Front Populaire – L’heure est venue

OPINION. Alors que le confinement généralisé vient d’être annoncé par le président de la République hier soir, une nouvelle vague d’attentats s’abat sur la France et ses institutions en cette matinée du 29 octobre. La réaction d’Anne-Sophie Chazaud.

L’heure est venue

Il est difficile d’imaginer un contexte plus pénible, inquiétant et perturbant pour les Français en cet automne 2020 où tout semble basculer dans un cauchemar éveillé de la pire espèce, où que l’on regarde.

« Nous sommes en guerre », avait déclaré le chef de l’Etat en mars, juste avant la Grande Claustration saison 1.

L’outrance inappropriée de cette formule nous avait déjà fait bondir à l’époque. D’abord parce que, quitte à être en guerre, il eût été de bon aloi, alors, d’y envoyer au front des soldats munis du minimum des armes requises : masques alors introuvables et mensongèrement décrétés inutiles voire dangereux par des pouvoirs publics irresponsables ; hôpital public au bord de la faillite d’un système stupide de gestionnarisation comptable n’incluant curieusement pas le dégraissage d’administrations sanitaires aussi obèses qu’impotentes ; entraves à la liberté de prescription des médecins pour cause d’idéologie trouble visant certaines molécules et certains soignants, etc.

Ensuite, parce que la guerre se mène contre un ennemi doté d’une intentionnalité, et, sauf à verser dans un complotisme animiste – ce qu’à Dieu ne plaise -, les virus ne sont pas dotés d’un dessein politique.

Les islamistes eux, en revanche, que l’on peut parfaitement comparer à un virus si la métaphore est encore permise dans cette ère de terreur, sont clairement dotés d’une intentionnalité, celle qui consiste à vouloir imposer, par tous les moyens, leur conception de la société, de la religion, de l’Etat, des rapports hommes/femmes, etc. en tous points du globe. C’est une conception qui porte précisément en elle toutes les caractéristiques du totalitarisme. L’instauration de la charia est leur but clairement défini et la terreur n’est que le moyen utilisé pour cela.

Curieusement, donc, le chef de l’Etat aurait pu annoncer de façon catégorique, après déjà des centaines et des centaines de morts depuis plusieurs années que nous subissons ce fléau, que « Nous sommes en guerre » contre l’islam politique, contre l’islamisme et contre ceux qui en sont les agents actifs, menaçant ouvertement nos intérêts à l’étranger comme les ennemis de l’intérieur, qu’il s’agisse des islamistes présents sur notre sol (fichés, radicalisés, fréro-salafistes etc.) ou de leurs idiots utiles islamisto-complaisants (par lâcheté, par haine de la France, par haine de soi, par électoralisme, par bêtise politique…).

En l’espace de quelques jours, un enseignant qui faisait un cours sur la liberté d’expression a été décapité par un islamiste tchétchène, quelques jours après qu’un islamiste pakistanais a attaqué quant à lui des journalistes devant les anciens locaux de Charlie Hebdo. Puis, les déclarations claires (et louables) de soutien d’Emmanuel Macron à nos valeurs (concernant en l’occurrence la liberté d’expression et les caricatures) ont fourni un alibi en béton au tyran islamiste turc Erdogan qui ne cherche rien tant que des moyens de se hisser au rang de chef des musulmans pour faire monter la tension de manière hystérique. Rappelons au passage que la Turquie, en dépit de ses attaques contre la Grèce, contre les Arméniens, contre les Kurdes, en dépit aussi de son odieux chantage à la submersion migratoire, et visant à présent ouvertement la France, fait encore curieusement partie de l’OTAN et est encore engagée dans un processus inepte, que nous dénonçons depuis le premier jour, d’adhésion à l’Union européenne, laquelle a une fois de plus démontré dans cette crise sa parfaite inutilité et sa pusillanimité.

Tandis que le chef de l’Etat annonçait hier la Grande Claustration saison 2, laquelle aura pour conséquence d’achever complètement des pans entiers de notre économie déjà sous perfusion et qui peinaient à relever la tête du confinement première formule, des hordes fascistes de Turcs lançaient une chasse aux Arméniens en pleine rue à Décines près de Lyon, à Vienne (et l’on se prend à rêver d’une nouvelle bataille de la grande Vienne qui, en 1683, permit aux Habsbourg de repousser les Ottomans, une époque où, lorsqu’on déclarait la guerre, on ne le faisait pas contre des virus ou des nanoparticules). Aux cris de « Allah Akbar » (que l’on a aussi entendu, naturellement, lors de l’égorgement des malheureuses victimes de la basilique Notre-Dame de Nice quelques heures plus tard) et « Nique l’Arménie, on va vous baiser », en plein couvre-feu donc, invitation au pogrom, on le voit, dans un total respect des gestes barrière, et alors même qu’on annonce aux Français qu’ils devront de nouveau se munir d’un Ausweis pour aller chercher leur baguette de pain ou « prendre l’air » (sic), ces hordes islamofascistes s’en donnaient à cœur joie sans rencontrer la moindre résistance ni la moindre difficulté d’aucune sorte. Peut-être aurait –il suffi au peuple français qui manifestait sa révolte contre l’exécutif pendant des mois de se munir de drapeaux turcs plutôt que de gilets jaunes fluo pour ne pas se faire éborgner ou arrêter de manière « préventive » et arbitraire, qui sait…  On avait du reste déjà pu assister à des scènes hallucinantes cet été dans la capitale des Ducs de Bourgogne où Tchétchènes et Maghrébins réglaient leurs comptes armes à la main en pleine ville, sans être inquiétés, pendant de très longues heures, pour finir par résoudre leurs différends directement à la mosquée. Au moins c’était clair.

Pendant ce temps, le Gaulois réfractaire sera prié de payer 135 euros à la moindre incartade, s’il s’avise de secouer son joug, celui qu’on lui impose au motif qu’il serait responsable du mal qui s’abat sur son pays comme sur le monde entier.

En revanche, si l’on a apprécié les déclarations d’Emmanuel Macron au sujet des caricatures, qu’en est-il concrètement de la guerre qui devrait être menée contre l’islamisme ? Quels sont les véritables et indispensables gestes barrière mis en œuvre contre l’ennemi islamiste ? Quelles décisions concrètes sont prises pour verrouiller nos frontières à la submersion migratoire qui non seulement dénature la véritable fonction (noble) du droit d’asile mais aussi nous confronte à un modèle de civilisation et à des individus qui se déclarent ouvertement incompatibles et hostiles au nôtre ? Quel est le degré de soumission, de masochisme et de lâcheté que nos sociétés ont atteint pour continuer de tolérer ces faits délirants ?

Quelques heures donc après l’annonce du reconfinement, un horrible attentat islamiste prenait de nouveau place, cette fois-ci dans une basilique niçoise (et il sera difficile au passage de dire cette fois-ci que c’est « la République » qui est visée : non, c’est la France qui est visée, la France avec son histoire et ses racines, en l’occurrence judéo-chrétiennes, que cela plaise ou non). Une tentative d’attentat déjouée également à Avignon, tandis qu’une attaque visant un consulat français en Arabie saoudite était également menée, tout ceci après une semaine de délires hystériques d’une partie du monde arabo-musulman ciblant spécifiquement la question de la liberté d’expression et les propos d’Emmanuel Macron.

Tout ceci ne peut plus durer. Même si le chef de l’Etat a semblé se croire pendant quelques temps Président du Liban, nous ne pouvons accepter que le pays continue d’être ainsi mené à sa propre libanisation où des gangs ethnico-religieux, qui n’ont par ailleurs aucun rapport avec notre culture et qui sont par ces pratiques, contraires à la nature républicaine de notre régime, feraient la loi. La France est un grand Etat, fort, plongeant ses fondations à plus d’un millénaire, une grande nation et qui doit retrouver son rang en luttant enfin efficacement contre ces obscurantistes haineux d’un autre âge frisant souvent l’arriération mentale. Nous avons autre chose à faire, en ce troisième millénaire, que continuer d’y perdre notre intelligence collective et le sang de nos concitoyens.

A une situation de guerre, nous ne pouvons continuer de répondre sans des moyens de guerre et une législation adaptée ciblant spécifiquement l’ennemi.

Le peuple français ne saurait se résoudre à ce que sa sécurité soit garantie simplement en restant cloîtré chez soi tandis que les loups, eux, sont entrés dans la ville, pour reprendre les paroles de Serge Reggiani, et y commettent assez facilement leurs forfaits et leurs crimes.

La France a montré la voie au sujet de la liberté d’expression, sur la question des principes, en affirmant qu’elle ne cèderait pas. C’est une bonne chose. Il faut à présent qu’elle montre les muscles et la voie en matière d’éradication définitive du virus islamiste, devant un Occident globalement soumis.

L’heure est venue.

Auteur :
Anne-Sophie Chazaud, essayiste.

Publié par magrenobloise

Webmagazine

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :