Gérard Houllier, ex-sélectionneur de l’équipe de France et coach de l’OL, meurt à 73 ans

Il avait dirigé les Bleus entre 1992 et 1993, mais aussi Liverpool (1998-2004), le PSG (1985-1988) et l’Olympique Lyonnais (2005-2007).

Photo Loic VENANCE / AFP

Encore une bien triste nouvelle pour le football français. Selon les informations de RMC Sport et L’Equipe, l’ex-sélectionneur de l’équipe de France Gérard Houllier s’est éteint dans la nuit de dimanche à lundi.

Il avait 73 ans. Il venait de subir une nouvelle opération de l’aorte, ce week-end, dans un hôpital parisien.

Gérard Houllier laissera une trace indélébile dans le football français. A cheval sur plusieurs décennies, il aura cumulé les titres, même si l’échec de 1993, et la célèbre défaite face à la Bulgarie (1-2), lui auront collé à la peau toute sa vie.

Débuts tonitruants

Pourtant, il aura réussi dans tous les clubs où il est passé. Après avoir entamé sa carrière d’entraîneur à Noeux-les-Mines, il manque de peu d’emmener le club du Pas-de-Calais en D1 en 1981.

Puis il rejoint le voisin Lens, qu’il qualifie pour la Coupe de l’UEFA, avant de connaître sa première heure de gloire à la tête du PSG, sacré champion de France sous ses ordres en 1986.

Echec avec les Bleus

Derrière, il rejoint la FFF, où il endosse plusieurs rôles : adjoint du sélectionneur Michel Platini, puis directeur technique national avant de succéder à « Platoche » sur le banc des Bleus après l’Euro 1992.

Mais l’aventure est de courte durée : le désastre de 1993, avec deux défaites à domicile contre l’Israël (2-3) et la Bulgarie (1-2), privent la France d’une qualification pour le Mondial 1994 aux Etats-Unis, qui semblaient pourtant acquise (il ne manquait qu’un point aux Bleus).

La rédemption à Liverpool

Rétrogradé chez les sélections de jeunes, il rebondit à la fin des années 1990, en rejoignant Liverpool.

A la tête du mythique club anglais (1998-2004), il gagne notamment une Coupe de l’Uefa en 2001, au cours d’une année exceptionnelle où seul le titre de champion lui aura échappé.

Passage remarqué à l’OL

Après son aventure chez les Reds, il ne reste pas longtemps sans banc, puisque l’Olympique Lyonnais le recrute en 2005. Entre Rhône et Saône, il remporte deux titres de champion de France d’affilée avant de s’en aller pour « raisons personnelles », un an avant la fin de son contrat.

Mais il est toujours resté proche du club de Jean-Michel Aulas, dont il est devenu un conseiller influent.

Après l’OL, Houllier aura pris en main un deuxième club anglais, Aston Villa, où l’aventure s’est arrêtée au bout d’une saison, pour raisons de santé.

Derrière, il deviendra l’une des chevilles ouvrières du projet de l’empire Red Bull, en prenant la tête de la division football.

Vous pouvez rendre hommage au défunt sur sa page commémorative sur le site Libra Memoria et présenter vos condoléances à ses proches en témoignant votre sympathie.

Auteur :
B.M.
Le Dauphiné Libéré
Publié le 14 décembre 2020

Publié par magrenobloise

Webmagazine

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :