Wikipédia – Comprendre la Palestine (I)

Le nom Palestine (en latin : Palaestina, dérivé du grec ancien Παλαιστίνη / Palaistínê ; en arabe فلسطين / Falistīn et en hébreu : פלסטין) désigne la région historique et géographique du Proche-Orient

Représentations du terme Proche-Orient suivant les différentes définitions.

située entre la mer Méditerranée 

et le désert à l’est du Jourdain 

Le Jourdain

Le Jourdain (en hébreu ירד Yarad, mais aussi נהר הירדן, Nehar haYarden qui veut dire la « Rivière de la Peine, du Jugement » et en arabe نهر الأردن Nahr al-Urdun qui veut dire descendre) est un fleuve du Moyen-Orient, qui a donné son nom à la Jordanie , à la Cisjordanie et à la ville de L’Isle-Jourdain en France. Du mont Hermon à la mer Morte, le Jourdain s’écoule sur 360 km et sa vallée est la plus basse du monde puisqu’il rejoint la mer Morte à l’altitude de −421 m sous le niveau des océans.

et au nord du Sinaï.

Si le terme « Palestine » est attesté depuis le Ve siècle av. J.-C. par Hérodote, il est officiellement donné à la région par l’empereur Hadrien (empereur romain de la dynastie des Antonins) au IIe siècle, désireux de punir les Juifs de leur révolte ( la révolte de Bar Kokhba est la seconde insurrection des juifs de la province de Judée contre l’Empire romain, et la dernière des guerres judéo-romaines) en 132-135 ap. J.-C.

La zone n’est pas clairement définie. Elle est centrée sur les régions de la Galilé (district nord du d’Israël et plateau du Golan), de la Samarie et de la Judée.

Situation de la Samarie parmi les régions antiques d’Israël et de Palestine

Ses limites sont au nord la Phénicie (correspond approximativement au Liban actuel) et le mont Liban [chaîne de montagnes du Liban, et pour une petite partie de Syrie qui est située au Nord ; elle domine la mer Méditerranée située à l’ouest, et culmine au au Qurnat as Sawda’ à 3 088 mètres d’altitude. Il s’agit du plus haut relief montagneux du Proche-Orient. Cette montagne a constitué le noyau du Grand Liban, à l’origine de la république libanaise moderne. Elle est majoritairement peuplée de chrétiens (maronites surtout c’est-à-dire chrétiens catholiques orientaux qui sont en pleine communion avec le Saint-Siège, c’est-à-dire avec le Pape, evêque de Rome), avec une minorité importante de la communauté druze (religion musulmane hétérodoxe) surtout dans les montagnes du Chouf (au sud-est de Beyrouth)] ; et au sud la Philistie* et l’Idumée.

*La Philistie est un État fondé par les Philistins (un des peuples de la mer) vers 1200 avant l’ère chrétienne et situé sur la côte méditerranéenne autour des villes de Gaza, Ashdod, Gath, Ekron et Ashkelon. C’était une confédération de villes puis un royaume au xie siècle avant l’ère chrétienne. Ils furent en conflit avec le royaume d’Israël.
Ashdod (ville en Israël), cinquième plus grande ville et premier port d’Israël, située sur la plaine du littoral à mi-chemin entre Tel-aviv et Gaza dans le district sud d’Israël).
Gath – Tel Zatif actuellement
Ekron (site archéologique de Tel Miqneh en Israël, à proximité du kibbouz Revadim.
Askelon = ville balnéaire d’Israël sur la cité méditerranéenne dans le district sud de la Bande de Gaza.

Sources complémentaires

Gaza – ville qui donne son nom à ce territoire longiligne appelé « bande de Gaza ». Ville la plus importante sous l’autorité du Hamas. La ville de Gaza compte près de 700 000 habitants tandis que la population totale de la bande de Gaza dépasse 2 000 000 personnes, dont environ un tiers vit dans des camps de réfugiés palestiniens, un autre tiers étant constitué des réfugiés vivant en dehors des camps. Ses habitants s’appellent les « Gazaouis ». Une particularité est qu’environ 60 % de la population de la ville serait constituée de personnes âgées de moins de 18 ans. A l’antiquité sont intérêt principal réside dans sa position stratégique sur la route côtière reliant l’Egypte et la Syrie. C’est alors un marché important et un poste avancé égyptien faisant partie du « Chemin d’Horus » (série de forteresses réparties entre Tcharou et Gaza). Dans les années -1190, les Philistins, un des peuples de la mer (originaire de Crète selon une tradition biblique) s’installent sur la côte sud cananéenne (de Gaza à Jaffa), après avoir attaqué l’Egypte. Les Philistins laisseront leur nom bien plus tard à l’ensemble du territoire, que les Romains appelleront « Palestine ». […]
Durant la Première Guerre mondiale, les troupes britanniques, commandées par le général Allenby, s’emparent de Gaza des mains de l’Empire ottoman à l’issue de la troisième bataille de Gaza en novembre 1917. Elle reste sous le mandat britannique jusqu’à l’évacuation des britanniques en mai 1948 à la suite de la décision de partage de la Palestine du 29 novembre 1947. […]. Partage de la Palestine le 29 novembre 1947 ; Les Frères Musulmans Egyptiens : le Hamas. […] Accords d’Oslo (secrets en Norvège, poser les premiers jalons de la résolution du conflit israëlo-palestinien).

Autorité Palestinienne

Les finances de l’Autorité palestinienne sont grandement dépendantes de l’aide étrangère. Voici comment elles se répartissent :

Budget 2005 de l’Autorité palestinienne : Total: 1,96 milliard de dollars américains (1,62 milliard d’euros)

Aide étrangère : Total : 1,1 milliard de dollars américains (910 millions d’euros), dont un tiers pour les salaires gouvernementaux et frais de fonctionnement, le reste pour les infrastructures et projets de reconstruction

Principaux bailleurs de fonds :

  • Union européenne : 295 millions de dollars américains (245 millions d’euros), principalement en aide au développement
    • Contributions individuelles des pays de l’UE : 300 millions (250 millions d’euros), les deux principaux pays donateurs étant l’Allemagne à 56 millions de dollars américains (46 millions d’euros) et le Royaume-Uni à 50 millions de dollars américains (41 millions d’euros)
  • États-Unis : 234 millions de dollars (193 millions d’euros), principalement pour des projets de développement
  • Pays arabes : 204 millions de dollars américains (168 millions d’euros)
  • Norvège : 60 millions de dollars américains (50 millions d’euros)
  • Japon : 30 millions de dollars américains (25 millions d’euros)

Revenus des impôts : 2005 : 396 millions de dollars américains (327 millions d’euros)

Autres revenus : Droits de douanes et TVA collectés par Israël pour l’Autorité palestinienne chaque mois : 50 millions de dollars américains (45,39 millions d’euros)

Sources: Banque mondiale, ministère palestinien des Finances et gouvernements individuels

L’Union européenne a versé 280 millions d’euros de subvention directe. L’Union européenne a décidé de continuer à verser son aide financière à l’Autorité palestinienne tant que le nouveau gouvernement n’a pas prêté serment, annonce Le Soir. Elle a toutefois conditionné à terme le maintien de son aide à la reconnaissance, par le Hamas, de l’État d’Israël et des accords précédemment signés par l’autorité palestinienne avec Israël et à la renonciation à la violence par le mouvement islamiste.

[suite sur Wikipédia : comités de soutien, critiques].

Crise du canal de Suez
Conflit israélo-palestinien
Guerre des Six Jours
Gath
Éqron

Publié par magrenobloise

Webmagazine

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :