Le traité New Start entre américains et russes

Traité New Start

New Start : Du côté américain, le président élu Joe Biden déclare en novembre 2020 qu’il « négociera une extension du nouveau traité START, un ancrage de stabilité stratégique entre les États-Unis et la Russie, et l’utilisera comme base pour de nouveaux accords de contrôle des armements. »

Depuis le retrait des États-Unis du traité ABM décidé en 2002 par le président Bush, les Américains et les Russes ne sont plus liés par des limites au développement de leurs systèmes antimissiles.

Mise en application des traités :

Début 2020, les États-Unis et la Russie respectent les trois plafonds fixés par le traité. Les données sont actualisées tous les six mois.

En février 2018, les États-Unis déploient 652 ICBM, SLBM et bombardiers lourds contre 700 autorisés.

En 2020, la Russie déclare disposer d’environ 500 ICBM, SLBM et bombardiers lourds contre 700 autorisés, soit un nombre sensiblement inférieur à celui des États-Unis et relativement stable depuis plusieurs années.

Mise en oeuvre : Au plus tard 45 jours après l’entrée en vigueur du traité, les Parties doivent se transmettre les bases de données comprenant les informations sur le nombre, l’emplacement et les caractéristiques techniques des systèmes d’armes et des installations soumis au Traité.

Les Parties peuvent commencer les inspections 60 jours après l’entrée en vigueur du traité, dans la limite de 18 inspections sur place par an. Chaque Partie a droit à dix inspections de type un et huit inspections de type deux.

-> Les deux Parties évoquent régulièrement leur intérêt pour des négociations de limitation des armements plus globales, ne se limitant pas aux armes stratégiques américaines et russes. Les thèmes d’élargissement possibles sont l’extension à d’autres pays possédant des armes nucléaires (la Chine, mais aussi la France ou le Royaume-Uni), la prise en compte des armes nucléaires tactiques, la limitation des défenses antimissiles, voire l’inclusion d’armes conventionnelles stratégiques nouvelles. Le contexte géopolitique actuel est cependant défavorable à l’ouverture de négociations aussi ambitieuses et complexes

Evolution des plafonds d’armes nucléaires depuis 1991 :

Depuis la fin de la guerre froide, trois traités bilatéraux entre les États-Unis et la Russie ont été successivement en vigueur visant à limiter le nombre d’armes nucléaires stratégiques : Start I, Sort et New Start. Le traité Sort ne se substitue pas au traité Start I qui demeure en vigueur ; il a pour seul effet de diminuer drastiquement le plafond de têtes nucléaires déployées par les deux Parties. Le traité Start II bien que ratifié plusieurs années après sa signature n’est finalement jamais entré en vigueur.

Le traité New Start plafonne les ogives et bombes nucléaires stratégiques déployées à 1 550, soit une baisse d’environ 30% par rapport à la limite de 2 200 fixée par le traité SORT et de 74% par rapport au plafond de 6 000 prévu par le traité START. De Start I à New Start, les plafonds globaux de lanceurs sont divisés par deux, passant de 1 600 à 700 lanceurs déployés.

Disposition d’ensemble : L’installation d’une « Commission consultative bilatérale » chargée de résoudre les questions relatives au respect du traité par les deux Parties et plus généralement à sa mise en œuvre (Article 12 et Protocol Part 6 – Bilateral Consultative Commission.

Auteur :
Nicole Pras
Publié le 17 décembre 2020


Publié par magrenobloise

Webmagazine

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :