La victoire de la famille Lefèvre, c’est celle de la France

OPINION. Finale de l’émission « La France a un incroyable talent ». Surprise :  comment la famille Lefèvre peut-elle s’y fourvoyer ? Versailles, catholiques, famille nombreuse et unie, une passion pour la musique sacrée. Leur sort me parait scellé d’avance, mais le vote populaire leur donne la victoire. Et elle est pleine d’enseignements.

La victoire de la famille Lefèvre, c’est celle de la France

Je me suis lourdement trompé. Lorsque, le 15 décembre dernier, j’ai regardé la finale de l’émission « La France a un incroyable talent », sur M6, ma première réaction a été : « Comment la famille Lefèvre a-t-elle pu se fourvoyer dans cette émission ? Il est clair qu’ils n’ont aucune chance ! ». Nœud papillon, robe longue, smoking, Versailles, catholiques, famille nombreuse et unie : leur sort me paraissait scellé d’avance. Et de plus, leur passion, c’est la musique sacrée ! Comme l’avait bien senti le père de la famille : « On était un peu des ovnis pour le format de l’émission”.

Et voilà, divine surprise : le vote populaire leur donne la victoire. Une victoire qui est pleine d’enseignements.

D’abord sur le plan personnel. Cette victoire est la démonstration de ce que, trop souvent, nous avons peur d’exprimer nos convictions. Le « politiquement correct », la censure insidieuse, la propagande officielle nous anéantissent progressivement. Nous devenons des jouets du pouvoir, le consommateur docile remplace peu à peu le citoyen conscient. La libre expression devient l’exception. La famille Lefèvre a montré ce qu’est le courage, un courage non agressif, un courage tout simple, celui de paraître ce que l’on est et ce que l’on pense. C’est une vraie leçon, non seulement de comportement social, mais aussi de comportement politique. Une vraie leçon pour les catholiques ; une vraie leçon aussi pour les souverainistes.

Mais l’essentiel est peut-être ailleurs. Ce vote montre ce qu’est l’état réel de l’opinion française, celle du Français moyen. On lui explique qu’il existe un danger de « fascisme en loden » et il vote pour une famille versaillaise. On lui explique qu’il nous faut une stricte laïcité et il vote pour une famille catholique. On lui explique que les immigrés sont une « chance pour la France » et il vote pour une famille typiquement française. On lui explique que les crèches de Noël n’ont plus de place dans la nouvelle société et il vote pour « Douce nuit, Sainte nuit ». Etc. etc. Dans une émission appelée «La France a un incroyable talent», c’est tout naturellement qu’il vote pour le talent d’une famille française.

En d’autres termes, cette victoire illustre merveilleusement le décalage, pour ne pas dire le fossé — notre président dirait le « gap » — qui existe entre le schéma social qu’on nous impose et le souhait des Français. Ils ne veulent ni du dévoiement des mœurs, ni du « grand remplacement », ni de l’islam, ni d’une société créolisée ou américanisée : ils aiment leur pays, ils sont sensibles aux traditions, un chant de Noël les émeut, leur rappelle leur jeunesse, une grande et belle famille les impressionne toujours, plus que les extravagances sociétales qu’on leur présente comme normales. Plus qu’à la petite musique que leur chante chaque jour le gouvernement, c’est à une musique sacrée qu’ils ont été sensibles.

Bien évidemment, nombreuses ont été les voix qui se sont élevées contre ce vote. Sur certains blogs, des internautes furieux se sont déchaînés. C’est ainsi, il y aura toujours des « démocrates » qui ne sont satisfaits des votes populaires que lorsque ceux-ci coïncident avec leurs idées.

Le vote du public en faveur de la famille Lefèvre, c’est aussi une grande leçon pour le gouvernement quant aux risques, pour lui, de tout référendum sur les questions de société. Certes, on ne saurait comparer un vote pour un jeu télévisé et un référendum. N’empêche que cette victoire illustre incontestablement le véritable divorce qui existe désormais entre la société qu’apprécient les Français et celle, dévoyée, que, jour après jour, nous imposent les

gouvernements successifs. Et si le matraquage de la propagande officielle provoquait chez les Gaulois que nous sommes restés, l’effet inverse de celui escompté ?

Une réflexion entendue à l’occasion de cette victoire des Lefèvre résume parfaitement cette situation : « Jamais un tel vote aurait été admis sur une chaîne publique ». Or la victoire des Lefèvre, c’est celle de la France. Il est tragique de penser qu’une telle victoire ne serait pas admissible pour une chaîne publique, c’est-à-dire pour la République, tragique de constater qu’il existe désormais un tel gouffre entre la France et la République.

Auteur :
François JOYAUX
Universitaire
Publié le 20 décembre 2020

Publié par magrenobloise

Webmagazine

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :