Tourisme : Bpifrance lance un nouveau fonds pour soutenir les petits acteurs de la filière

Un nouveau dispositif destiné à soutenir la trésorerie des petits acteurs du tourisme, et «favoriser leur rebond» après la crise sanitaire, a été lancé jeudi par Bpifrance. Il se déploiera au sein du Fonds d’Avenir et de Soutien au Tourisme (FAST), doté de 80 millions d’euros, qui s’adresse aux exploitants touristiques (hôteliers, restaurateurs, exploitants de parcs de loisirs, voyagistes, croisiéristes …), a expliqué au cours d’un point presse Serge Mesguich, directeur du pôle tourisme & loisirs investissement de Bpifrance. Il est prévu pour les sociétés de plus de trois ans et réalisant au moins 500.000 euros de chiffre d’affaires, a-t-il complété.

Outre Bpifrance, le fonds FAST a déjà été souscrit par la Banque des territoires (Caisse des Dépôts), rejointe par trois régions, Hauts-de-France, Pays de la Loire et Centre-Val de Loire, a précisé Pedro Novo, directeur exécutif en charge de l’export chez Bpifrance.

Accompagner plus de 300 entreprises

Le fonds ambitionne d’accompagner plus de 300 entreprises avec des tickets d’investissement compris entre 50.000 et 400.000 euros et prendra financièrement, la forme d’obligations convertibles à terme en actions de l’entreprise. «Ces entreprises souffrent d’une perte de leurs fonds propres, d’environ 20%», or sur ce point «le PGE ne suffit pas, car elles ont besoin de continuer à se transformer» pour pouvoir repartir lorsque la crise sera passée, a relevé Serge Mesguich.

Ce nouveau dispositif s’ajoute à toute une série de mesures déployées depuis mars, à commencer notamment par le PGE (prêt garanti par l’Etat). Au 30 juin 2020, 10 milliards d’euros de PGE avaient été octroyés à 100.000 entreprises, avec un montant moyen de prêt de 90.000 euros. En complément, un PGE «saison» destiné à aider les acteurs pour lesquels la saisonnalité est la plus marquée a été lancé au cœur de l’été. Il représente actuellement 543 millions d’euros.

Pour ce secteur qui représente «7,2% de notre PIB national» et des «centaines de milliers d’emplois, nous nous devons d’être extrêmement vigilants», a affirmé Pedro Novo en estimant que la France restera la première destination mondiale après la crise comme elle l’était en mars 2020. Selon Bpifrance, le secteur du tourisme a réalisé en 2019 près de 170 milliards d’euros de recettes dont 60 milliards d’euros issus des visiteurs extra-frontaliers.

Auteur :
Le Figaro avec AFP
Publié le 10 décembre 2020

La question de la gestion du tourisme doit être posée. En effet, les revenus de la France ne peuvent pas seulement émaner du tourisme, car ainsi qu’on peut le constater, cela est désastreux en cas de pandémie car nous dépendons des autres et non de nous-mêmes. Par ailleurs, la mondialisation du tourisme fait elle aussi des dégâts. Les monuments, les musées tombent en lambeaux du fait du nombre exponentiel de touristes. Tout ce patrimoine ne vit plus et n’est plus que l’ombre de lui-même. Le patrimoine Français quel qu’il soit doit d’abord être un plaisir pour les Français avant de l’être pour le reste du monde, car si la France meurt, ce sera tout le reste du monde qui mourra avec elle, du fait qu’elle n’ait plus d’âme.

Auteur :
Marianne Solat
Journaliste spécialiste en histoire
Publié le 10 décembre 2020

Publié par magrenobloise

Webmagazine

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :