Planning familial : Bienvenue en Absurdie

OPINION. Premier réseau associatif de service de santé sexuelle en France, le mouvement français pour le planning familial a toujours défendu les droits des femmes. Une époque révolue ? Une tribune de Céline Pina.

Planning familial : Bienvenue en Absurdie

Bienvenue en Absurdie. Après avoir défendu le voile et le burkini en mode promotion du sexisme inclusif, voilà que le Planning familial décide d’éliminer les femmes. Elles n’existent plus, remplacées par le terme : « personnes qui ont un utérus » et qui peuvent tomber « enceint.e ».

Pour avoir réagi aussi à ce type de stupidités, en rappelant que les « personnes avec un utérus » étaient des femmes, JK Rowling a subi une tempête d’insultes lui intimant de s’excuser auprès des militants transgenres (des hommes qui se sentent femmes dans leur tête tout en étant -et parfois en voulant rester- des hommes selon les critères biologiques). Elle a tenu bon et elle a eu raison.

Tout le monde a droit à ses névroses et si les trans veulent se sentir femme dans leur tête, personne ne les en empêche, mais pas au prix de la négation de l’existence des femmes.

Bref le Planning poursuit sa dérive. Après ses proximités avec les islamistes, problème toujours pas réglé, le voilà maintenant qui sombre dans l’idéologie « woke », autrement dit la mise en scène d’une indignation vertueuse pour mieux pratiquer la chasse à l’homme en toute bonne conscience et obtenir la mort sociale de ses cibles.

Cela commence toujours dans le cucul la pralinisme dégoulinant en mode « personnes qui ont un utérus » pour finir par accuser de tous les maux ceux qui réagissent face à tant de négation du réel.

D’ailleurs c’est souvent le but de ces provocations: amener les personnes à réagir puis les attaquer violemment jusqu’à demander leur tête, alors que pour ceux qui regardent, elles ont réagi à bon escient. Quand le grand public voit ainsi des personnes qu’il trouve logiques et nuancées, comme l’a été J K Rowling, subir un tel étrillage, il apprend très vite à se censurer et se sent abandonné par les élites qui laissent faire. Ce qui affaiblit encore le contrat social.

Tout cela n’est pas étonnant : le but de la convergence des luttes est justement d’en étouffer certaines au nom des autres et surtout d’instrumentaliser la quête de justice de la jeunesse au profit d’un activisme agressif et harceleur.

Alors si le militantisme trans permet que des associations, naguère dévolues à l’émancipation des femmes, en viennent à négliger leur mission première, c’est tout bénéfice pour ceux qui estiment que le ventre des femmes ne leur appartient pas mais sont les armes d’un combat démographique. Si ce genre de dérives finissent par faire disparaître le combat pour rendre effectif l’égalité femmes/hommes au profit d’un délire incompréhensible pour le commun des mortels, c’est tout bénéfice pour ceux qui instrumentalisent les minorités pour mieux abîmer le contrat social et la démocratie.

Voilà pourquoi alors que woke et islamistes semblent à des années lumières les uns des autres (on imagine l’affection des islamistes pour les woke), ils s’allient derrière la barrière de la convergence des luttes. Les islamistes sont conscients du pouvoir culpabilisateur et d’ostracisation sociale des woke. Ils les utilisent pour faire le procès en intolérance des démocraties et abimer leur image, pendant qu’eux oeuvrent à radicaliser leur communauté. De toute façon, les ultras minorités ne représentant rien qui puisse peser, une fois qu’elles auront accomplies leur mission, elles pourront être écartées sans problème. C’est exactement le même calcul qui est fait avec les associations de défense des homosexuels, elles aussi sous emprise.

Il est temps de couper toutes subventions à ce genre d’association, surtout quand elles sont multirécidivistes. Cela permettra d’arrêter l’entrisme et d’envoyer un message clair : non seulement les pouvoirs publics ne subventionnent pas n’importe quoi mais si tout entrisme islamiste, racialiste et/ou woke entraîne immédiatement et sans négociation le retrait ou le remboursement des aides perçues, alors l’entrisme devient moins intéressant. Quant à l’abandon de ces associations, il est parfaitement justifié. C’est même le seul moyen de reprendre les choses à zéro.

Alors que meure le Planning familial, sans regret et qu’avec les vrais militants universalistes des droits des femmes soit recréée une autre structure qui, elle, se consacre à sa véritable mission.

Auteur :
Céline PINA
Fondatrice de Viv(r)e la République
Publié le 28 décembre 2020

Publié par magrenobloise

Webmagazine

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :