Le(s) jour(s) d’après

UCHRONIE. Nombreux sont ceux qui tentent d’imaginer un « après » souverainiste, dans une République qui n’agisse que par le peuple et pour le peuple. Un saut dans le temps jouissif qui j’espère fera saliver les lecteurs de Front Populaire !

Le(s) jour(s) d’après

7 mai 2022, 20h02 : François Paupulere (plus couramment surnommé FP) obtient 52% des suffrages exprimés à l’élection présidentielle. La forte participation lors du scrutin et la défaite sans appel d’Emmanuel Macron rendent incontestable le verdict populaire et sa légitimité. Celui-ci, grand prince, admet immédiatement sa défaite et annonce sa candidature au poste de président de la Commission européenne, pour dit-il « pouvoir enfin agir sur le réel ».

9 mai 2022 : conformément aux usages, FP s’envole pour rencontrer le chancelier allemand, successeur de Mme Merkel. Durant cet entretien de 7 minutes, FP informe son homologue d’outre-rhin de la décision de la France de se retirer de l’Union européenne au 31 décembre 2022, conformément à son engagement principal de campagne.

20 mai 2022 : organisation à Paris d’un sommet regroupant la France, le Royaume-Uni, l’Italie, l’Espagne et la Grèce. Au menu : Une Europe populaire respectueuse des différences nationales. Le principe d’un accord de libre-échange est trouvé, ainsi que plusieurs accords scientifiques, de recherche et éducatifs. Les 3 pays riverains de la méditerranée s’engagent à consulter leur peuple à bref délai sur leur maintien ou non dans l’Union.

31 mai 2022 : annonce d’un referendum venant modifier la Constitution de 1958 et comportant les questions suivantes :

– Approuvez-vous le retour au septennat ?

– Approuvez-vous l’introduction dans la Constitution d’un referendum d’initiative populaire simplifié de niveau régional et national, y compris ouvert à la révocation des élus ?

– Approuvez-vous un scrutin proportionnel à un tour aux élections législatives ?

– Approuvez-vous la création des Parlements régionaux aux pouvoirs élargis ?

– Approuvez-vous la sortie de la France de l’OTAN ?

– Approuvez-vous la sortie de la France du Conseil de l’Europe ?

1er juin 2022 : formation du gouvernement. On y trouve notamment M. Pierre de Villiers au ministère de l’Intérieur et Jean-Pierre Chevènement aux Affaires étrangères. Magnifique orateur, Jean Lasalle est porte-parole du Gouvernement. Pressenti comme Premier ministre, Michel Onfray a décliné la proposition, absorbé par les parutions simultanées de ses 148, 149 et 150ème livres dont le dernier s’intitule « Rastignac ou la vie rêvée d’un précoce amiénois vers les sommets », publié chez Grasset. Le même jour et par une série d’ordonnances, est instituée la participation des salariés, qui permet aux salariés de se voir offrir des actions ou parts sociales de leur entreprise à leur embauche, et d’en faciliter l’acquisition plus tard. Ainsi associés au destin et à la réussite de leur employeur, les employés délèguent également des représentants au sein du conseil de direction paritaire de l’entreprise, aux côtés de la direction générale. Les délibérations de ces conseils prennent ainsi en compte les dimensions financières, productives, sociales et environnementales de l’activité de production. Un moratoire de 10 ans sur les délocalisations est également décrété.

28 juin 2022 : les élections législatives portent une forte majorité de candidats étiquetés « France Populaire », émanation politique de la revue Front Populaire lancée par Michel Onfray en 2020. Originalité, une belle proportion des nouveaux députés provient du monde agricole et de l’artisanat.

1er septembre 2022 : vote de la loi dite de « Restauration de l’autorité » comprenant diverses mesures venant modifier le code de procédure pénale, avec la disparition du sursis et l’introduction de peines de courtes durées (à partir d’un jour et jusqu’à un mois), et en corollaire la construction de 60000 places en milieu carcéral supplémentaires.

1er octobre 2022 : vote de la loi dite de « Refonte du cocle éducatif national » : nouveau système d’orientation des élèves à l’âge de 14 ans en fonction des résultats antérieurs et aspirations des impétrants ; valorisation des métiers de l’artisanat, de l’agriculture, des services à la personne et des compétences techniques via la rénovation des écoles et centres de formation, et l’envoi des 50% professeurs les mieux notés vers ces établissements dits professionnels. Suppression du Conseil national des programmes, remplacé par une instance indépendante et non idéologisée priorisant l’acquisition des savoirs fondamentaux et de l’histoire de France.

1er novembre 2022 : vote de la loi dite de « Localisation et protection des activités productives » qui prévoit l’interdiction générale des importations pour tout bien pouvant être produit en France et/ou dans un rayon de 1000km de la France. Création d’une industrie sous protection de l’État et se spécialisant dans la conception et la fabrication de produits électroniques grand public (téléphones, ordinateurs) ne nécessitant pas l’extraction de terres rares à l’étranger et fonctionnant sous un système d’exploitation français.

1er décembre 2022 : vote sur la protection du patrimoine immatériel, rendant obligatoire l’hébergement et/ou la vente de toute donnée provenant d’une personne privée ou morale établie sur le territoire français. Interdiction des moteurs de recherche étrangers et fournisseurs de services informatiques ayant une obligation de divulgation de données dans leur pays d’origine.

1er janvier 2023 : la France sort officiellement de l’UE. Désespérée, la rédaction du journal « Le Monde » entame une grève de la faim, tandis que Mediapart s’exile au Venezuela, « terre des libertés individuelles ». Un accord transitoire est conclu jusqu’en 2025 pendant lequel la France aura accès au marché commun européen. Des droits de douanes réduits sont immédiatement mis en place. L’Euro est remplacé par le Franc qui conserve sa parité pour un minimum de 3 ans.

1er février 2023 : résultats du referendum ; le OUI l’emporte à 62% en moyenne aux différentes questions posées, et ce malgré la campagne féroce organisée par tous les partis et médias traditionnels agitant le spectre de la dictature totalitaire de type communiste et de l’isolement mortifère de la France dans le monde. Nicolas Sarkozy, réagissant à chaud, promet d’abroger les résultats du referendum par une loi constitutionnelle dès son retour au pouvoir, et est immédiatement approuvé par François Hollande qui se déclare « prêt à servir comme Premier Ministre de M. Sarkozy pour sauver l’âme de la République.

2 mai 2027 : deux semaines avant l’élection présidentielle. Sous l’impulsion de FP, la France a bien entrepris le long travail de rénovation nécessaire à sa survie et au bonheur de son peuple. Beaucoup reste à faire, mais les différentes mesures ont commencé à porter leurs fruits. La réforme de la justice de 2024, couplée avec la reconquête des territoires perdus de la République, ont forcé la mise en application de l’article 16 de la Constitution conférant des pouvoirs exceptionnels au président. Après 11 mois d’émeutes urbaines, d’attentats et de violence gratuite, l’intervention de l’armée est venue à bout des séparatistes, et la justice républicaine est passée, restaurant l’ordre dans d’innombrables cités dont le démantèlement est en bonne voie. Les prisons nouvellement construites, salubres et dignes, sont remplies à 90% de leurs capacités. Les peines prononcées sont de 15 jours en moyenne pour de menus délits, et 7 ans pour les violences sur les personnes et les biens. Le spectre de la guerre civile, auparavant lancinant, s’éloigne à présent, avec des troubles comparativement bien moindres que ceux observés pendant le processus d’indépendance de l’Algérie dans les années soixante.

La réforme de la loi de 1905 publiée au Journal Officiel le 22 mars 2023 sur la laïcité criminalisant le salafisme et interdisant le prosélytisme dans l’espace public, a fait grand bruit dans le marigot parisiano-bruxellois. La Une du New York Times montrant un FP affublé de la moustache d’Hitler fut retwittée plus de 70 millions de fois et même placardée sur tous les murs de Paris sur instruction expresse de la Mairie. Les revendications religieuses sont également interdites sur le lieu de travail. La France a été condamnée 129 fois par la CJUE et la CEDH pour non-respect des droits humains et entrave à la liberté de culte, condamnations que le porte-parole, M. Jean Lasalle, a qualifiées « d’intéressantes pour la prochaine épidémie ou l’on manquera de papier hygiénique », lesdites condamnations n’ayant désormais aucun effet dans l’ordre juridique interne français. Le produit des amendes infligées aux contrevenants a permis le financement de deux tunnels dans les Alpes et Pyrénées, permettant le ferroutage de toutes marchandises échangées avec ces pays. En prime, le nombre de femmes voilées a drastiquement diminué dans les rues, et les ventes de cosmétiques capillaires n’ont jamais été aussi florissantes.

La fin du numerus clausus couplée à l’obligation pour les jeunes médecins de s’installer dans un désert médical pour une durée de 5 ans, en reconnaissance de la gratuité des études de médecine, ont résolu la déshérence de certaines régions en matière de soins médicaux. En effet, et quoiqu’après avoir râlé contre un exil forcé « en province », nombre de ces professionnels de santé ont décidé de s’y implanter pour de bon.

La création des Parlements régionaux travaillant de concert avec les délégués de la société civile a permis l’ébauche de vraies politiques régionales, originales et adaptées aux paysages, populations et enjeux propres à chaque région. Votant toute loi n’intéressant pas les fonctions régaliennes, le Parlement régional est une institution contrôlant des Conseils régionaux eux aussi reformés. Le préfet est désormais désigné par le Parlement régional, et lui rend compte annuellement de sa gestion de l’ordre public.

Le succès de l’entreprise Gallus, fabricant de téléphones intelligents, tablettes et ordinateurs, fut fulgurant. Le retour au bercail de milliers d’ingénieurs français expatriés du fait de la nouvelle imposition applicable à tout Français ayant bénéficié de la gratuité de l’enseignement en France, permit un rattrapage presque instantané sur les géants du secteur. Fonctionnant en système fermé et sans conservation possible des données, l’exportation des produits Gallus et la fin de l’importation systématique des produits technologiques ont spectaculairement rétablis la balance commerciale française, désormais excédentaire.

La réindustrialisation et la revitalisation de toutes les provinces françaises, au détriment d’une agglomération parisienne devenue hypertrophiée et invivable, portent une économie robuste et saine, en soutien d’un Franc fort dont la dévaluation ordonnée l’amènera à 50% de la valeur de l’euro en 2030, ce délai permettant de protéger les intérêts des épargnants et entreprises investis sur d’autres places financières.

La vie a aussi changé dans les grandes villes avec la mise en œuvre de l’incitation fiscale offerte aux ETI et grandes entreprises acceptant de transférer leurs sièges sociaux des agglomérations vers des villes de moins de 100 000 habitants. Entrainant a leur suite des centaines de milliers d’employés et de cadres trop heureux d’échapper à la promiscuité insalubre des mégalopoles, cette mesure a permis de rééquilibrer les densités de populations. Le prix de l’immobilier baisse dans les grandes villes pour la 3eme année consécutive, libérant un pouvoir d’achat conséquent pour les ménages et décourageant la spéculation immobilière.

Les accords passés avec l’Algérie, la Tunisie, le Maroc, le Sénégal, le Mali et la Turquie, ont permis le tarissement des flots migratoires de ces pays, ainsi que le retour de centaines de milliers de leurs ressortissants entrés et restés illégalement sur le territoire français. L’INSEE indique par ailleurs que la décision française d’interdiction de la double-nationalité a aussi provoqué le départ de plus de 800,000 personnes sur cinq ans, ceux-ci ayant choisi par préférence leur autre nationalité.

En Europe, l’UE n’a pas survécu au départ de la France et s’est rapidement disloquée, malgré les efforts des Américains et des Allemands promettant des milliards à qui resterait. Les États dits du groupe Visegrad (Pologne, République Tchèque, Slovaquie et Hongrie) ont immédiatement conclu une alliance militaro-écononomique avec les États-Unis.

La France est quant à elle devenue le noyau dur d’une Communauté des nations européennes (CNE) dont le membre le plus oriental est la Grèce. L’Angleterre, pourtant membre fondateur, a finalement quitté la Communauté pour devenir officiellement le 51eme Etat américain. Avec l’Italie, l’Espagne, le Portugal, la Belgique l’Ecosse et Malte, cet ensemble de 190 millions de citoyens se réunit chaque mois pour s’accorder sur des réalisations concrètes, et dégager des solutions communes aux grands problèmes, notamment de Défense et écologiques. Il se murmure que l’Allemagne, longtemps furieuse contre la France et ayant formée une union concurrente avec ses voisins autrichiens, bataves et nordiques, souhaite maintenant rejoindre la CNE, notamment en raison de la pusillanimité insupportable des Pays-Bas dont la situation ne cesse de se dégrader depuis que les sièges sociaux français, italiens et autres ont été forcés de faire leurs valises et quitter Amsterdam pour retourner dans leurs patries d’origine.

Le retrait de la France de l’OTAN s’est finalement déroulé sans heurts, bien que sous les moqueries et sarcasmes de la presse étrangère repris en chorus par la quasi-totalité de la presse française. Quelques mois plus tard, la France fut invitée par la Russie, l’Inde, le Brésil et la Chine pour rejoindre le groupe des BRICs, maintenant renommé FABRIC (acronyme anglais désignant la France, African Union, Brazil, Russia, India et China). La France, sortie de son rôle de donneuse de leçons prétentieuse, est redevenue un partenaire sérieux et de confiance pour les autres États souverains, en marge du monde anglo-saxon, et peut à nouveau porter ses idées universelles de respect des peuples et de justice sociale.

Tellement reste à faire, FP en est conscient. Rome ne s’est pas construite en un jour. Epuisé des multiples combats menés, des tentatives d’attentats contre lui et ses proches ourdis par des islamo-gauchistes de la nouvelle OAS (Organisation antifasciste et salafiste), il a décidé de ne pas concourir pour le prochain septennat. Objet lui-même d’un referendum révocatoire en 2025, la majorité du peuple l’a pourtant conforté dans sa mission et lui a donné la légitimité politique de poursuivre les réformes indispensables. Mais l’usure est trop grande, le pouvoir érode et il le sent. Le vivier qui s’est révélé dans les Parlements égionaux et dans le groupe France Populaire de l’Assemblée nationale donne bon espoir que les efforts visant à faire renaitre une France souveraine seront poursuivis. Pour lui, le temps est venu de retourner aux siens, au calme, de sentir à nouveau la terre et le vent, et se perdre dans la contemplation du ciel. Redevenu bleu.

Auteur :
Philippe WAGNER
Juriste (Abonné)
Publié le 13 novembre 2020

Source :
Front Populaire

Publié par magrenobloise

Webmagazine

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :