l’étude d’un nouveau traitement au cours de laquelle les participants sont répartis de façon aléatoire dans le groupe témoin et le groupe expérimental. »



Sources :

IHU – Youtube – https://www.youtube.com/user/ifr48

Publié par magrenobloise

Webmagazine

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :