Front Populaire – De la coïncidence entre éducation familiale et gouvernance de la France

OPINION. Comme il est curieux de constater que l’évolution de l’éducation familiale semble en tout point ressembler à la gouvernance de notre cher pays, et ce depuis les 40 dernières années.

De la coïncidence entre éducation familiale et gouvernance de la France

Auteur

Hervé MONTLOINIngénieur (Abonné)Publié le 3 novembre 2020J’ACHÈTE LE HORS SÉRIE AU PRIX DE 12,90 €

Il n’est un secret pour personne que certains parents (je ne saurai dire le véritable %) ont fait passer l’éducation de leurs enfants au second rang de leurs préoccupations. Les raisons en sont multiples : les deux parents travaillent et ont donc moins de temps à consacrer à leur progéniture, le nombre de divorce a explosé depuis les 30 dernières années, l’esprit individuel a remplacé la force de la communauté (ex : les petits services à la maison sont devenus des corvées insurmontables pour les enfants), les progrès technologiques rendent enfants et parents totalement addicts à l’internet et à l’immédiateté des réactions… Mais il est une cause bien plus profonde à mon sens, c’est la disparation progressive de l’autorité parentale (à ne pas confondre avec autoritarisme), de l’acceptation et de la compréhension des mots « droits », « devoirs », et « travail », du respect envers autrui, et de la confiance accordée.

Depuis 1968, il est interdit d’interdire; Grâce à Dieu, nous n’avons plus connu de guerre depuis 70 ans et cela est un signe positif, mais à contrario, la société est devenue de plus en plus sensible et féminisée (on ne supporte plus la moindre souffrance physique et mentale, les famines, les violences faites à des minorités loin de chez nous nous font verser des larmes de crocodile (sans que rien ne change), etc…) Devant certaines violences chez les enfants, les parents ne savent plus comment réagir sauf à laisser faire sans porter une sanction mesurée si importante pour l’enfant dans l’apprentissage de sa vie future… Au contraire, les enfants sont devenus des petits princes qu’il faut combler le plus possible (il n’est qu’à constater la progression hallucinante des budgets alloués aux enfants), à qui il faut tout accorder sans obligation de retour, l’effort n’est plus récompensé car il n’existe plus ! A cela s’ajoute le manque de dialogue entre parents et enfants dans notre société où il est exigé de réagir très vite, où nous avons perdu la signification réelle des mots pour pouvoir bien se comprendre entre nous. Certains parents ne se sentent pas responsables, car ils détiennent l’autorité, le pouvoir et l’argent du foyer, ce que leurs enfants n’ont pas. Ceci expliquant sans doute la facilité avec laquelle ils se démettent de leur responsabilité d’éducateur, leur manque de courage. La tension monte, les gifles pleuvent, les injures et les menaces s’amplifient sans que rien ne s’arrange…Tout au contraire ! Certains parents croient à tort que la mission d’éducation incombe à l’école de la République, et se disculpent donc de leur responsabilité. Mais de telles attitudes conduisent à laisser partir des enfants sans arme et sans protection, sans un minimum d’expérience pour faire face à un monde devenu rude et impitoyable. Sans le dialogue, sans l’effort de faire un pas, sans l’humilité de reconnaitre ses fautes. La confiance se perd et les situations s’aggravent !

Alors il m’apparait curieux de constater que nos gouvernants français adoptent des relations identiques à ceux décrits plus haut avec leur population. La montée de la violence, de l’extrémisme, des attentats, du mal-être profond des populations, du manque de dialogue montre bien que ce que nous appelons « démocratie », ne fonctionne plus ou plus exactement, ne répond pas à ce que la population attend de ses gouvernants. Des appels sont faits depuis longtemps pour mettre en place des referendums, mais que nenni, les gouvernements les refusent. En France, ceci est exacerbé par une culture de la confrontation, une lutte des classes encore bien présente.

Depuis 40 ans, nos gouvernants français (hommes et femmes politiques, administrations diverses) ont failli dans l’exercice de leur fonction, manquant d’autorité, de respect et de courage. Les

gouvernements changent mais les attitudes de déni et de lâcheté restent elles bien ancrées dans la mentalité de ces fonctionnaires à l’abri des turpitudes du monde privé. Comment se fait-il que des milliards d’euros soient investis dans des quartiers dits « sensibles » sans que rien ne change ? Comment se fait-il qu’on arrive à débloquer si facilement des milliards pour faire face à la pandémie de la Covid-19, et qu’on laisse mourir une partie de la population (agriculteurs, retraités, nouveaux pauvres,…) depuis des années ? Comment se fait-il qu’ils nous demandent d’être unis devant les massacres perpétrés par les terroristes islamiques, alors qu’ils n’ont rien fait ; décision de justice trop tardive, pas de reconduite à la frontière, impunité des malfaiteurs, et condamnation administrative de professeurs qui tentent d’éduquer les jeunes à la définition de la laïcité ? Comment se fait-il qu’ils laissent s’entre-déchirer les scientifiques français devant cette pandémie plutôt que de les convier à proposer des solutions négociées ? Comment se fait-il qu’ils réagissent de façon si brutale face à la vindicte populaire lors des manifestations ? Comment se fait-il qu’ils poussent une majorité de jeunes citoyens à aller jusqu’au BAC (quasi offert pour montrer que le niveau intellectuel monte), faisant augmenter la cohorte des chômeurs, plutôt que promouvoir l’apprentissage des métiers manuels dont on a tellement besoin ?

Les questions sont innombrables, leurs réponses sont déconcertantes….

Nos gouvernants se cachent derrière la loi comme rempart à toute contestation, comme les parents se cachent derrière leur position dominante permettant à l’enfant d’être nourri et habillé. Ils se montrent totalement fermés au dialogue, ne reconnaissant jamais leurs erreurs passées, s’arc boutant sur leur croyance de détenir la vérité suprême (car ils appartiennent à cette caste supérieure sortant de grandes écoles), et n’offrant que trop peu souvent une attitude d’ouverture pour ouvrir un dialogue serein.

La gestion de la Covid-19 est un parfait exemple de leur incompétence. Avez-vous remarqué les discours quotidiens du 1er ministre et de son ministre de la Santé, qui ne cessent de nous répéter sur tous les médias qu’il faut que l’on joue le jeu, que l’on obéisse à leurs ordres, que l’on reste chez nous. Comme des parents totalement débordés, plus ils nous le répètent moins nous les entendons…. La confiance ne se gagne pas ainsi Messieurs les ministres….

Je suis véritablement très triste de voir notre beau pays partir dans les affres de la désespérance, car personne ne semble émerger pour redonner confiance et apporter de vraies solutions, qui ne manqueront pas de changer totalement le monde dans lequel une minorité se plait à vivre sans peur du lendemain…Peut-être est-il trop tard, mais je me mets à rêver qu’un homme providentiel apparaitra comme c’est souvent le cas en France, pays si particulier où il faut attendre que l’on soit acculé au naufrage pour enfin apporter un nouvel espoir.

En attendant, il est urgent de réapprendre aux parents d’éduquer leurs enfants, et il est impératif d’apprendre à nos gouvernants de gouverner (ce que les écoles d’administration ne savent plus faire). La solution semble si simple : le dialogue, la tolérance, l’humilité et le désir commun de trouver des consensus. Mais cela, en a-t-on véritablement l’envie ?

Auteur :
Hervé Montloin – Ingénieur

Publié par magrenobloise

Webmagazine

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :