France – La puissance Attali

Etats-Unis d’Europe

Jacques Attali est un écrivain, chef d’entreprise, économiste et haut fonctionnaire français.

Conseiller d’État, maître de conférences à l’École polytechnique, professeur d’économie à l’université Paris-Dauphine et à l’École des ponts et chaussées, conseiller spécial de François Mitterrand de 1981 à 1991, puis fondateur et premier président de la Banque européenne pour la reconstruction et le développement (BERD) en 1991, il a présidé en 1997 la Commission de réforme de l’enseignement supérieur et en 2008 la Commission pour la libération de la croissance française. Il dirige actuellement le groupe Positive Planet et le groupe Attali & Associés. Il a publié plus de 80 essais, biographies et romans. Il est également éditorialiste du quotidien Les Échos depuis septembre 2019 (après avoir écrit pour L’Express pendant 20 ans) et du Journal des arts.

[…] Au lendemain d’un entretien téléphonique houleux entre Jacques Attali et John Major, la presse britannique multiplie les critiques à l’encontre du président de la BERD, diffusant notamment des critiques sur la gestion de l’institution et révélant, en avril 1993, que la BERD avait dépensé pour elle-même deux fois plus d’argent qu’elle n’en avait déboursé pour ses activités à l’Est (il est notamment visé pour avoir fait remplacer le marbre du siège de la BERD) — critiques qui seront ensuite relayées par la presse française. Jacques Attali explique sa position dans le chapitre « Verbatim et la BERD » du livre C’était François Mitterrand ainsi que dans le livre Europe(s) : « les travaux en question avaient été réalisés sous la responsabilité d’un groupe de travail international dont je ne faisais pas partie ». De fait, à son départ, contraint par diverses révélations de quotidiens britanniques et frais injustifiés, de la BERD en juin 1993, Jacques Attali a reçu pour sa gestion le quitus du conseil des gouverneurs.

Carrière financière privée
En 1994, Jacques Attali crée Attali et Associés, cabinet de conseil international spécialisé dans le conseil stratégique, l’ingénierie financière et les fusions-acquisitions. Il le dirige toujours.

En novembre 1998, avec Arnaud Ventura il fonde Positive Planet, une organisation aujourd’hui présente dans 40 pays qui conseille et forme plusieurs centaines d’institutions de microfinance et des millions de microentreprises. Elle emploie plus de 200 salariés et poursuit des activités de conseil, et de plaidoyer pour le développement de micro-entreprises positives, et de l’économie positive. En particulier, elle travaille dans les banlieues françaises. Jacques Attali crée aussi MicroCred, filiale bancaire de Positive Planet, et préside le Conseil d’administration de la Fondation Positive Planet. Il lance le forum de l’économie positive en 2011 au Havre, dont le maire est Édouard Philippe. En 2019, il fonde l’Institut de l’économie positive, filiale de la Fondation Positive Planet.

Jacques Attali est administrateur du broker français Kepler Cheuvreux, a présidé le conseil de surveillance de Slate.fr et préside l’International Advisory Board de C3.ai, que préside Tom Siebel en Californie.

Musique et art
Passionné de musique, il pratique le piano depuis l’enfance (on l’a entendu jouer à France 2 pour les Restos du Cœur) et a écrit une chanson pour Barbara intitulée Coline. Il publie en 1977 Bruits, essai sur l’économie musicale et sur l’importance de la musique dans l’évolution des sociétés, traduit dans de très nombreuses langues.

En 1978, il joue son propre rôle dans Pauline et l’ordinateur, le film de Francis Fehr.

Depuis 2003, il dirige l’Orchestre universitaire de Grenoble, ouvert aux étudiants et musiciens amateurs, sous la direction de Patrick Souillot dans des pièces diverses : une symphonie de Benda, des concertos pour violon de Bach, une messe de Mozart, l’Adagio de Barber, le double concerto pour violon et piano de Mendelssohn, et Lieder de Strauss. Il a dirigé en 2012 l’orchestre Musiques en Seine dans l’ouverture du Barbier de Séville, et l’orchestre Lamoureux lors d’une soirée de gala à Paris pour le Technion, partageant le pupitre avec son ami, le généticien Daniel Cohen. Il a aussi dirigé la Sinfonietta de Lausanne en août 2012 et le concerto en sol de Ravel avec l’Orchestre symphonique de Jérusalem à Jérusalem en octobre 2012, puis à Paris, puis avec l’orchestre symphonique à Shanghai fin 2013, puis d’autres orchestres à Bondy, Marseille, Londres, Astana, Montréal, Bruxelles, Tirana, etc.

Avec Patrick Souillot, il crée en 2012 une structure nationale sur le modèle de La Fabrique Opéra Grenoble, dans de nombreuses villes de France, qui permet de coordonner la production d’opéras coopératifs en y associant les élèves des lycées techniques. Il a mis en scène la Bohème en 2017 et la Traviata en 2019.

[…]

En 2012, il est l’une des personnes prises comme exemple en qualité de prescripteur d’opinion, par le film documentaire français sorti en janvier 2012 : Les Nouveaux Chiens de garde, qui explore les collusions entre les médias français et le pouvoir politique français.

Ceci ne sont évidement que des extraits. Pour comprendre l’homme dans sa totalité et penser son influence, sa politique, il faut lire sa fiche.

Auteur :
Miguel Vasquez
Rédacteur
Publié le 17 janvier 2021

Publié par magrenobloise

Webmagazine

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :