Haut-Karabakh – Tentative d’explications historiques

Affrontements meurtriers entre l’Azerbaïdjan et les séparatistes du Haut-Karabakh : La situation sur place est « très sérieuse ».

TV5 Monde :

La situation sur place est considérée comme très sérieuse, ce n’est pas une escarmouche, c’est une offensive globale. Et il y a selon moi deux facteurs : il y a d’abord le marasme économique dans lequel se trouve l’Azerbaïdjan. Il faut savoir qu’Ilham Aliyev, qui dirige ce pays depuis la chute de l’Union soviétique, pensait que l’Arménie et le Haut-Karabakh étaient des régions pauvres, enclavées, et que progressivement les deux Etats allaient être étouffés économiquement par l’Azerbaïdjan, pays riche de son pétrole. Non seulement ce n’est pas ce qu’il se passe mais en plus il y a depuis deux-trois ans une chute du cours du pétrole. Conséquence, le clan au pouvoir n’est plus en mesure d’acheter la paix sociale dans son pays. C’est donc une diversion commode de lancer une attaque maintenant alors que les caisses de l’Etat sont vides, que le fonds souverain azerbaïdjanais a dû tailler un tiers de sa trésorerie pour sauver l’économie du pays et que le Manat, la monnaie azérie, est au plus bas. Le marasme économique est mondial bien sûr, car lié au Covid, mais sans doute plus patent en Azerbaïdjan qu’ailleurs car il dépend à 88% du pétrole. Donc c’est une première raison conjoncturelle. 

Par ailleurs, il y a les manigances de la Turquie. Il faut bien voir que c’est une région qui est sous dominance russe pour les 4 Etats du Sud Caucase : Géorgie, Azerbaïdjan, Arménie et Haut-Karabakh (aussi appelé Artsakh). Récemment, depuis l’escarmouche de juillet dernier, le président azerbaïdjanais a limogé son ministre des Affaires étrangères qui était plutôt pro-russe, et il l’a remplacé par un pro-turc. Et l’on a vu, notamment avec les déclarations d’Erdogan aujourd’hui, que la Turquie incitait l’Azerbaïdjan à attaquer. Ce n’est pas seulement un discours. La semaine dernière, 300 djihadistes syriens ont été transférés par l’aviation turque en Azerbaïdjan pour mener cette attaque. Au-delà d’Aliyev, c’est un moyen pour Erdogan de déstabiliser la région et de faire ce qu’il n’a pas réussi à faire en Grèce ou en Libye, c’est-à-dire ouvrir un nouveau front. Et cela menace tous les pourtours méridionaux et orientaux de la Méditerranée.

Ilham Aliyev

Le Président de l’Azerbaidjan a été accusé en 2005 d’avoir truqué les élections. De nombreuses personnes sont faites prisonnières, elles sont reconnues comme des prisonniers politiques selon le Conseil de l’Europe.

Rebelotte en 2013. Il est élu président mais cette fois il est accusé d’avoir censuré l’expression, les médias. Il a fait usage d’intimidation.

À l’international, il met en œuvre une « diplomatie du caviar » consistant à acheter des soutiens à l’étranger, notamment au Conseil de l’Europe, dans le conflit qui l’oppose à l’Arménie et pour faire taire les critiques sur la répression politique qu’il conduit contre ses opposants. Entre 2012 et 2014, au moins 2,5 milliards d’euros ont été versés par l’intermédiaire de quatre entreprises basées au Royaume-Uni.

En octobre 2017, l’Assemblée parlementaire du Conseil de l’Europe dénonce les arrestations et procès en Azerbaïdjan contre des défenseurs de l’homme, des journalistes, des militants politiques ou des blogueurs. L’Assemblée critique aussi l’utilisation de la torture et de traitements inhumains ou dégradants en détention, et la dépendance de l’appareil judiciaire aux ordres de l’exécutif.

Le 24 septembre 2010, Ilham Aliyev a rencontré le président américain Barack Obama à New York lors de sa visite aux États-Unis pour la 65e session de l’Assemblée générale des Nations unies. La visite officielle suivante d’Ilham Aliyev aux États-Unis a eu lieu dans le cadre du Sommet sur la sécurité nucléaire à l’invitation de Barack Obama du 31 mars au 1er avril 2016. Ilham Aliyev a tenu une réunion bilatérale avec l’ancien vice-président Joe Biden. Les parties ont eu des discussions sur la lutte contre le terrorisme et la coopération dans divers domaines. Joe Biden a souligné l’importance du Corridor du Sud pour renforcer la sécurité énergétique de l’Europe.

Les dépenses militaires de l’Azerbaïdjan ont quintuplé entre 2004 et 2011, pour atteindre 2,5 milliards d’euros, et représentent ainsi plus de sept fois les dépenses militaires de l’Arménie.

Ilham Aliyev a déclaré à plusieurs reprises que les relations avec l’Organisation de la coopération islamique (OCI) figurent parmi les priorités de l’Azerbaïdjan en matière de politique étrangère.

Ilham Aliyev et le président de la Commission européenne, José Manuel Barroso, ont signé une déclaration conjointe sur la livraison du gaz de l’Azerbaïdjan à l’Europe.

Organisation de la coopération islamique : buts sont les suivants : consolider la lutte de tous les peuples musulmans pour la sauvegarde de leur dignité, leur indépendance et leurs droits nationaux. Mais ce n’est pas une organisation strictement religieuse, car ses buts sont politiques, économiques, sociaux et culturels. Elle regroupe aussi des États plurireligeux, laïcs ou séculaires (Albanie, Azerbaïdjan, Indonésie, Kazakhstan, Kirghizistan, Liban, Ouzbékistan, Sénégal, Syrie, Tadjikistan, Turkménistan, Turquie). Hormis la Turquie, l’Albanie est le seul État européen membre de l’OIC (depuis 1992).

Le 16 mars 1989, l’OCI, réunissant les ministres des Affaires étrangères des 44 pays membres, condamnent à leur tour le livre Les Versets sataniques, mais se bornent à exiger l’interdiction du livre, à recommander l’adoption « de législation nécessaire à la protection des idées religieuses d’autrui » et à affirmer que l’auteur « est considéré comme hérétique ».

Le 5 août 1990, la conférence des ministres des Affaires étrangères du Caire adopte la Déclaration des droits de l’homme en islam qui peut être vue comme une volonté de relecture des droits de l’homme dans un cadre compatible avec la charia.

En 2004, elle soutient, avec la Ligue arabe, le projet à l’ONU d’une « Alliance des civilisations », proposé par le gouvernement Zapatero (Espagne) et le gouvernement Erdogan (Turquie).

Le Monde note :

« [l’OCI], dont la majorité des membres ont l’islam pour religion d’État et où toute critique est assimilée au blasphème, est souvent accusée de vouloir faire reconnaître au niveau international un délit de “diffamation des religions” sous couvert de lutte contre l’islamophobie. »

Dans les années 2000, l’OCI réussit en effet à faire adopter une telle résolution au Conseil des droits de l’homme des Nations unies et à l’Assemblée générale des Nations unies, malgré les critiques de pays occidentaux qui dénoncent une entreprise visant à restreindre la liberté d’expression.

Alexandre del Valle, essayiste franco-italien, voit dans l’OCI un outil de promotion de l’islamisme radical en Europe.

Corridor gazier sud-européen

Avec la construction du corridor gazier sud-européen, les pays européens ainsi que les entreprises soutiennent les exportations de gaz de l’Azerbaïdjan et participent au financement du régime. Le régime est considéré par de nombreuses associations et organisations internationales comme répressif, des activistes et des journalistes sont régulièrement arrêtés, condamnés et emprisonnés sur de fausses accusations.

Corruption des membres de l’UE.

Auteur :
Miguel Vasquez
Rédacteur
Publié le 12 décembre 2020

Publié par magrenobloise

Webmagazine

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :