Front Populaire – Les Amish et la 5G : Emmanuel Macron et l’art du manichéisme

ARTICLE. Lorsque le président résume les discussions autour de la 5G à une opposition entre la continuité du progrès et « le modèle Amish », il poursuit une logique entamée au cours de sa campagne en 2017 qui voue le débat politique à tomber dans un manichéisme insupportable.

Les Amish et la 5G : Emmanuel Macron et l’art du manichéisme

C’est un rendez-vous que le président de la République a pris l’habitude d’honorer depuis son investiture : la rentrée de ladite French Tech. Cette année, Emmanuel Macron recevait à domicile. Comme relevé par de nombreux journalistes il y a deux semaines, c’est en effet dans la salle des fêtes de l’Élysée que se tenait le France Digital Day version 2020. Comme toujours devant les entrepreneurs de ce monde à part, le président a misé sur la décontraction. Les années précédentes, les interventions du chef de l’État étaient surtout remarquées grâce à son immersion totale dans le milieu de l’entrepreneuriat version XXIe siècle, maniant à la perfection cette malicieuse langue hors-sol mélangeant anglais et français. En effet, Emmanuel Macron et la French Tech appartiennent au même univers. Preuve en est, cette phrase prononcée par l’entourage du président dans une dépêche AFP à l’ouverture du France Digital Day l’année dernière, actant l’avènement de la start-up nation : « Nous avons besoin d’investisseurs qui sont prêts à prendre plus de risques, dans le prolongement des efforts qui ont été faits depuis deux ans ».

Mais cette année, les divers commentateurs auront principalement retenu une phrase du président sur la nouvelle génération de téléphonie mobile dont le déploiement est en cours en Europe, la 5G. Selon Emmanuel Macron, ceux qui la refusent prônent un « retour à la lampe à huile », sur la base d’un « modèle Amish ». Il faut rappeler que divers élus de gauche, adoubant la demande de la convention citoyenne pour le climat, avaient précédemment réclamé la tenue d’un moratoire sur le sujet, avant la mise aux enchères des fréquences auprès des opérateurs mobiles à la fin septembre. Il ne s’agit évidemment pas de faire un symbole de la phrase du président de la République, déjà largement commentée, ni de lui conférer une importance démesurée. Elle n’en reste pas moins le signe d’une rhétorique continue chez Emmanuel Macron, visant à confisquer la discussion pour la rendre toujours plus manichéenne.

En effet, en évoquant une opposition entre les pro-5G et les Amish — dont le mode de vie n’est pas aussi déconnecté que le chef de l’État le présente —, il rend de fait le passage à cette nouvelle technologie inéluctable, empêchant toute nuance. Il faut rappeler qu’au cours de sa campagne pour l’élection présidentielle de 2017, le candidat Emmanuel Macron était déjà dans une logique éminemment manichéenne. Partant du postulat de l’abolition du clivage entre la droite et la gauche, deux espaces hétéroclites, il avait théorisé une confrontation entre le progressisme d’un côté et le nationalisme de l’autre. Ce nouveau clivage a d’ailleurs été exploité au cours du quinquennat dans le livre publié par les anciens conseillers du président, Ismaël Emelien et David Amiel, intitulé Le Progrès ne tombe pas du ciel. En résumé, si vous n’adhérez pas à La République en marche, vous êtes d’extrême droite…

Une rhétorique d’autant plus délétère qu’elle empêche le débat de se porter sur des sujets qu’il faut impérativement aborder. Il paraît évident que la question n’est pas de savoir si oui ou non la France passera à la 5G. En effet, en plus des arguments en faveur de l’évolution connus de tous (automatisation des transports, concurrence face aux autres puissances européennes, etc.), il y a un impératif écologique : cette nouvelle technologie mobile émet moins de gaz à effet de serre que la 4G, tandis que la multiplication du nombre d’utilisateurs semble inexorable. Mais au-delà des modalités techniques de la 5G, il faut aussi consacrer la discussion à des sujets plus pratiques, mais néanmoins essentiels : le fournisseur du service (Huawei, Nokia…), la connexion des zones blanches, etc. Alors que les écologistes semblent renvoyer le débat au problème des ondes, il revient au président de la République d’offrir aux échanges de vues sur la 5G un cadre digne de ce nom et d’abandonner les anathèmes.

Publié par magrenobloise

Webmagazine

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :