L’ONU «consternée» par l’exécution de l’opposant iranien Zam

La Haute-Commissaire de l’ONU aux droits de l’Homme s’est dite «consternée» lundi 14 décembre par l’exécution durant le week-end de l’opposant iranien Rouhollah Zam, dénonçant le recours «alarmant et croissant» de Téhéran à la peine de mort. «Je suis consterné» par son exécution, a déclaré Michelle Bachelet dans une déclaration écrite envoyée aux médias, soulignant que la peine de mort est «simplement inconciliable avec la dignité humaine» et «trop souvent arbitraire». «Sa condamnation à mort et son exécution par pendaison sont emblématiques d’un schéma d’aveux forcés obtenus par la torture et diffusés sur les médias d’État, servant de base pour condamner des personnes», a-t-elle réagi.

En outre, a-t-elle poursuivi, il existe «de sérieuses inquiétudes quant au fait que l’arrestation de Zam en dehors du territoire iranien pourrait équivaloir à un enlèvement et que son transfert ultérieur en Iran pour y être jugé n’aurait pas respecté les garanties d’une procédure régulière».

Rouhollah Zam, qualifié de «journaliste et dissident» par l’ONG de défense des droits humains Amnesty International, a été pendu samedi en Iran. Il avait été reconnu coupable d’avoir joué un rôle actif (par le biais de la chaîne Amadnews qu’il dirigeait sur la plateforme de messagerie cryptée Telegram) dans la contestation de l’hiver 2017-2018 en Iran.

M. Zam avait vécu en exil plusieurs années en France où il avait le statut de réfugié, avant d’être arrêté par les Gardiens de la révolution, l’armée idéologique de la République islamique, dans des circonstances obscures. Son arrestation avait été annoncée en octobre 2019, mais l’Iran n’a pas précisé le lieu ni la date des faits. L’ONG Reporters sans frontières a accusé le régime de Téhéran de l’avoir enlevé alors qu’il se trouvait en Irak.

Dans sa déclaration, Mme Bachelet a appelé les autorités iraniennes «à cesser immédiatement leur recours alarmant et croissant à la peine de mort et à de vagues accusations de sécurité nationale pour réprimer les voix indépendantes et la dissidence en Iran». «En vertu du droit international en matière de droits de l’homme, si elle est appliquée, la peine de mort doit être limitée aux crimes les plus graves, impliquant un homicide volontaire, et après des procédures respectant pleinement les garanties d’un procès équitable, le droit de faire appel et le droit de demander la clémence – des conditions cumulatives qui n’ont manifestement pas été remplies dans le cas de Rouhollah Zam», a conclu la Haute-Commissaire.

Auteur :
Le Figaro avec AFP
Publié le 14 décembre 2020

Publié par magrenobloise

Webmagazine

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :