IHU – Patients positifs au COVID-19 : éviter la réanimation

L’IHU publie ce jour une vidéo intitulée « Patients positifs au COVID-19 : éviter la réanimation ».

Journaliste – Professeur Parola vous êtes chef du service des maladies infectieuses à l’IHU Méditerranée Infection, pouvez-vous nous parler de la prise en charge actuelle des patients COVID-19 à l’IHU ?

Professeur Parola – Oui, alors la stratégie de prise en charge des patients nous l’adaptons au fil du temps. elle est basée sur une étude régulière de la littérature, elle est basée également sur notre expérience puisque nous avons traité, soigné, plus de 7000 patients ici à l’IHU. La stratégie est toujours la même : diagnostiquer au plus tôt, traiter au plus tôt pour éviter l’aggravation et éviter la réanimation où on sait bien que les traitements sont moins efficaces. Pour cela, la stratégie est basée sur un diagnostic précoce, les tests PCR sur prélèvement nasopharyngé, le laboratoire du Professeur Didier Raoult, a mis en place des filières qui permettent un diagnostic dans un temps raisonnable, toujours en moins de 24heures parfois en 20 minutes dans certains cas et cela est essentiel car cela permet une prise en charge au plus tôt. La deuxième partie c’est bien évidemment le soin et dans le soin il faut faire un tri :Qu’est-ce qui est urgent ? Quels patients doivent être hospitalisés ? Quels patient sont susceptibles d’être adressés très rapidement en réanimation ? Pour cela il y a des facteurs cliniques évidents bien entendu quand les patients sont en détresse respiratoire cela se voit, mais nous avons mis en évidence très tôt ici dans l’épidémie ce que l’on appelle l’hypoxémie heureuse c’est-à-dire les patients manquent d’oxygène et ne le savent pas. C’est pour cela que nous utilisons, que beaucoup de médecins utilisent, les petits dispositifs, les saturomètres qui permettent de voir votre pourcentage d’oxygène dans le sang, et si il est inférieur à 95% et bien cela veut dire que vous manquez d’oxygène et qu’il faut vous hospitaliser ou en tout cas vous faire évaluer en urgence en hospitalisation et ce sont des outils qui peuvent être utiliser par des médecins généralistes, par les médecins de famille ou par des patients eux-mêmes donc première partie on évalue la gravité, il y a également des scores de gravité c’est que l’on appelle le score de news. Il y a dans ce score : l’oxygène, il y a l’âge, il y a d’autres facteurs (ci-contre diapo)

qui permettent de dire « Il s’agit d’un patient susceptible de s’aggraver ou pas » et nous cela va conditionner son hospitalisation ou des traitements particuliers. On sait bien que les patients âgés ou les patients qui ont des comorbidités notamment le surpoids sont plus à risque et donc nous étudions ce score news [nom de l’instrument].

Une fois que l’on a évalué tous ces paramètres, l’imagerie est également importante. Le scanner, nous avons fait des milliers de scanners qui nous permettent également d’évaluer l’atteinte des poumons. L’atteinte des poumons sera également un critère de plus pour évaluer la gravité et donc diriger vers l’hospitalisation ou un suivi ambulatoire.

Donc une fois la diagnostic posé, une fois les premiers paramètres de gravité évalués, il y a la stratégie thérapeutique.

Tableau de prévention et traitement des complications thrombotiques en cas d’infection par le COVID-19 hospitalisé.

La stratégie thérapeutique actuelle, il y a bien entendu l’oxygène , l’oxygénothérapie classique mais nous avons également développé ici en hospitalisation conventionnelle les techniques d’oxygénothérapie haut débit qui vous ont été présentées et des techniques qui été juste là utilisées uniquement en réanimation mais que nous utilisons maintenant en hospitalisation conventionnelle dans certaines circonstances.

A côté de l’oxygénothérapie, il y a l’anticoagulation, la prévention des embolies pulmonaires avec différents degrés d’anticoagulation, là aussi c’est assez bien codifié, il y a des anticoagulations pour le risque, pour le faible risque voire des anticoagulations thérapeutiques.

Et enfin des antiviraux, des médicaments pour tuer le virus, pour lutter contre le virus, vous le savez, on en a beaucoup parlé, nous utilisons ici l’association hydroxychloroquine et azythromycine.

L’azythromycine qui est un antibiotique utilisé très largement à travers le monde pour traiter les infections pulmonaires. Cette association, pourquoi nous l’utilisons ? Parce qu’il a été montré que ces deux molécules associées tuaient le virus en laboratoire. Il a été montré que l’une et l’autre sont des immunomodulateurs, c’est-à-dire qu’elles agissent contre la tempête immunologique qui fait partie de la deuxième phase de la maladie et qui amène les patients souvent en réanimation. Un élément très important d’ailleurs qui avait été au début de l’utilisation de ce traitement. Nous avons montré et de nombreuses équipes à travers le monde ont montré que l’association de ce médicament diminue la durée du portage du virus et donc la contagiosité des patients. Enfin, l’hydroxychloroquine est utilisée également dans certaines coagulopathie qui sont associées à la maladie COVID-19. Je n’entre pas dans le détail mais nous avons fait des publications à ce sujet.

Deux éléments additionnels concernant la thérapeutique, le zinc, oui nous supplémentons les patients en zinc, un oligoélément. Pourquoi nous faisons cela ? Tout simplement parce qu’en ayant observé des milliers de patients nous nous sommes aperçus que les patients graves avaient des carences en zinc donc nous les supplémentons enfin dernier point lorsque les patients sont graves avec un score de news (outils tableau 1), nous associons à l’hydroxychloroquine – azithromycine des antibiothérapies à large spectre couvrant notamment les germes susceptibles de surinfecter ces patients.

Journaliste – Quelle est la place des corticoïdes dans vos traitements ?

Professeur Parola – Les corticoïdes et la corticothérapie, on en a parlé dans le traitement de la maladie COVID-19, il faut faire très attention. D’une part la littérature est inégale à ce sujet, d’autres part ils ont été étudiés sur des patients extrêmement sévères. Ce que nous ne faisons pas et surtout pas c’est de donner des corticoïdes au stade précoce de la maladie. C’est à ce moment-là que le virus se multiplie si vous donner des corticoïdes, vous aller abaisser les défenses des patients et donc aggraver la maladie. Donc ne surtout pas les donner au stade précoce. D’un autre côté pour les patients sévères, ou les patients qui s’aggravent sous oxygène, les corticoïdes, la déxaméthasone a une place dans le protocole thérapeutique mais encore une fois jamais au stade précoce malheureusement nous l’utilisons lorsque les patients nous arrivent trop tard, ce qu’il faut à tout prix éviter.

Journaliste – Votre stratégie de prise en charge est-elle perturber par les polémiques médiatiques ?

Professeur Parola – Non pas du tout, les polémiques de toute façon elles sont variables selon les pays. Nous avons toujours dit que nous ne faisons pas de recommandations, nous partageons notre expérience de soignants, notre expérience d’universitaires, et donc nous adaptons bien entendu les traitements que nous utilisons à la connaissance et à la littérature en essayant de soigner, de travailler dans le calme. Tous nos patients sont informés puisque nous utilisons une prescription hors AMM de médicaments comme cela est permis par le code de la santé publique et nous ne faisons pas de recommandations. Et votre question m’a été posée par un membre de ma famille de plus de 90 ans que j’ai soigné, qui est Corse et qui me demandait si toutes ces polémiques ne m’avaient pas perturbé dans le soin et je lui ai répondu [en corse] « J’ai fait mon devoir, le devoir de soigner » et vous savez tous les médecins font leur devoir avec l’état des connaissances qu’ils ont, en essayant de soigner les patients du mieux possible. Le tout c’est de ne pas les en empêcher et bien sûr nous espérons ici qu’on ne va pas nous empêcher de continuer de nous occuper de nos patients.

Journaliste – Merci

Source :
Youtube IHU et compléments d’informations (études) sur mediterranee-infection.com

Publié par magrenobloise

Webmagazine

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :