COVID : l’Allemagne de nouveau à la rescousse de l’Est

ARTICLE. Des patients français dans un état critique sont envoyés dans des hôpitaux allemands pour y être traités. Symbole d’un territoire aux capacités hospitalière trop exsangues pour seul faire face à l’épidémie.

COVID : l’Allemagne de nouveau à la rescousse de l’Est

La semaine précédente, les transferts de la France vers l’Allemagne ont repris pour quelques patients gravement atteints par la COVID. Jeudi et vendredi, quatre malades hospitalisés dans des hôpitaux du Grand Est (Bel Air de Thionville, Centre hospitalier de Sarreguemines et groupe SOS Santé de Saint-Avold) ont été pris en charge par les hôpitaux outre Rhin, frontaliers de la Moselle, dans le Land de Sarre. Dimanche matin c’est également un patient des Hauts-de-France hospitalisé à l’hôpital de Valencienne, qui a été transféré par hélicoptère à l’hôpital de Münster.

Des images, souvent spectaculaires, qui rappellent celles d’un passé guère lointain, celui du premier confinement de mars. Alors durement frappé par l’épidémie, la région du Grand Est avait fait appel au même procédé. Pour faire face à la saturation de sa capacité d’accueil en réanimation, elle avait déplacé 330 patients vers d’autres régions françaises ainsi qu’en Allemagne. Selon le ministère fédéral des Affaires étrangères Allemand, 130 patients avaient été transférés des hôpitaux français vers l’Allemagne entre le 21 mars et le 12 avril. Le Monde explique que si la Sarre avait recueilli 28 patients lors de la première vague, elle n’en prendra en charge que 8 au maximum.

L’épidémie a fortement progressé ces dernières semaines. Santé Publique France a remonté 19 940 nouvelles hospitalisations sur les sept derniers jours, dont 3 037 en réanimation (données datant du 8 novembre). Conséquence directe pour l’hôpital public, qui continue à supprimer des lits en 2020 malgré l’épidémie, la tension monte malgré une collaboration bien plus efficace avec les cliniques privées, peu équipées en lit de réanimation et qui accueillent 20% des patients COVID. Santé Publique France remonte un taux d’occupation des lits de réanimation élevé pour certaines régions : 86% pour Auvergne-Rhône-Alpes, 73% pour l’île de France, 75% pour les Hauts-de-France et 44 % pour la région Grand Est.

Malgré un taux inférieur à 50% , la région Grand Est a décidé de faire appel à l’aide de l’Allemagne. Côté France, on explique ces transferts par une volonté d’éviter la saturation des services. Le CHR Metz-Thionville, qui a piloté le transport des patients de la région Grand Est, explique que : “Si les services de soins critiques du CHR Metz-Thionville ne sont pas à l’heure actuelle saturés, les difficultés d’armement de lits supplémentaires en raison du manque de personnels soignants conjuguées au pic épidémique attendu à la mi-novembre imposent une vigilance accrue et un grand sens de l’anticipation pour éviter toute difficulté à venir dans la prise en charge des patients. »

L’Agence régionale de santé (ARS) préfère anticiper une évolution du nombre de patients en réanimation qu’elle juge « inquiétante ». Les régions limitrophes étant elles-mêmes bien plus proches de la saturation, les services hospitaliers français du Grand Est se sont donc tournés vers l’aide allemande. En réponse à cette tension, la capacité de réanimation devrait être portée à un peu plus de 10 000 lits d’ici quelques semaines (contre 5432 en 2018). Mais dans les Hauts-de-France, l’ARS rappelle que le seul critère du pourcentage d’occupation des lits de réanimation ne peut suffire à lui seul. Il faut également les compétences humaines pour assurer le bon fonctionnement du service de réanimation. Des hommes et des femmes déjà durement éprouvés par la première vague du printemps, obligés de s’en remettre à l’aide d’un pays étranger pour ne pas exploser en plein vol.

Source :
Front Populaire

Publié par magrenobloise

Webmagazine

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :