OTAN : L’obsession russe et la soumission face à la Turquie

Jens Stoltenberg, norvégien, est le Secrétaire Général de l’OTAN. Cette organisation internationale regroupe 30 pays dont la Turquie. Les décisions sont prises par consensus. La question se pose de savoir pourquoi, alors que le rôle de la Turquie est avérée et revendiquée dans la guerre menée contre l’Arménie (génocide de 1905 et génocide actuel Haut-Karabakh), l’OTAN consent et ne dit mot ? Cela vient de l’obsession de son Secrétaire Général à vouloir isoler la Russie. C’est une haute trahison européenne. L’Europe est au service des Etats-Unis. Chose incompréhensible et paradoxale puisque les militaires russes sont actuellement les seuls qui se sont rendus sur place pour calmer le jeu, stabiliser la région et protéger le patrimoine. Explications.

Jens Stoltenberg a été choisi le 28 mars 2014 pour devenir secrétaire général de l’OTAN, en remplacement du Danois Anders Fogh Rasmussen, avec entre autres le soutien de la France, de l’Allemagne, du Royaume-Uni et des États-Unis. Il a été préféré au Polonais Radoslaw Sikorski et au Belge Pieter De Crem. Selon le commentateur norvégien Gunnar Stavrum, le choix de Stoltenberg s’expliquerait par le fait que « les grands pays de l’Otan souhaitent un secrétaire général prêt au compromis » dans le contexte de la crise de Crimée. L’Américaine Rose Gottemoeller est secrétaire générale déléguée.

Il participe à la réunion du groupe Bilderberg de 2015, 2016 et 2017.

Il défend fermement l’idée d’une forte croissance forte des dépenses militaires au sein de l’OTAN ; celles-ci n’ont cessé d’augmenter depuis sa nomination. Sa direction a été marquée par les plus importants exercices militaires menés par l’Alliance atlantique depuis la fin de la guerre froide, manœuvres qui se sont fréquemment déroulées à proximité des frontières russes. Il se prononce aussi pour l’élargissement de l’OTAN à Ukraine et à la Biélorussie afin d’isoler la Russie. Il justifie par ailleurs la décision des États-Unis de se retirer du traité sur les forces nucléaires à portée intermédiaire.

Lors de l’invasion du nord-est de la Syrie par la Turquie en octobre 2019, Jens Stoltenberg déclare en tant que secrétaire général de l’OTAN « bien que la Turquie ait des préoccupations sécuritaires légitimes, nous nous attendons à ce qu’elle agisse avec retenue », et il fait part de sa préoccupation, rappelant que la Turquie avait mis à disposition toutes ses bases lors de la lutte de l’OTAN contre Daesh. Il assure également qu’elle « agit avec retenue et en coordination avec les autres alliés de manière à préserver nos gains face à notre ennemi commun, Daech ».

Avec ses informations, ce que le lecteur peut constater c’est que la Turquie n’a pas respecté cela puisqu’elle a envoyé des djihadistes combattre en Arménie. L’Otan doit faire volte-face, car elle ne respecte pas les principes en son sein et fonctionne de manière idéologique au service des Etats-Unis.

Par ailleurs, la Turquie ne respecte pas les présents articles du traité de l’Atlantique Nord :

Article 1- Les parties s’engagent, ainsi qu’il est stipulé dans la Charte des Nations unies, à régler par des moyens pacifiques tous différends internationaux dans lesquels elles pourraient être impliquées, de telle manière que la paix et la sécurité internationales, ainsi que la justice, ne soient pas mises en danger, et à s’abstenir dans leurs relations internationales de recourir à la menace ou à l’emploi de la force de toute manière incompatible avec les buts des Nations unies.

Par ailleurs, l’Azerbaidjan, membre, ayant signé la Charte des Nations Unies :

Ne respecte pas le préambule, ni l’article premier de la Charte :

Article 1 :

Les buts des Nations unies sont les suivants:

1. Maintenir la paix et la sécurité internationales et à cette fin : prendre des mesures collectives efficaces en vue de prévenir et d’écarter les menaces à la paix, et réaliser, par des moyens pacifiques, conformément aux principes de la justice et du droit international, l’ajustement ou le règlement de différends ou de situations, de caractère international, susceptibles de mener à une rupture de la paix;

2. Développer entre les nations des relations amicales fondées sur le respect du principe de l’égalité de droits des peuples et de leur droit à disposer d’eux-mêmes, et prendre toutes autres mesures propres à consolider la paix du monde;

3. Réaliser la coopération internationale en résolvant les problèmes internationaux d’ordre économique, social, intellectuel ou humanitaire, en développant et en encourageant le respect des droits de l’homme et des libertés fondamentales pour tous, sans distinctions de race, de sexe, de langue ou de religion;

4. Etre un centre où s’harmonisent les efforts des nations vers ces fins communes.

Seule la Russie, entrée en 1945 respecte cela dans le Haut-Karabakh.

La Turquie, entrée également en 1945, ne respecte pas cela. Elle doit être radiée, comme tous les autres pays qui ne respectent aucun engagement si ce n’est dans un but d’affichage bien-pensant américain. L’OTAN, et plus largement les Etats-Unis, sont effectivement en état de mort cérébrale.


Auteur :
Marianne Solat
Journaliste et historienne
Publié le 12 décembre 2020

Publié par magrenobloise

Webmagazine

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :