Prolongement de l’histoire

Il est parfois des évidences qu’on nie pour le bien-être des personnes alors qu’elles sont inadmissibles. Elles couvrent l’horreur, elles convolent avec l’horreur. Lorsque Jacques Vergès, avocat charismatique et érudit, considère les nazis comme très chrétiens et revendique d’aider les hommes que l’opinion considère comme inhumain mais qu’en plaidant pour eux il s’adresse à l’opinion, en s’intéressant à cet homme il veut comprendre son humanité. Mais, ses sentiments politiques sont extrêmement ancrés à gauche, d’un extrême gauche puissant, violent. Il défendra ainsi au cours de sa carrière les deux extrêmes, les extrêmes gauches et les extrêmes droites. Les extrêmes droites surtout, avec Klaus Barbie, exécuteur nazi durant la Seconde Guerre Mondiale. Il est des incompréhensions qui parfois s’expliquent dans les faits concrètement, par idéologie. Et lorsque l’on trouve l’introuvable, lorsque l’on sait ce qui en douce ne doit pas être sû, pour le bien commun, lorsqu’on n’ose le clamer haut et fort, que désormais ces comportements sont compréhensibles, non par le jeune qui s’est fait enrôlé, mais par les plus puissants, qui parfois sont eux-mêmes complices de cette tragédie à ciel ouvert, prolongement de l’histoire.

Auteur :
Fanny Bancillon
Ma Grenobloise

Publié par magrenobloise

Webmagazine

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :