France – Tenue correcte exigée

Il y a une semaine exactement, le 16 septembre, le ministre de l’Education nationale s’exprimait au sujet des tenues vestimentaires des filles suite au mouvement dit « féministe » des jeunes filles qui souhaitent s’habiller en crop-top ou autres tenues pour aller au collège/lycée. « Il serait temps qu’on est dans notre pays, sur ce genre de sujet, des positions équilibrées, indiqua-t-il. Entre ceux qui veulent qu’on ne voit pas leur visage et ceux qui veulent avoir des tenues de tous ordres, je pense qu’il y a tout simplement une sorte de grand bon sens qu’on doit voir. Un grand bon sens qu’on voit d’ailleurs dans les règlements intérieurs des établissements. Les chefs d’établissements sont dans leur rôle à faire respecter des tenues normales, tout simplement. De ce point de vue-là, on doit se garder des extrémités, on doit être dans une position d’équilibre et de bon sens. Il suffit de s’habiller normalement et tout ira bien. Ce qui est dommage c’est que l’on cherche à opposer les gens les uns aux autres, sur des sujets finalement simples […]. »

Un témoignage à retrouver sur le site de BFM TV.

Dans son éditorial pour RTL, lundi 21 septembre, Natacha Polony se désolait de la polémique à venir autour de l’expression « tenue républicaine » évoquait par le ministre le matin même sur cette même radio. Elle analysait le débat par ces mots :

« Des lycéennes et des collégiennes ne sont pas des femmes adultes. Ce sont des mineurs et surtout elles sont dans un lieu, l’école, dont l’objet n’est pas de mettre en avant leur merveilleuse  individualité mais d’acquérir des savoirs qui les feront grandir. L’école ce n’est pas un lieu d’expression des libertés mais d’apprentissage de la liberté. […] Les tenues qui selon ces jeunes filles expriment leur liberté de disposer de leur corps sont en fait le produit d’une industrie de la mode qui sexualise à outrance les jeunes filles. Donc ce mouvement est plein de bonnes intentions mais c’est une conception réductrice et même un peu hypocrite du féminisme parce qu’en fait cela revient à criminaliser le désir que les garçons peuvent éprouver devant le corps des filles. Mais ce n’est pas le désir qui pose problème, c’est quand ce désir s’impose à l’autre. Alors certains dans cette société veulent voiler le corps des filles pour supprimer le désir des hommes parce qu’en fait les femmes seraient coupables de ce désir des hommes mais du coup on en a d’autres qui veulent nier ce désir et c’est le même principe que les naturistes qui vous expliquent que le corps nu ce n’est qu’un amas de chair. Est-ce qu’on ne pourrait pas envisager une société dans laquelle le désir ce ne serait pas coupable mais sain et plaisant ? Pour cela il faut assumer qu’il existe, même entre filles et garçons ; et du coup il faut en tenir compte ; et pour cela on éduque les garçons et les filles et on leur apprend aussi à se libérer des injonctions de la mode, de la sexualisation des corps. Et pour l’école et parce que c’est un lieu à part on établit des règles vestimentaires pour garçons et filles, un vêtement à peu près commun, ca limite la course à la mode, parce que la liberté c’est pas de faire ce que l’on veut, c’est s’émanciper de toutes formes de prêt-à-penser. »

L’hypersexualisation des garçons est également à prendre en compte dans ce débat. La rapisation du monde a créé une scission entre les femmes et les hommes et touche les jeunes générations. L’éducation sexuelle est-elle indispensable ? Le rétablissement de normes, de respect entre les deux sexes est-il nécessaire ? Une considération des professeurs non pas sur le sexe mais sur les capacités scolaires, le savoir favorise l’entente et non pas la distinction des genres. L’éducation sexuelle intervient dans la famille avec la façon dont les parents regardent, considèrent l’enfant. Dans une famille où être une fille est un carcan et où être un homme est un carcan également, l’école doit être un lieu dans lequel ces carcans n’existent pas, sont rompus, pour l’émancipation, grâce au savoir. Il est des lieux d’apprentissage dans lesquels s’extraire du carcan est plus difficile du fait d’une majorité de personnes enfermées dans ces carcans, par manque d’éducation. Ce serait là, me semble-t-il les endroits où l’éducation nationale aurait intérêt à intervenir. Il faut gérer les extrémités de plus en plus nombreuses pour créer une norme.

Editorial à retrouver sur RTL

Publié par magrenobloise

Webmagazine

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :