Jean-Claude Trichet

Nicole Pras zoom sur dans cet article sur un haut responsable français Jean-Claude Trichet.

Le 1er novembre 2003, succédant à Wim Duisenberg, il devient le deuxième président de la Banque centrale européenne. À cette époque, il note que l’endettement des ménages et des particuliers augmente de 8% par an en moyenne et considère que l’augmentation trop rapide de l’endettement privé pourrait se traduire par une crise ultérieure de surendettement. Malgré ses alertes, l’opposition au sein du bureau de la BCE ne prend aucune mesure concrète de régulation du crédit, notamment du crédit immobilier. La BCE n’impose également aucune mesure de prudence aux banques prêteuses

Il commence sa carrière comme inspecteur des Finances. En 1978, il est conseiller technique à l’Élysée, sous la présidence de Valéry Giscard d’Estaing. En 1986, il est directeur de cabinet d’Édouard Balladur au ministère des Finances. Entre 1987 et 1993, il est directeur du Trésor. En 1993, il devient gouverneur de la Banque de France.

Le 18 juin 2003, il est relaxé avec Jacques de Larosière par le tribunal correctionnel de Paris dans l’Affaire du Crédit lyonnais (devenu LCL).

Il préconise un alignement de la France sur les réformes économiques adoptées en Allemagne. Il fait de la réduction de l’inflation sa priorité, y compris au moyen de politiques d’austérité, ce qui aurait eu pour effet de contribuer à démanteler le tissu industriel français.

Selon le journal L’Express, la rémunération de Jean-Claude Trichet en tant que président de la Banque centrale européenne à Francfort est de 345 252 €, auxquels s’ajoutent la résidence et les frais de représentation. En 2007, le Financial Times le déclare personnalité de l’année pour sa gestion de la crise financière de l’été 2007 qui se révèlera être la première étape de la crise des subprimes.

Le 26 janvier 2012, le Conseil d’administration d’EADS a approuvé la nomination de Jean-Claude Trichet en remplacement d’Arnaud Lagardère au Conseil, où il représentera (avec Dominique d’Hinnin, directeur financier de Lagardère SCA) la Sogeade, structure qui porte les intérêts des actionnaires français.

Pour l’universitaire Frédéric Lebaron, Jean-Claude Trichet « est le plus célèbre et le plus influent d’entre tous » les experts issus de l’inspection des finances. Il est membre d’honneur de l’Institut Aspen France, administrateur de l’Institute for International Economics un important think tank de Washington. Il est membre du comité de direction du groupe Bilderberg. Il est membre du club Le Siècle. Jean-Claude Trichet est le président en exercice du groupe européen de la Commission trilatérale et président d’honneur du Group of Thirty (think tank basé à Washington. Il regroupe des financiers importants et des universitaires qui cherchent à approfondir la compréhension des problèmes économiques et financiers et à examiner les conséquences des décisions des secteurs publics et privés relatifs à ces sujets. Son directeur actuel est Paul Volcker : ancien conseiller du président Barack Obama en tant que directeur du Conseil pour la reconstruction économique ; ancien directeur de la Réserve fédérale des États-Unis. Il y a la Goldman Sachs, BCE, FMi, Banque d’Espagne, Banque d’Israël, Université de Priceton, Banque nationale de suisse, London School of Economics etc.).

En janvier 2003, Jean-Claude Trichet a été soupçonné avec huit autres accusés d’irrégularités au Crédit lyonnais. Il était responsable du trésor français à cette époque. Il est blanchi en juin 200323.

Il a été critiqué pour la manière dont la BCE a répondu à la récession liée à la crise économique des années 2000, en mettant l’accent sur la stabilité des prix plutôt que sur la reprise et la croissance. On lui a également reproché d’avoir refusé de répondre à une question sur un possible conflit d’intérêts concernant l’implication de son successeur Mario Draghi à Goldman Sachs, avant qu’il ne prenne la tête de la BCE.

Il s’attire l’opposition de la délégation française de l’Assemblée parlementaire du Conseil de l’Europe pour avoir refusé de parler en français, ce qui lui vaut en 2004 l’obtention d’un prix parodique.

Auteur :
Nicole Pras
Publié le 18 décembre 2020

Publié par magrenobloise

Webmagazine

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :