Trafic de drogue : quatre affaires « Snapchat stup » en Haute-Savoie

D’où vient la drogue ? Esquisse du chemin de la drogue.

Le phénomène de drogue à Téhéran
L’Iran a été un pays producteur et consommateur d’opium pendant des siècles. En 1949, les consommateurs de drogues représentaient 11 % de la population ; les consommateurs réguliers d’opium étaient 1,3 million et 500 fumeries d’opium existaient alors à Téhéran.

Téhéran est situé sur la route empruntée par l’opium et l’héroïne en provenance d’Afghanistan et du Pakistan. Les routes principales du trafic passent en effet par le Khorassan et le Sistan et Balouchestan, des régions montagneuses et inhospitalières, avant de continuer vers Téhéran, puis vers la Turquie, d’où la drogue part pour l’Europe par la « route des Balkans ». Les saisies d’opium faites en Iran représentent ainsi 25 % des saisies mondiales d’opium.

En 1999, il a été estimé que 240,000 habitants de Téhéran étaient des usagers de drogue. Ce chiffre pourrait être très en deçà de la réalité, puisque le taux de prévalence d’un usage d’opium très occasionnel y est estimé à 60 % par un rapport conjoint du ministère de la santé et des Nations unies. En 2002, 150 à 200 revendeurs et usagers sont arrêtés chaque jour à Téhéran.

La migration à l’intérieur du pays, l’urbanisation, la délinquance et les problèmes sociaux ont augmenté, laissant place au développement et à l’expansion des problèmes liés aux drogue. Les causes sont multiples : les drogues sont largement disponibles (opium, héroïne, haschich ; de plus, la cocaïne et les drogues de synthèse ont fait leur apparition), la dépression est courante, le chômage touche 14 à 25 % de la population selon les estimations. D’autres causes sont aussi avancées ; notamment, Samii rapporte les propos d’usagers de drogue iraniens dans son article : « Les jeunes sont en train de devenir des drogués. Nous n’avons pas de liberté, pas de travail, nulle part où aller pour nous amuser. Alors nous sommes drogués. ».

On peut aujourd’hui constater l’apparition d’une politique de réduction des risques en Iran, et particulièrement à Téhéran où le mouvement est le plus notable : ouverture d’un centre important de traitement ambulatoire, mise en place de programmes permettant de délivrer des traitements de substitution, prévention du SIDA chez les toxicomanes, etc..

La France et l’Iran

Le 6 octobre 1978, l’ayatollah Khomeini expulsé d’Irak se réfugie en France, et s’installe en exil à Neauphle-le-Château quatre jours plus tard, d’où il rentre en Iran le 1er février 1979. Téhéran a ainsi une rue Neauphle-le-Château (orthographiée خيابان نوفل لوشاتو, et Nofel Loshato street sur les panneaux bilingues de la capitale) où se trouve l’ambassade de France en Iran. De plus le district de Kahak, dans la province de Qom, portait auparavant le nom de Neauphle-le-Château (بخش نوفل لوشاتو, bakhsh Nofel Loshato).

La propriété où Khomeini résidait, route de Chevreuse, a longtemps été clôturée et interdite d’accès et l’habitation est aujourd’hui détruite. Le gouvernement iranien a fait une demande afin de transformer en musée l’ancienne résidence de l’ayatollah Khomeini.

En janvier 2017, lors d’une cérémonie, une plaque commémorative est installée sur le terrain où séjournait Khomeini. Le texte de la plaque commémorative dit : « Le nom de Neauphle-le-Château est enregistré à jamais dans l’histoire des relations franco-iraniennes. Le peuple iranien se rappellera toujours de l’hospitalité du peuple français et de l’accueil qui a été réservé à l’imam Khomeiny, guide suprême de la Révolution islamique et fondateur de la République islamique d’Iran. Au cours de son séjour de 4 mois, l’imam Khomeiny, en poursuivant sa lutte par le biais de discours, d’interviews et d’enregistrements sonores, a guidé la Révolution islamique en Iran et le 11 février 1979, dix jours après son retour triomphal à Téhéran, le monde entier fut témoin de la victoire de la Révolution islamique en Iran. »

rue de Neauphle-le-Château à Téhéran.

Auteur :
Miguel Vasquez
Rédacteur
Publié le 14 décembre 2020

Publié par magrenobloise

Webmagazine

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :