Enquête sur un proche de Wauquiez : l’opposition parle de « système clientéliste »…

Il y a quelques jours, on apprenait que le parquet national financier (PNF) avait décidé d’enquêter sur un proche de Laurent Wauquiez à la tête de la Région Auvergne-Rhône-Alpes, dont le salaire avait été jugé « disproportionné » par Chambre régionale des comptes (CRC).

Jean-François Debat, leader de l’opposition socialiste, monte au créneau. Photo Le Progrès /Laurent THEVENOT1 /3
Le siege de la region a Lyon bureau de Laurent Wauquiez president de la region Auvergne Rhone Alpes. Photo Le DL/ Sylvain MUSCIO2 /3

En octobre 2019, la Chambre régionale des comptes (CRC) avait épinglé – dans un rapport consacré aux premières années de la gestion régionale de Laurent Wauquiez (2016-2018) – « la situation atypique d’un responsable de service », dont la rémunération mensuelle – « près de 9 000 euros nets » – représentait « plus du double » de la moyenne salariale de ses pairs au sein de la collectivité.

« Un salaire disproportionné »

À l’époque, l’exécutif régional avait justifié la rémunération d’Ange Sitbon (ex-tacticien électoral de l’UMP et de LR au niveau national) par le « haut niveau de technicité » et l’importance des missions de cet agent contractuel, engagé comme « coordinateur des relations aux élus ». Un argument qui n’avait pas convaincu la CRC, qui avait en juin dernier activé la justice pénale en signalant les faits au procureur de Lyon, qui lui-même avait transmis le dossier au parquet national financier (PNF) en juillet.

L’ouverture d’une enquête a bien sûr fait réagir l’opposition. Le groupe Socialiste et Démocrate, par le biais de son président Jean-François Debat, a tapé fort en déclarant : « En contrepartie de sa rétribution, M. Sitbon anime pour compte du président de la région un système clientéliste extrêmement sophistiqué composé d’un cabinet politique occulte, constitué d’une dizaine de personnes, presque toutes issues des rangs du parti Les Républicains. Le rôle de ce cabinet est très précis. Il gère politiquement toutes les subventions régionales dans une opacité totale, à la seule fin de la réélection de Laurent Wauquiez à la tête de la Région. Une gestion sans aucun contrôle possible et sans critères qui maintient à l’écart les fonctionnaires de l’administration régionale pourtant garants du bon fonctionnement du service public régional et de l’instruction des dossiers de subvention. Ce système est adossé à l’octroi aux seuls conseillers régionaux de la majorité d’une enveloppe de financement discrétionnaire. Cela s’apparente à la reconstitution d’une réserve parlementaire, qui fut pourtant abrogée en raison, précisément, de son caractère clientéliste ouvert à toutes les dérives possibles. »

Contactée par nos confrères du Progrès ces derniers jours, la Région indique « avec beaucoup de sérénité se tenir à la disposition du PNF. Elle communiquera tous les éléments qui lui seraient déjà demandés comme elle l’a déjà fait avec la Chambre régionale des comptes. »

Auteur :
Ev.M.
Le Dauphiné Libéré

Publié par magrenobloise

Webmagazine

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :