CEDH

J’écoutais ce matin avec intérêt Jérôme Bigot, Monsieur Karam dont les analyses sont révolutionnaires, réalistes, encourageantes, et malheureusement trop vraies. Je lisais hier une interview du Général De Villiers dans les colonnes du Figaro sur toutes les actions à mettre en oeuvre pour faire cesser l’oppression islamiste. Je lisais encore l’analyse d’Eric Zemmour sur la volonté de la Turquie de créer un Qualifat et tous les endroits qu’elle a implanté. La transformation de St Sophie en Mosquée en dit long sur la puissance religieuse. Ce seul objet, devrait à lui seul réveiller une nation entière, un continent entier. Que font les médias ?! Je lisais avant-hier encore un article, dans le Figaro toujours, qui montrait les destructions qu’avaient engendré Daesh sur tous les monuments historiques chrétiens et autres. Daesh a infesté le monde, Daesh est partout, Daesh est chez-nous. Daesh est chez nous, voilà ce qu’il faut se dire. Voilà avec quoi il faut vivre. Madame la secrétaire d’Etat auprès du Ministre de l’Education Nationale, interviewée sur RTL ce matin a appelé discrètement à la Résistance. Voilà où nous en sommes en 2020. Résister contre l’ennemi. Et le gouvernement compte sur nous. Le gouvernement, pour agir, ou pas, compte sur nos délations, compte sur notre force, compte sur notre engagement, notre dévouement envers lui. Il est tout plein, le crime contre cet enseignant le prouve, une fois de plus. Tous les politologues qui analysent, dénoncent, crient corps et âme contre une domination intellectuelle, culturelle, guerrière qui est en train d’intervenir sur notre sol prouvent leur amour envers la République mais un amour qu’elle ne lui rend pas. Un amour qui reste faussement incompris, un amour impossible. La Cour Européenne des Droits de l’Homme empêche, nous empêche de nous en sortir, nous empêche d’expulser des « enfants ». Mais ce ne sont pas des enfants, ce sont comme ceux qu’on endoctrine et qu’on drogue en Afrique, les enfants soldats. Ce sont ceux-là, et la Cour, au nom de leurs droits nous empêche de disposer de notre propre droit : vivre libre, sereinement, sans penser que nos dires ou nos écrits peuvent un jour se retourner contre nous et nous faire mourir pour avoir dénoncer, évoquer l’oppresseur. Que la Cour nous autorise à expulser ! Que la Cour nous redonne nos droits, que la Cour Européenne des Droits de l’Homme nous donne tous les droits dont nous voulons disposer car elle se fait par cette action gardienne de l’oppresseur. La Cour est encore naïve ! C’est intolérable et encore plus inhumain. Elle défend l’oppresseur et ce n’était pas là son dessein.

Publié par magrenobloise

Webmagazine

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :