Front Populaire – Post-confinement : les écoles parisiennes se vident

ARTICLE. Le rectorat de Paris annonce une baisse de fréquentation de ses écoles publiques et privées. Côté public, ce sont 3723 élèves en moins par rapport à la rentrée dernière, désormais scolarisés en dehors de la capitale

Post-confinement : les écoles parisiennes se vident

La capitale a-t-elle perdu de son attractivité ? Pour certains parents d’élèves, il faut croire que oui, notamment pour ce qui concerne les écoles primaires et maternelles qui accueillent chaque année toujours moins d’élèves.

Le confinement pourrait avoir eu un effet d’accélérateur. Comme nous le rapportions jeudi dernier, en analysant le dernier baromètre Qualitel-Ipsos sur la qualité du logement, un nombre non négligeable de parisiens, et surtout de couples avec enfants ont manifesté leur envie de déménager hors de la capitale, en réaction aux conditions de vie durant la période du confinement. De plus, comme l’avait révélé une étude de l’Insee publiée fin août, 17% des parisiens avaient quitté la ville durant le confinement. Une partie d’entre eux n’est pas revenue.

Certains, comme le maire adjoint (PS) à l’éducation, Patrick Bloche, invitent à ne pas trop sur-interpréter les effets du confinement et parlent d’une baisse « structurelle ». Il est vrai que la baisse de fréquentation des établissements scolaires parisiens ne date pas de 2020. Elle est constante depuis 2015. Entre 2015 et 2019, les chiffres du rectorat de Paris montrent que la capitale a perdu 7,9% de sa fréquentation globale. Si certains arrondissements restent peu touchés, comme le 14ème (-0,7%), le 16ème (-1,9%) et le 17ème (-0,8%), d’autres subissent une hémorragie lente depuis ces dernières années, avec des baisses de fréquentation supérieures à 10%, comme le 7ème (-12,2%), le 9ème (-13,1%) ou encore le 3ème (-14,6%).

Ce lent mouvement de reflux collectif est même plus ancien encore, comme le confirme le rectorat de Paris au Parisien : « Nous sommes sur une diminution constante depuis dix ans. En 2019, on enregistrait 2770 élèves de moins, en 2018 : 2095. Mais, sur cette rentrée, la baisse est plus forte qu’escomptée. » Naturellement, on pourrait tout simplement penser à une fuite du public vers le privé, mais tel n’est pas le cas. Pour la première fois depuis 20 ans, les écoles privées parisiennes perdent également des élèves dans le premier degré. Une diminution certes légère (0,8%) mais qui signe malgré tout un changement.

Comme le précise au Parisien Etienne Tercinier, responsable des ressources humaines au diocèse de Paris : « En vingt ans, jamais l’enseignement catholique à Paris n’avait enregistré une perte d’élèves. Paris se vide de ses enfants pour deux raisons : le prix de l’immobilier qui empêche les familles de devenir propriétaires. Et on constate un effet Covid. Des parents, en mesure de télétravailler, ont expliqué aux directeurs de nos écoles partir de Paris pour s’installer en province. »

S’il est difficile d’en faire le seul élément déclencheur de la fuite des élèves, le confinement aura en tout cas confirmé et accéléré une tendance de fond : une défiance pour Paris intra-muros, où le prix prohibitif des loyers (environ 10 000 euros le mètre carré) est de moins en moins compensé par une douceur de vivre en voie de raréfaction avancée, et un recours au télétravail qui implique une plus grande mobilité des cadres.

Publié par magrenobloise

Webmagazine

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :