Politique et Humanité – Ligue des Droits de l’Homme, partie 1

Fondée en 1898 par le sénateur de la Gironde, Ludovic Trarieux, la Ligue des droits de l’homme (France) est présidée depuis 2017 par Malik Salemkour.

À partir de la fin du xxe siècle, la défense du droit des étrangers fournit la plus grande partie de son activité contentieuse.

Objet

« Il est constitué une association française destinée à défendre les principes énoncés dans les Déclarations des droits de l’homme de 1789 et de 1793, la Déclaration universelle de 1948 et la Convention européenne de sauvegarde des droits de l’homme et ses protocoles additionnels.
Elle œuvre à l’application des conventions et des pactes internationaux et régionaux en matière de droit d’asile, de droit civil, politique, économique, social et culturel.
Elle combat l’injustice, l’illégalité, l’arbitraire, l’intolérance, toute forme de racisme et de discrimination fondée sur le sexe, l’orientation sexuelle, les mœurs, l’état de santé ou le handicap, les opinions politiques, philosophiques et religieuses, la nationalité, et plus généralement toute atteinte au principe fondamental d’égalité entre les êtres humains, toutes les violences et toutes les mutilations sexuelles, toutes les tortures, tous les crimes de guerre, tous les génocides, et tout crime contre l’humanité.
Elle lutte en faveur du respect des libertés individuelles en matière de traitement des données informatisées, et contre toute atteinte à la dignité, à l’intégrité et à la liberté du genre humain pouvant notamment résulter de l’usage de techniques médicales ou biologiques.
Elle concourt au fonctionnement de la démocratie et agit en faveur de la laïcité.
Elle est membre de la Fédération internationale des ligues des droits de l’homme (FIDH) dont elle est une des associations fondatrices.
Elle est déclarée conformément à la loi du 1er juillet 1901. »

— Titre premier, dispositions générales, article premier des statuts de la LDH.

La Fédération internationale pour les droits humains (FIDH) est une organisation non gouvernementale fédérative dont la vocation est d’agir concrètement pour le respect de tous les droits énoncés dans la Déclaration universelle des droits de l’homme de 1948 – les droits civils et politiques comme les droits économiques, sociaux et culturels.

Composée d’une dizaine d’associations nationales à sa création en 1922, dont les ligues françaises (Ligue des droits de l’homme) et allemandes (Internationale Liga für Menschenrechte), la FIDH rassemble en 2018, 184 ligues membres dans 112 pays. Elle coordonne et soutient les actions de ses ligues et leur apporte un relais sur le plan international.

Entre 2009 et 2012, la FIDH a réalisé 280 missions internationales d’enquêtes, d’observation judiciaire, de solidarité et de plaidoyer dans près de 80 pays.

La FIDH est non partisane, non confessionnelle et indépendante de tout gouvernement.

La FIDH dispose d’un statut consultatif auprès de l’ONU, de l’UNESCO et du Conseil de l’Europe, et du statut d’observateur auprès de la Commission africaine des droits de l’homme et des peuples.

1940 : la FIDH s’engage dans la lutte contre le nazisme. Son Président, Victor Bash, est assassiné par la milice, à Lyon.

Années 1990 : la chute du mur de Berlin et la fin de la Guerre froide marquent le développement spectaculaire des ONG nationales de défense des droits de l’homme à travers le monde. La FIDH accompagne cette évolution dans le cadre, notamment, de programmes de coopération juridique dans des contextes de transition politique en Europe de l’Est, Afrique subsaharienne, Afrique du Nord et Moyen-Orient et Amérique latine. À cette époque, la FIDH passe de soixante-dix à plus de cent organisations membres. En 1990, la FIDH réunit à Prague, pour la première fois, l’ensemble de ses affiliés et partenaires d’Europe de l’Est, enfin libérés de leur dictature. En 1997, elle tient son premier Congrès mondial dans un pays du Sud, à Dakar. Ce Congrès confirme l’urgence de contrer une mondialisation économique porteuse de violations flagrantes des droits de l’Homme.

Son Président est Alice Mogwe.

Auteur :

Publié par magrenobloise

Webmagazine

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :