Affaire Sud Radio : « Cette auditrice ‘raciste’ aurait pu être ma mère »

Dans l’émission « Les Vraies Voix » diffusée en octobre dernier sur Sud Radio, une auditrice a tenu des propos qualifiés de « racistes » à l’encontre de Rokhaya Diallo. Stella Kamnga a souhaité revenir sur cette affaire.

Cliquez-ici pour voir la vidéo.

Il y a une différence entre les propos qui peuvent être choquants et cela je lui accorde et des propos qui peuvent être racistes. Un propos raciste ne dépend pas en réalité de notre état d’âme et de notre conception, de comment on le reçoit, si on es trop fâché ou trop content, non. Un propos est attrait à la couleur de peau et un propos choquant peut être réel. Cette dame a quand même pointée quelque chose qui n’est pas tout à fait faux.

Il suffit de regarder les statistiques de l’UNESCO il y a plus de 130 millions de jeunes femmes africaines qui ne sont pas scolarisées. Je vous invite à regarder les statistiques de l’UNESCO, à regarder les statistiques de l’INSEE, sur l’alphabétisation de la jeune femme africaine en Afrique*. Au dernier passage d’Emmanuel Macron en Afrique à Ouagadougou quand il a expliqué que le problème de l’Afrique était civilisationnel beaucoup de personnes se sont offusquées et ont critiqué le Président de la République en expliquant que voilà il se mêle de ce qu’il ne le regarde pas et qu’est-ce qu’il en sait ? Sauf que cela est vrai, quand on a des femmes qui malheureusement passent leur temps à accoucher et pas à s’instruire le résultat est là : on a une explosion démographique, on a une croissance démographique qu’on n’arrive pas à maîtriser. Et cela est le problème de l’Afrique.

Beaucoup de personnes sont venues m’expliquer : « Oui Stella tu ne peux pas accepter cela. Toutes les Africaines ne sont pas illettrées. » Oui toutes les Africaines ne sont pas illettrées mais à proportion égale, une femme africaine lettrée vaut également une femme africaine illettrée donc comment résoudre ce problème-là. A peine 50% des femmes africaines sont éduquées donc cela reste un sujet d’actualité. Ca reste un véritable fait d’actualité donc ce n’est pas un propos raciste.

Personnellement je m’attendais à ce que la panafricaine (doctrine et mouvement de solidarité entre les peuples africains) qui sommeille en Rokhaya Diallo se lève et revendique en réalité que ces femmes qui pilent le mil** à même le sol sont des femmes courageuses qui affrontent la vie comme de véritable lionnes qui élèvent leurs enfants à la force de piler le mil, sincèrement je m’attendais à ce qu’elle vente ses efforts-là parce que les femmes africaines jusqu’à aujourd’hui sont de véritables lionnes qui élèvent leurs enfants sans les aides de l’Etat, qui se battent parfois sous le soleil, sous la pluie pour envoyer leurs enfants à l’école pour même envoyer leurs enfants à l’étranger. Cela je m’attendais à ce que Rokhaya Diallo pointe quand même ce côté lionne là de la femme africaine mais non pour elle c’était trop dégradant de dire qu’une femme qui pile le mil, elle a trouvé cela dégradant sauf que Madame Diallo laissez-moi vous dire une chose c’est que c’est cela en fait la réalité de l’Afrique.

L’Afrique c’est un très beau continent, c’est un continent avec des valeurs, c’est vrai. C’est un continent qui a des formes brutes, qui a une beauté brute, c’est cela l’Afrique, c’est cela la réalité de l’Afrique donc pour une fois que l’on vous met en face de la réalité de ce que peut être la vie des noirs en Afrique, vous vous offusqué et vous trouvez qu’on vous a rabaissé, vraiment ?

Et beaucoup de personnes essayent de nous expliquer que oui, c’est parce qu’elle dérange, c’est parce qu’elle a un combat. Non Rokhaya Diallo n’a aucun combat pour moi, ce sujet devait être un non sujet donc il faudrait qu’elle traite cette question-là en toute honnêteté au lieu d’expliquer aux Africains que oui la France est raciste, les Blancs sont racistes et tout ce que cela comporte, le racisme systémique, si les Blancs étaient vraiment racistes Rokhaya Diallo vous ne seriez pas en réalité ce que vous êtes aujourd’hui. Vous n’auriez pas la notoriété que vous avez aujourd’hui.

Moi j’aimerais bien que pour une fois, vous soyez réellement confronté à ce que la vie des Noirs comptent réellement pour vous et que ça compte en Afrique. Vous devrez. J’aimerais que vous abordiez les véritables questions, les véritables problématiques qui minent le Continent, qui empêchent le Continent d’évoluer, la force, le potentiel que les jeunes peuvent avoir mais qu’il est gêné par les convictions égoïstes de leur chef d’Etat. Moi j’aimerais vous voir sur ces questions-là, ce que vous faites actuellement c’est de la gesticulation.

Ma mère à moi m’a toujours expliqué, quand j’étais plus jeune, que j’ai de la chance de l’avoir en tout cas, pour mère et elle a tout fait pour m’éduquer et à chaque fois elle me disait : « A la minute où tu vas arrêter ton éducation, tu vas finir vieille, aigri, femme de cultivateur avec 10 enfants minimum. » Ca c’est ce que ma mère me disait pour m’encourager parce qu’elle voulait que je sois une femme libre, forte et indépendante. Ma mère m’a toujours expliqué que le premier mari d’une femme c’est son travail donc oui d’où je viens, on force les gens, on force les femmes à se battre pour devenir, pour arriver au top, au top de la société donc la réalité de l’Afrique je la connais. Beaucoup de personne ont tendance à m’expliquer que je n’ai pas la légitimité pour m’exprimer parce que cela ne fait que 4 ans que je suis en France et bien oui pour la même raison je peux vous dire que je peux vous dire que ça ne fait justement que 4 ans que je suis en France donc la fraîcheur, le concept, je n’ai pas oublié d’où je viens. Je sais d’où je viens, je sais comment j’ai commencé mon militantisme au Cameroun notamment en Afrique, je connais les réalité du terrain et c’est cela qui fait toute la différence entre Rokhaya Diallo et moi. Donc à un moment donné il faudrait que vous arrêtiez. C’est cela la réalité, la véritable réalité de l’Afrique. Je tiens vraiment à insister sur le mot réalité. Donc quand vous dites, que Black Lives Matter et que vous n’avez aucune idée de ce que cette phrase signifie ou veut dire, ou que vous scandez cette phrase sans même savoir pourquoi vous le faites, vous ne savez même pas à quel point en réalité la vie des Noirs elle compte. Et elle compte où ? Et bien elle compte en Afrique.

*Unesco – En Afrique subsaharienne, les grossesses chez les adolescentes pourraient empêcher 1 million de filles de retourner à l’école : Efua a été exploitée sexuellement par un jeune homme de sa communauté, qui a profité des problèmes financiers rencontrés par sa mère lorsque la poissonnerie était en difficulté. […] Efua compte poursuivre ses études après la naissance de son enfant, en dépit des difficultés et de la stigmatisation associées au fait d’être une jeune mère. « Je veux continuer d’aller à l’école parce que je veux devenir quelqu’un de bien ».

**Piler le mil – vidéo 2

Auteur :
Stella KAMNGA
Étudiante
Publié le 22 décembre 2020

Publié par magrenobloise

Webmagazine

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :