L’information : une vaste mascarade

Lundi 21 décembre, l’Algérie exhortait la France de lui rendre les archives la concernant afin qu’elle étudie tous les récits issus de la période coloniale. Chose qui lui était jusque là interdite. Cette demande est en effet une bonne nouvelle car cela veut dire que l’Algérie veut avoir accès à son histoire, qu’elle veut étudier les textes de nos ancêtres, avoir accès à une matière littéraire qui raconte le vrai, le réel et qui lui permettra de mieux comprendre le présent.

Ces récits sont essentiels, y compris pour les jeunes générations et c’est ce qui leur manque : officiellement. Tous les récits, tout l’imaginaire qui a constituait les anciennes générations se tarissent dans la presse, dans les médias télévisuels. Rien n’est plus raconté et transmis. Les journalistes vont au travail ainsi qu’ils vont au marché, ils n’ont pas cette envie de remplir leur devoir. Ce sont les jeunes, les auditeurs qui en pâtissent. Le CSA et d’autres instances devraient exiger de la part des chaînes non pas une réussite passant par l’audimat mais une réussite médiatique en terme de qualité. Qu’est-ce qu’un peuple fidèle s’il n’est pas éduqué ? S’il n’a pas accès à la réflexion ? Il sera un peuple abêti, prêt à croire une porte-parole indiquant « Je ne sais pas comment se met un masque ». Il sera un peuple incapable de se rebeller contre des dirigeants qui abusent de leur pouvoir : pactisant avec le diable et demandant au peuple de se taire, de lui être fidèle.

Les gens ne veulent pas consciemment consentir à ses frais médiatiques qui les trahissent : mensonges informationnels, moqueries, mépris, désintérêt pour la vie publique, personnification des journalistes et non pas oubli de sa personne pour son travail, pour le travail.

Le métier de journaliste est un métier historiquement intouchable mais la figure s’est transformée. Ce sont désormais un nouveau pouvoir, autoritaire, qui décide si oui ou non l’Europe est bonne ou mauvaise, sans se soucier du concret, ce sont ceux qui orientent de façon négative ou non les questions, ce sont eux qui se moquent des gens, les ridiculisent, leur manque de respect, contrairement aux journalistes-écrivains qui ont fait leur lettre de noblesse dans la littérature, ce sont eux qui indiquent quelle personne est digne de passer ou non à la télévision, sur les chaînes informationnelles pour présenter un programme présidentiel, ce sont eux qui installent un entre-soi et qui bâillonent la démocratie puisqu’ils ont entre leurs mains le pouvoir de donner la parole ou de la retirer. En ce sens ils abusent de leur pouvoir, ils ne servent pas la démocratie, ils servent leur propre intérêt ou l’intérêt du patron. Ils décident d’échanger sur des sujets dont on sait les tenants et les aboutissants mais aucun d’eux ne se rebellent, ne se rebiffent contre le pouvoir pour exiger des résultats, exiger des actes, peut-être bénéficient-ils de privilèges et ont ainsi peur de les perdre ? Mais ils desservent tout le monde : la vie publique, le pouvoir, leur profession, la démocratie.

Le journaliste ne devrait même pas exiger de la part de l’Etat des actions, une transparence. Mais ce qu’il fait n’est pas transparent et ne se traduit pas concrètement. Son manque d’action justement s’observe concrètement sur le terrain et fait des ravages. « Ils nous prennent pour des cons » pense-t-on généralement parmi le peuple.

L’information est devenue une industrie. Les meilleurs professeurs l’indiquent.

Seul le Figaro Magazine, dans son édition du 21 décembre 2020, introduisait avec délice le fait que l’Europe n’était qu’une vaste mascarade.

Auteur :
Nicole Pras
Publié le 22 décembre 2020

Publié par magrenobloise

Webmagazine

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :