Justice -Des morts sur la conscience

Le Figaro informe que l’ancien Président de Baraka City n’est pas poursuivi après avoir harcelé la journaliste Zineb El Rhazoui car cela n’entraîne pas une détérioration de sa vie. Hors ceci n’est pas vrai madame El Rhazoui doit connaître une détérioration de sa vie. Tout d’abord mentale car elle n’est pas assurée, et la justice y autorise, de sa liberté de conscience. Elle peut avoir peur de s’exprimer en toute liberté par peur des représailles, des insultes et des menaces. Sa personne physique peut elle aussi, par ce non soutien juridique, se sentir menacée. La justice officialise ainsi sa volonté de laisser prospérer les menaces où qu’elles soient alors qu’elle a les pouvoirs de les contrer. La justice n’est pas dissuasive. La justice est ainsi injuste, ne faisant pas son travail. De plus la personne incriminée répond de façon arrogante au ministre de l’Intérieur grâce cette décision alors qu’il est en tort. Cela ouvre la voie à tous les crimes et délits possibles et ce, grâce à la justice. Il n’y aura pas de liberté de conscience mais des morts sur la conscience.

Auteur : F.D.S., publié le 15 janvier 2021.

Publié par magrenobloise

Webmagazine

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :