Le Conseil de l’Europe

Dans la nuit de jeudi 17 à vendredi 18, le Conseil de l’Europe a considéré l’article 24 comme une atteinte à la liberté d’expression. Il est étonnant de voir un Conseil qui plus est qui n’est pas Français, il n’est pas installé en France, il n’est pas dirigé par des gens qui ont étudié en France, qui connaissent l’histoire de France et la naissance de la Constitution, dire ce qui relève ou non de la liberté d’expression et exhorter nos sénateurs. C’est comme si ces gens-là avaient beaucoup plus de pouvoir qu’ils ne le devraient. Ils ne disent mot et se taisent quand des gens sont assassinés en pleine rue et tués comme à Charlie Hebdo mais se permettent d’exhorter les sénateurs sur la liberté d’expression. C’est devenu le paravent, le cache-misère du désordre de la France cette liberté d’expression. Le Conseil de l’Europe considère donc que diffuser des images malveillantes de policiers relève de la liberté d’expression. On en est là, en France en 2020 ? A se battre pour cela ? A dénoncer des gens qui font leur travail et qui parfois dérapent ? Dérapage à nuancer car se soustraire à la loi est déjà une faute : l’affaire Zecler en l’occurrence en est en exemple.
On en est donc là ? N’y a-t-il pas d’autres sujets plus graves que cela ? La France va-t-elle se faire dicter ses lois pendant longtemps ? Combien de temps encore avant qu’elle ne se sépare de ces organes arrogants ? Ignorants ? Payés par les impôts des contribuables français mais qui ne défendent guère leurs intérêts ?! Combien de temps ? N’y a-t-il pas d’autres pays au sein de l’Union Européenne où la liberté d’expression est réellement bafouée ? Car celle de France est déjà censurée. En effet, dans aucun média vous ne verrez de reportages sur les oppresseurs, tous se taisent et acquiescent en silence, pensant que l’oppresseur est le policier. L’épée de Damoclès se situe au dessus de leur tête. L’état de la presse française, de la liberté d’expression en France est en lambeau et le Conseil de l’Europe fait mine de s’en préoccuper maintenant ? Quand la France tente de se défendre d’actes qui pourraient être répréhensibles. Aucun média n’attaquent le Conseil de l’Europe, aucun média n’attaque l’Europe, eux qui se plaignent toujours des riches, là il y a du pognon de dingue à récupérer. La liberté d’expression est juste écrite, elle n’est pas appliquée, elle doit servir les intérêts des dirigeants et de ceux qui les dirigent et non ceux des citoyens, sinon cela ferait longtemps que les choses auraient changé. La liberté d’expression est morte dans l’oeuf. Le Conseil de l’Europe, sûrement soutenu par cette gauche des Etats-Unis, veut continuer d’achever la France dans ce mouvement qui est le sien, pour qu’ils coulent ensemble. Malheureusement la France n’est pas fan du Titanic et prendra le large toute seule, avec un bateau à voile s’il le faut.

Auteur :
Marianne Solat
Journaliste, spécialiste de l’histoire
Publié le 18 décembre 2020

Publié par magrenobloise

Webmagazine

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :