Front Populaire – Terrorisme : l’anonymat sur internet de retour dans le débat

ARTICLE. Depuis la décapitation de Samuel Paty, professeur à Conflans-Sainte-Honorine, par un terroriste islamiste, l’anonymat sur les réseaux sociaux est à nouveau dans la ligne de mire des hommes politiques.

Terrorisme : l’anonymat sur internet de retour dans le débat

C’est d’abord Jean-Michel Blanquer, ministre de l’Éducation nationale, qui a expliqué samedi au micro de France Télévision que « l’anonymat sur Internet permet tout et n’importe quoi, le pire de la nature humaine » et qu’il était nécessaire de “faire évoluer notre droit pour que ce soit possible d’en finir avec ce type de phénomènes. » Puis, ce fut au tour de Gabriel Attal, porte-parole du gouvernement, d’énoncer sur BFMTV qu’il fallait “arriver à mieux encadrer les réseaux sociaux”. Au Grand Jury RTL, Le Figaro, LCI, Xavier Bertrand, Président du conseil régional des Hauts-de-France ex LR a déploré “l’impunité des réseaux sociaux” puis exigé que : “l’anonymat pour ceux qui font l’apologie du terrorisme sur les réseaux sociaux soit levé beaucoup plus vite ». Au-delà même de la sphère politique, certaines voix publiques se sont également exprimées, dont celle de l’éditorialiste Christophe Barbier, qui a écrit sur twitter : ”Profitons (sic) de cette tragédie [la décapitation de Samuel Paty] pour faire une loi Avia validée constitutionnellement“.

Passé le dur réveil qui a fait suite à l’assassinat du professeur Samuel Paty, par un terroriste Tchéchène, est venu le temps des questions. Et des réponses à apporter face au phénomène de l’islamisme radical que la France peine à endiguer depuis 2015 et l’attentat de Charlie Hebdo. Si Gérald Darmanin a évoqué vouloir l’expulsion de 231 étrangers fichés au FSPRT pour radicalisation, ainsi que la dissolution du Collectif contre l’islamophobie en France (CCIF), d’autres politiques ont brandi un mantra politique, serpent de mer de cette législature : la fin de l’anonymat sur les réseaux sociaux. Entêtante rengaine, elle s’exprime au plus haut niveau de l’État par Emmanuel Macron qui a expliqué lors du grand débat le 7 février 2019 : “ je ne veux plus de l’anonymat sur les plateformes internet “. Pour autant, la rapporteur Laetitia Avia et le secrétaire d’État au numérique Mounir Mahjoubi avaient finalement écarté cette idée, lors de la proposition de la loi contre les contenus haineux sur internet.

Un retour sur le thème de l’anonymat sur les réseaux sociaux, comme remède universel aux maux de notre société moderne. Un retour qui laisse par ailleurs perplexe : le parent d’élève qui avait relayé sur Facebook une vidéo appelant à “écrire un courrier au directeur de l’école pour virer ce malade », s’exprimait en son nom propre. Idem pour le prédicateur de Pantin, Abdelhakim Sefrioui, fiché S, qui “exigeait la suspension immédiate de ce voyou”. Ces deux protagonistes qui ont mis cette énorme cible sur le professeur défunt et attisé les passions les plus néfastes, ont par ailleurs été placés en garde à vue, après la tragédie. Une réponse judiciaire trop tardive pour des faits répréhensibles et des acteurs dont les identités n’avaient rien d’anonyme sur internet. 

Publié par magrenobloise

Webmagazine

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :