Librairies fermées : la fronde du milieu de l’édition

ARTICLE. En appelant les écrivains à financer les amendes des libraires osant braver l’interdiction d’ouverture, Alexandre Jardin et Olivier Nora appellent à la désobéissance civique pour contester une situation jugée absurde et inique.

Librairies fermées : la fronde du milieu de l’édition

« Vous avez déjà vu un pays où les livres sont bâchés ? » interrogeait ce week-end au micro d’Europe 1 le patron des éditions Grasset, Olivier Nora, en réaction à toutes les zones livresques momentanément prohibées par des ribambelles de plastique dans les grandes surfaces. Pour Olivier Nora, cet alignement par le bas, consistant à interdire aux grandes surfaces de vendre leurs livres pour éviter la concurrence déloyale avec les librairies fermées, au lieu de laisser ouvert à la fois les librairies et les grandes surfaces, est totalement absurde, en plus de mettre en danger toute la filière du livre.

Considérant que le livre fait partie des produits de première nécessité, précisément dans un pays culturel comme la France, Olivier Nora, accompagné et soutenu par l’écrivain Alexandre Jardin, a rappelé les enjeux en termes de modèle économique et culturel : « On sait bien qu’il ne s’agit pas de censure, mais dans un pays qui prétend avoir une exception culturelle, quand l’exception consiste à fermer la librairie et à rendre inaccessibles les livres, sauf par le biais d’Amazon (…) Si vous voulez faire des Français des enfants de Netflix et d’Amazon, il faut le dire. Mais ce n’est pas exactement ça, l’exception culturelle… »

Depuis lors, les deux hommes ont pris la tête d’une fronde du milieu de l’édition contre les mesures gouvernementales et sont notamment soutenus par le Syndicat national de l’édition. A l’heure actuelle, seule la pratique du « click and collect » (transformant les librairies en sorte de relais colis) est autorisée et les règles ne devraient pas bouger avant le 1er décembre, selon les dernières déclarations du Premier ministre Jean Castex. Or cette pratique ne permet aux librairies de combler qu’environ 10% à 15% de leur chiffre d’affaires. Pas assez pour faire survivre une filière déjà asséchée par la concurrence des géants du numérique.

Certains libraires ont décidé de se rebeller et d’ouvrir leurs portes à la clientèle, malgré le risque inévitable d’amendes. Qu’à cela ne tienne : Alexandre Jardin déclare que ces amendes seront payées à tour de rôle par des écrivains, par solidarité. Celle de Florence Kammermann (« Autour du livre »), libraire de Cannes ayant bravé l’interdiction, sera payée par l’écrivain Didier van Cauwelaert, parrain de la librairie. La libraire est du reste soutenue par le maire LR de sa ville, David Lisnard.

Et Alexandre Jardin de préciser à Europe 1 : « Il faut savoir que les libraires qui résistent, comme à Cannes, ont vu la population se mobiliser pour eux. La libraire m’a raconté qu’un monsieur est venu, un monsieur qui ne lit pas d’habitude, mais qui voulait la soutenir. Il a acheté une pléiade de Victor Hugo. Une librairie, c’est un endroit où Victor Hugo vit (…) Si des libraires ferment, et ne rouvrent pas, cela veut dire qu’on interrompt cette chaine historique. Aucun gouvernement n’est assez légitime pour prendre cette responsabilité. La culture française ne leur appartient pas. »

Auteur :
Rédaction
Front Populaire
18 novembre 2020

Publié par magrenobloise

Webmagazine

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :