Le Congrès mondial de la nature se réunira début septembre 2021 à Marseille

Le Congrès mondial de la nature, réunion internationale majeure sur la biodiversité reportée pour cause de pandémie, se tiendra finalement début septembre 2021 à Marseille, ont annoncé le ministère de la Transition écologique et l‘UICN mardi 15 décembre.

Le congrès de l’Union internationale pour la conservation de la nature (UICN), qui se tient normalement tous les quatre ans, est l’occasion pour des milliers d’acteurs de la conservation de la nature – gouvernements, ONG, experts – d’établir des priorités et de lancer de nouvelles actions de protection des écosystèmes. Il est également le moment de la mise à jour de la fameuse «Liste rouge» des espèces menacées de l’organisation.

Initialement prévu pour juin 2020, il avait été reporté une première fois à janvier 2021, puis une nouvelle fois face à la persistance de la pandémie de Covid-19, sans qu’une nouvelle date soit fixée. Les deux parties ont finalement annoncé qu’il se tiendrait du 3 au 11 septembre 2021, toujours à Marseille. L’assemblée des membres, plus haute instance décisionnaire de l’organisation, se déroulera du 8 au 10 septembre.

«Le monde reconnaît de plus en plus le lien inextricable entre conservation de la biodiversité et bien-être économique et humain, une connexion que la pandémie de COVID-19 a rendue d’autant plus visible», soulignent l’UICN et le gouvernement français dans un communiqué conjoint, qualifiant cette réunion «d’étape clé pour la conservation de la nature et le développement d’un nouveau cadre mondial pour la biodiversité».

Le Congrès de l’UICN doit en effet précéder et donner une impulsion à la 15e réunion de la Convention de l’ONU sur la diversité biologique (COP15), qui a pour objectif d’établir un plan mondial pour protéger et restaurer les écosystèmes, indispensables à l’humanité, d’ici à 2050. Initialement prévue en octobre 2020 à Kunming (Chine), cette COP15 a elle aussi été reportée en raison de la pandémie et devrait avoir lieu en octobre 2021.

Le président Emmanuel Macron avait également prévu un sommet de chefs d’État, «One planet summit», en marge du congrès de l’UICN. Ce sommet est finalement toujours prévu le 11 janvier 2021, mais à Paris, dans un format non encore précisé.

Auteur :
Le Figaro avec AFP
Publié le 15 décembre 2020

Pourquoi organiser ce genre d’événement contre-productif ? Lors de cet événement des centaines de milliers de personnes vont venir, cela va créer des tonnes de déchets, de pollution, sans compter les trajets en avion etc, tous vont venir polluer une zone déjà fragilisée. Ce genre d’événement est tapageur, concrètement il ne mène à rien. Il faudrait plutôt réaliser des sommets dans chaque pays, que chaque pays réalise sa propre analyse pour restaurer l’environnement, adapter les activités humaines à l’environnement (pour les pays riches car ce débat est très loin des réalités dans les pays pauvres même s’ils vont être soumis et le sont déjà à une dure réalité : la sécheresse). Ce genre d’événement est un mastodonte immobile : plus l’événement sera gros, plus cela va marcher. C’est tout l’inverse et si nos dirigeants ne l’ont pas compris c’est qu’il y a là un problème d’égo. Le colibri ne revendique pas son action, Pierre Rabhi ne revendique pas son action, les citoyens qui achètent aux producteurs sur les marchés ne revendiquent pas leurs actions, il n’y a que les gouvernements qui ont besoin de revendiquer autant leur action pour le climat. Les gens ne veulent plus d’événements mondiaux car cela les dépasse, ce n’est pas à taille humaine, c’est anormal et les citoyens se sentent impuissants, pensant que tout repose sur les épaules des dirigeants. C’est faux, c’est sur les citoyens que repose avant tout la marche vers une société plus en accord avec les valeurs fondamentales de l’homme : pérenniser la vie, l’homme est le colibri et nos dirigeants oublient cela, c’est là notre grand malheur.

Les ONG sont les pires influenceuses qui soient. De véritables machines à propagande qui gagnent beaucoup d’argent avec cela, ce thème représente du petit lait pour elles. Elles profitent de la bonne conscience des gens ce qui est odieux.

De plus il est absurde de vouloir gérer le local au niveau mondial car chaque territoire, chaque pays à ses spécificités. Par cette vision l’homme oublie une chose fondamentale : la nature. Ils sont plus préoccuper par le pouvoir qu’ils ont sur la nature ou leur pouvoir en société qui ne reflète pas leur pouvoir réel, que par les pouvoirs de la nature, dont l’homme, également doté, n’est qu’une infime partie d’un Tout.

Auteur :
Michèle Lescours
Publié le 15 décembre 2020

Publié par magrenobloise

Webmagazine

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :