Front Populaire – La France peut-elle se passer complètement du glyphosate ?

ARTICLE. L’Anses vient d’annoncer des restrictions d’utilisation du glyphosate pour la viticulture, l’arboriculture et les céréales sur l’ensemble de l’Hexagone. Pendant deux ans, l’Agence a examiné les alternatives non chimiques à cet herbicide controversé et reconnaît qu’il sera difficile de l’abandonner définitivement.

La France peut-elle se passer complètement du glyphosate ?

C’est un rapport qui va faire réagir tant il prévoit de bouleverser les pratiques agricoles en France. L’Anses (Agence nationale de sécurité sanitaire) vient de rendre les conclusions d’une vaste étude entamée en 2018 sur les alternatives possibles au glyphosate. Demandée par le gouvernement, elle s’inscrit dans le plan de sortie de l’utilisation de cet herbicide polémique. Dans ce rapport qui doit prend effet immédiatement, l’Anses affirme que les produits contenant du glyphosate ne pourront plus être vendus que dans le cadre d’usages restreints, là où aucune alternative non chimique n’a été identifiée : »L’usage de la substance est dorénavant restreint aux situations où le glyphosate n’est pas substituable à court terme. Cette limitation des conditions d’emploi et des doses par hectare contribuera à réduire les quantités de glyphosate utilisées en France ».

Ces restrictions concernent donc la viticulture, l’arboriculture fruitière, les grandes cultures (céréales, colza, tournesol) et les forêts, car le glyphosate peut être le plus souvent remplacé, en particulier par des moyens mécaniques (désherbage à la main ou à l’aide de machines spécialisées…). Les doses annuelles maximales par hectare doivent être réduites de 80% pour la viticulture, de 60% pour l’arboriculture fruitière et les grandes cultures. Reste à savoir si ces nouveaux usages ne pèseront pas sur les agriculteurs, car de nouvelles pratiques et de nouvelles machines engendrent de nouveaux coûts. Les seuls domaines qui ne seront pas concernés seront le désherbage des voies ferrées, des aéroports ou des sites industriels car aucune alternative efficace n’a été trouvée.

Globalement, les études scientifiques sur le glyphosate ne relèvent pas de danger caractérisé. En mars 2015, une étude du Centre international de recherche contre le cancer (CIRC), dépendante de l’OMS, avait certes identifié un risque cancérogène. Mais trois autres études parues en 2016 et 2017 dont deux commandées par l’Organisation mondiale de la santé (OMS) et l’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) avaient jugé « peu probable » que le glyphosate soit cancérogène « chez les humains exposés par l’alimentation ».

Fraîchement élu, Macron avait promis que l’herbicide serait proscrit en France « dès que des alternatives auront été trouvées, et au plus tard dans trois ans ». « L’engagement du président de la République sur la sortie du glyphosate dans trois ans est un engagement clair », avait réaffirmé le porte-parole de l’époque Benjamin Griveaux. Mais début 2019, Macron avait rétropédalé en affirmant que la France ne parviendrait pas à se passer « à 100 % » du glyphosate. Pourtant, l’usage de cette molécule a déjà été remis en cause à l’échelle locale en France par l’action d’un collectif de maires qui ont pris des arrêtés – rapidement annulés par la justice administrative – d’interdiction ou de restriction.

Les grandes ambitions de Macron en matière d’interdiction de pesticides de synthèse -réduire de 50% l’utilisation des pesticides de synthèse en général d’ici 2025- laissent les défenseurs de l’environnement plus que sceptiques. D’autant plus que le gouvernement vient de ré-autoriser les néonicotinoïdes au sein de la filière betterave, pourtant hautement controversés.

Publié par magrenobloise

Webmagazine

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :