« Débrouillez-vous sans moi » dit le Roi

La mesure d’autoriser les néonicotinoïdes sur les betteraves par le gouvernement, qui plus est de l’écologie est une mesure qui montre à quel point les élites méprisent les petites classes. En effet, parées de leur titres, les élites iront dîner, déguster des mets dans la vaisselle dorée de l’Elysée. Leurs plats, emplis de produits frais, variés et d’une qualité hautement distinguée auront été façonnés loin, très loin de l’univers de la betterave emplies de néonicotinoïdes.

« Cet acte est pour les agriculteurs, le comprenez-vous chers citoyens ? En refusant ceci, vous ne vous montrez pas solidaires ».

La brochette présidentielle montre ainsi son savoir-faire délicat en matière de manipulation. Car, toutes les chères bonnes têtes qui remplissent les couloirs du palais pourraient penser, songer, mettre en marche le champ d’actions pour remplacer ce pesticide par autre chose. Mais cela ne les regardent pas, ils tournent la tête, se pinçant le nez devant la bêtise et la simplicité que demande de réfléchir sur un tel sujet. « Je suis trop intelligent pour cela, débrouillez-vous sans moi » dit le Roi.

A l’autre bout de la ville vit une famille de quatre personnes, dans un appartement. Le père est retraité, la mère travaille encore. Elle est secrétaire. Ils vivent en ville et les produits qu’ils achètent ne proviennent guère du marché. Ils achètent donc les produits qu’on leur propose dans une grande chaîne de distribution. Souvent ce sont des produits préparés. Heureusement, le gouvernement indique désormais la qualité plus ou moins nocive de ces produits qui rendent gros car ils sont trop gras, trop salés, trop sucrés. Les enfants mangent ce genre de produits tout en regardant une tablette, la télévision, le portable.

Plus loin, entre la ville et la campagne vit une famille dans une maison, de quatre personnes également. Le père est ingénieur, la mère chef de service dans une agence de communication et les enfants sont encore petits. Les parents veillent au grain, y compris dans l’assiette et achètent de plus en plus de produits « bio » mais ceux-ci ne se trouvent qu’à des prix exorbitants. Chose incompréhensible puisqu’ils sont plus sains. Malgré leurs têtes bien faites, le jeune couple n’a toujours pas résolu l’équation.

Et tous sont loin, très loin, des soucis d’une guerre.

Le gouvernement ne prépare pas à cela, non ce sont des préoccupations qui sont très loin de son assiette, tant qu’il peut avoir des mets à son goût, à la française, qu’il garde pour lui tout seul, cela lui sied. Pour le reste, « débrouillez-vous sans moi » dit le Roi.

Auteur :
Miguel Vasquez
Rédacteur
Publié le 15 décembre 2020

Publié par magrenobloise

Webmagazine

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :