Santé – Les hommes, les industries, la politique.

En matière de Santé, il existe des conflits d’intérêts avérés. C’est le cas de Karine Lacombe qui fut payée entre autre par Gilead pour ne pas défendre l’hydroxychloroquine et vanter les mérites du remdisivir. Yazdan Yazdanpanah fait également parti de ceux-là. Il est également membre du conseil scientifique.

Yazdanpanah, né le 27 décembre 1965 à Chiraz (Iran), est un médecin gastro-entérologue franco-iranien.

Biographie
Fils d’un ingénieur des ponts et chaussées, il grandit à Chiraz dans une famille francophone. En 1980, alors que l’Iran se trouve désormais sous le régime de la République islamique et que la guerre contre l’Irak est sur le point d’éclater, il est envoyé en France et poursuit son cursus scolaire en internat à Nice (Sophia-Antipolis), où ses parents le rejoindront plus tard.

Carrière médicale

Il poursuit des études de médecine à l’université de Montpellier, puis réalise son internat au CHRU de Lille. En 1993, il effectue son service national comme coopérant au Sénégal, où il est confronté à la bilharziose maladie endémique dans de nombreux pays d’Afrique, qui détermine sa vocation d’infectiologue.

De retour à Lille, il exerce au département des maladies infectieuses du CHRU, sous la direction du professeur Yves Mouton. Après une période de deux ans à l’École de santé publique d’Harvard, où il se spécialise dans les évaluations économiques des politiques de santé, il obtient un poste de professeur, puis de chef de service au CHRU de Lille, après le départ à la retraite d’Yves Mouton (2009). Confronté à l’épidémie de SRAS, il est ensuite nommé à l’hôpital Bichat (Paris) comme chef de service des maladies infectieuses. Il est également directeur de l’Institut thématique d’immunologie, inflammation, infectiologie et microbiologie de l’Insermet participe à REACTing (REsearch and ACTion targeting emerging infectious diseases), un consortium multidisciplinaire créé par l’Inserm et l’Aviesan, «rassemblant des équipes et laboratoires afin de préparer et coordonner la recherche pour faire face aux crises sanitaires liées aux maladies infectieuses émergentes

VIH et hépatite C
En 2015 et 2016, le Dr Yazdanpanah participe à des essais, faisant partie du board d’expert national de Gilead.

Ebola
De 2018 à 2019, il participe à des recherches sur le virus Ebola, testant l’efficacité d’antiviraux comme le favipiravir, le remdésivir (GS-5734) et le ZMapp, lors d’expérimentations en République Démocratique du Congo. Une fois évalués leurs effets, ces soins ne sont toutefois pas poursuivis dans ce pays.

Pandémie de covid-19
Le service des maladies infectieuses qu’il dirige à Bichat se retrouve en première ligne lors de la pandémie de covid-19. Nommé au conseil scientifique le 11 mars, puis du Comité analyse recherche et expertise (CARE) le 24 mars, il est atteint par la maladie fin mars et hospitalisé dans son propre service de l’hôpital Bichat. Guéri, il reprend le service mi-avril.

Auteur :
Miguel Vasquez
Rédacteur
Publié le 4 janvier 2021


Publié par magrenobloise

Webmagazine

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :