France – Histoire

De fortes tensions secouent en ce moment la Nouvelle-calédonie. Au cœur du problème, le rachat de l’usine métallurgique du sud de la Nouvelle-Calédonie mise en vente par son propriétaire le groupe industriel brésilien Vale.

Qui est Vale ?

Vale anciennement Companhia Vale do Rio Doce (CVRD) est une entreprise minière multinationale et aussi l’un des plus grands opérateurs logistiques du Brésil. Fondé en 1942 à Itabira par des capitaux publics, Vale est devenu leader dans la production et l’exportation du minerai de fer. Il est aussi un producteur d’envergure mondial de nickel, manganèse, alliage de fer, cuivre, bauxite, potasse, kaolin, alumine et aluminium.

Activité
Ses activités dans les secteurs énergétique et logistique sont détenues dans une logique d’intégration verticale (mode de propriété et de contrôle regroupant sous une seule autorité les divers stades de production et distribution concernant un type de biens ou services donnés aux différentes étapes de l’ensemble de la chaîne de valeur. D’une manière plus simple, l’intégration verticale consiste, pour une entreprise, à intégrer dans sa propre activité celle de l’un de ses fournisseurs, ou de l’un de ses clients.) à partir de son activité minière, son secteur d’activité principal, pour réduire les risques et variations de cours liés à ces services. Vale détient ainsi des participations dans des centrales hydroélectriques et a détenu des actifs dans la sidérurgie et dans l’industrie papetière qu’elle a vendus dans les années 2000. Par ailleurs, comme activité logistique, elle détient le Port de Tubarão.

Histoire
En octobre 2006, Vale a acquis le Canadien Inco (l’un des géants mondiaux dans le domaine du nickel), important producteur de nickel et de platine pour 17 milliards de dollars. En novembre 2013, Vale annonce la vente de ses actions dans Norsk Hydro, qu’il détenait à 26,1 %, actions qu’il avait acquises en 2011, lors de la vente de ses activités d’alumine et de bauxite pour 4,9 milliards de dollars. C’est le deuxième producteur d’énergie de la Norvège. Son Président, Svein Richard Brandtzæg est membre du comité directeur du groupe Bilderberg.

Norsk Hydro est présent en France dans différentes usines. Technal à Toulouse (extrusion), Wicona France à Courmelles (aisne), à Lyon (extrusion) et Sapa à Puget-sur-Argens, Hydro Aluminium Extrusion France à Lucé, à Pinon et à Châteauroux, leader du marché en filage d’aluminium (extrusion), Hydro Edex à Lucé (extrusion), Hydro Aluminium Extrusion Service à Lucé (produits métalliques). En 2018, les autorités brésiliennes accusent l’entreprise d’avoir contaminé l’eau de la ville de Barcarena avec des résidus de bauxite. Selon un institut du ministère de la Santé publique, l’incident fait « courir des risques aux pêcheurs et aux communautés vivant dans l’Amazone, l’eau qu’ils boivent et dans laquelle ils se baignent présentant des niveaux élevés d’aluminium et de métaux lourds ». Un documentaire de Bert Ehgartner diffusé sur Arte en 2013, montre les effets sur l’environnement des activités Norsk Hydro sur un site au Brésil. Les autorités brésiliennes infligent une amende de 5 millions d’euros à Norsk Hydro en mars 2018, accusé de provoquer des dégâts environnementaux dans le nord du Brésil avec son usine d’alumine Alunorte. Une décision de justice ordonne également la réduction de 50 % de la production de cette usine.

En avril 2016, Vale annonce la vente de sa participation de 26,87 % dans l’aciérie CSA à ThyssenKrupp pour un montant symbolique. Alfried Krupp, est un industriel allemand, criminel nazi, sportif de voile olympique et un membre de la famille Krupp qui a joué un rôle important en Allemagne au début du xxe siècle. Il est le dernier Krupp à la tête de l’empire industriel fondé par son arrière-grand-père. En juin 1950, les troupes nord-coréennes envahissent la Corée du Sud. Estimant que l’acier allemand est nécessaire à l’armement pour la guerre de Corée, John McCloy, haut-commissaire américain à l’Allemagne occupée, lève la limitation sur la production d’acier allemand, la faisant passer à 11 millions de tonnes. McCloy commence à étudier la grâce des industriels allemands condamnés. Le 5 décembre 1950, Konrad Adenauer écrit une lettre exhortant McCloy à la clémence pour Krupp. Alfried Krupp est libéré le 4 février 1951. La confiscation des biens de la société est annulée et sa fortune personnelle estimée à 10 000 000 de dollars lui est restituée. En outre, chacun de ses quatre frères et sœurs ainsi que son neveu, Arnold von Bohlen, reçoit dix millions de marks en espèces, ou en actions équivalentes, dans deux de ses entreprises industrielles. Alfried reprend le contrôle du groupe en 1953. Aujourd’hui les deux principaux actionnaires sont Alfried Krupp von Bohlen et Halbach-Stiftung (fondation) et Cevian Capital (société d’investissement suédoise fondée en 1996 par Christer Gardell et Lars Förberg , tous deux gérants. Soutenue par Carl Icahn, homme d’ affaires américain, c’est la plus grande société d’investissement activiste d’Europe. Il a des bureaux à Stockholm , Zurich et Londres).

En décembre 1959, l’entreprise accepte de signer un accord avec la commission chargée des dommages de guerre juifs et de verser 2,5 millions de dollars (0,2 % de la fortune familiale), soit 500 dollars par victime survivant.

Pour en savoir plus sur l’histoire du groupe, cliquez-ici.

En décembre 2016, Vale annonce la vente une partie de ses activités dans les fertilisants à Mosaic pour 2,5 milliards de dollars, la moitié en action et l’autre en liquidité. Mosaic est une entreprise américaine produisant du phosphate et de la potasse. Elle est basée à Plymouth au Minnesota aux États-Unis. Elle est issue de la fusion d’IMC Global et des activités de fertilisations de Cargill.

Cargill est une entreprise nord-américaine spécialisée dans la fourniture d’ingrédients alimentaires et dans le négoce de matières premières. Son chiffre d’affaires en 2014 est de 134,9 milliards de dollars américains. Cargill est basée dans le Minnesota, à Minneapolis, avec des implantations dans le monde entier. En 2014, Cargill compte plus de 143 000 employés répartis dans 67 pays. Près de la moitié des 140 millions de tonnes transportées par ses 300 navires en 2005 l’ont été pour son propre compte. La famille Cargill possède 88 % de l’entreprise, ses membres Pauline MacMillan Keinath, Cargill MacMillan Jr, Whitney MacMillan, Marion MacMillan Pictet sont milliardaires. Depuis 2008, Cargill est la plus importante société non cotée des États-Unis devant Koch Industries. Cargill est une firme critiquée en raison de son rôle dans la déforestation à l’échelle mondiale. En 1985, Cargill est devenu la première société agroalimentaire du monde, grâce au développement de ses usines de trituration de soja ou de broyage de cacao, avec un chiffre d’affaires total (négoce inclus) de 32,2 milliards de dollars, loin devant l’Anglo-néerlandais Unilever (21 milliards) et le Suisse Nestlé (17 milliards). Cargill emploie aujourd’hui 142 000 personnes dans 65 pays contre 40 000 personnes en 1985.

En août 2015, Cargill acquiert Ewos, une entreprise norvégienne spécialisée dans la fabrication de fourrage à destination de l’élevage de saumon, pour 1,5 milliard de dollars. Une concentration fut acceptée en 2014 par l’autorité américaine de la concurrence.

Présence en France

Cargill-Haubourdin entre dans le groupe Cargill en 2002, à la suite du rachat de la société Cérestar. C’est une société par actions simplifiée (SAS) française, filiale de Cargill-France qui exploite une amidonnerie de maïs située à Haubourdin dans le département du Nord (France). Elle emploie environ 300 personnes en 2020. Cargill-Haubourdin est l’une des dix sociétés adhérentes de l’Union des syndicats des industries des produits amylacés et de leurs dérivés (USIPA). En août 2020, la Direction régionale des entreprises, de la concurrence, de la consommation, du travail et de l’emploi valide un plan de sauvegarde de l’emploi pour l’usine d’Haubourdin. La direction veut y abandonner l’activité d’extraction d’amidon, qu’elle dit déficitaire, et se recentrer sur la transformation de l’amidon en ingrédient industriel de spécialité pour la pharmacie et l’alimentation infantile.

Cargill est présent depuis 1993 dans la banlieue orléanaise avec une usine de fabrication de produits industriels à base de poulet, cette production est essentiellement destinée à McDonald’s.

Critiques

Cargill a été mise en cause pour l’impact de la déforestation en Amazonie engendré par la culture du soja. Elle est aussi souvent citée, notamment par Jean Ziegler, ancien rapporteur spécial pour le droit à l’alimentation du Conseil des droits de l’Homme de l’ONU, comme un acteur majeur de la crise alimentaire mondiale, en raison de spéculations et de prises de profit massives sur les produits alimentaires de base. Cargill est le fabricant d’un substitut de fromage sous la marque Lygomme ACH Optimum, destiné au marché européen, utilisé par l’industrie agroalimentaire dans leurs pizzas, lasagnes, cheeseburgers en raison de son faible coût et son point de fusion différent. En 2019, Cargill a aussi été mis en cause par l’émission Envoyé spécial. « Les enfants pris au piège », une enquete de Paul Moreira diffusée sur France 2 le 10 janvier 2019) expose la responsabilité de la société dans le travail d’enfants en Côte d’Ivoire lié à sa filière cacao. Le reportage montre aussi que le cacao acheté par la firme provient de zones forestières normalement protégées et qui sont soumises depuis une vingtaine d’années à une intense déforestation. En 2013, la compagnie est au cœur d’une controverse en Colombie après avoir acheté au gouvernement plus de 50 000 hectares de terres alors que celles-ci étaient destinées à être restituées à des paysans qui en avaient été chassés.

En décembre 2018, Vale annonce l’acquisition de Ferrous Resources pour 550 millions de dollars, reprise de dettes comprises. Le même mois, Vale annonce l’acquisition de New Steel, une entreprise spécialisée dans l’innovation dans la sidérurgie, pour 500 millions de dollars.

Le principal actionnaire est Banco Bradesco, la deuxième plus grande banque privée au Brésil (total des actifs), et a grandi en grande partie grâce à des fusions et acquisitions.

Contestations

Après le rachat d’Inco, Vale est la cible d’actions en justice en Nouvelle-Calédonie, lancées par le Comité Rhéébù Nùù et liées au projet Goro Nickel en Nouvelle-Calédonie.

En 2009, l’entreprise rémunère ses actionnaires à hauteur de 2,75 milliards de dollars. Le total de sa masse salariale est inférieur à ce chiffre. Outre cette répartition des revenus, on lui reproche de la pollution, des pratiques antisyndicales, des violations du droit du travail, le recours à des milices paramilitaires, la corruption des autorités des pays où elle exploite des mines. L’entreprise est confrontée à des grèves dures, générées par ses pratiques sociales, comme celle qui dure de juillet 2009 à mars 2010 à la mine de nickel de Grand Sudbury, en Ontario (Canada).

Vale est particulièrement critiquée pour sa participation au barrage de Belo Monte dont la planification autoritaire implique le déplacement de 40 000 personnes, la dévastation et la surexploitation de nouveaux territoires en Amazonie. Cette participation explique qu’elle ait reçu le Public Eye Awards à Porto Alegre (Brésil) en 2012, à l’occasion du Forum social thématique « Crise du capitalisme, justice environnementale et justice sociale » (du 24 au 29 janvier 2012). En fin d’année 2020, un important conflit se déclare avec de violents échaufourés en Nouvelle-Calédonie suite aux décisions de revente au consorsium helvetico-calédonien Prony Roussources.

Accidents miniers

En novembre 2015, la rupture de barrages de Bento Rodrigues a lieu sur un site d’une coentreprise entre Vale et BHP Billiton, faisant 19 morts. Il s’agit alors de la plus grave catastrophe environnementale de l’histoire du Brésil. En 2019, aucun des 21 responsables de l’entreprise mis en cause par la justice n’a encore été jugé, la procédure étant bloquée.

En janvier 2019, un autre barrage appartenant à Vale s’effondre dans la région de Minas Gerais au Brésil, faisant 270 morts. A la suite de cet accident, le P-DG de Vale, Fabio Schvartsman, démissionne temporairement le 2 mars 2019. Conformément à une décision du parquet brésilien qui enquête sur l’effondrement du barrage, trois autres cadres de l’entreprises ont aussi remis leur démission. En septembre, la police brésilienne recommande l’inculpation d’employés de Vale et de la société d’audit allemande TÜV SÜD, accusés d’avoir falsifié des documents pour attester de la solidité du barrage. En novembre, l’Agence nationale des mines révèle que le groupe minier n’a pas informé les autorités d’anomalies sur le barrage de Brumadinho. D’après l’agence : « Si l’ANM avait été informée correctement, elle aurait pu exiger des mesures d’urgence de la part de l’entreprise, ce qui aurait pu éviter la catastrophe ».

Plantation d’eucalyptus
Vale plante des eucalyptus au Brésil avec le « projet de reforestation de l’Amazonie », selon les termes de l’entreprise. 50 000 hectares ont été plantés en 2015, l’entreprise compte en planter encore 170 000. Cette initiative est controversée, car ces arbres ne poussent pas naturellement dans la forêt amazonienne, étant originaires d’Australie. De plus les eucalyptus consomment beaucoup d’eau et appauvrissent le sol en nutriments. Ces arbres ont un feuillage peu dense avec des feuilles poussant verticalement sur les rameaux. La pluie n’est donc pas retenue par le feuillage et ruisselle sur le sol, emportant les nutriments et empêchant des plantes de sous-bois de se développer. La faune ne pouvant pas se nourrir ne réinvestit également pas le milieu.

Vale Inco Nouvelle-Calédonie

Vale Nouvelle-Calédonie, anciennement Goro Nickel est une entreprise d’extraction de minerai et de production de nickel et cobalt, située dans le sud de la Nouvelle-Calédonie et dont l’actionnaire majoritaire à hauteur de 80 %, le groupe brésilien Vale est aussi le partenaire technologique. Vale vend son usine à son directeur le 9 décembre 2020, alors que deux projets s’opposent pour la reprise de cette usine, Sofinor et un projet monté autour de Trafigura*.

Histoire du chantier

Cette entreprise a été créée afin d’exploiter le gisement du plateau de Goro, commune de Yaté. Le complexe industriel se compose d’une mine à ciel ouvert, d’une usine de traitement du minerai basée sur le procédé hydrometallurgique et d’un port dans la baie de Prony. Ce projet est très important à l’échelle du territoire, avec 3500 emplois dont 1350 directs, soit 5 % de la population active, et l’équivalent de 10 à 12 % du produit intérieur brut annuel du territoire. Le projet a subi de nombreux retards. Prévue à l’origine en 2004, l’ouverture a été repoussée en raison de nombreux problèmes politiques, environnementaux et économiques. Les associations environnementales s’inquiètent des rejets dans le lagon des effluents de l’usine, dont Inco garantit l’innocuité. Le démarrage progressif du complexe minier et industriel a débuté en 2010, avec une montée en puissance de la production dès 2011.

L’usine du Sud

L’usine hydrométallurgique doit permettre de traiter de la « terre rouge » (ou latérite) comprenant des basse teneurs de nickel inférieurs à 1,7 % grâce à un procédé de lixiviation par acide sulfurique à 60 bars de pression. Ce procédé de traitement chimique du minerai génère des effluents liquides et solides. Les effluents liquides contiennent des traces des mineraux présents dans le minerai initialement, ils sont traités in-situ dans une unité de traitements des effluents qui permet de rendre le rejet conforme à l’arrêté ICPE du complexe industriel.Les résidus solides,sont eux stockés dans un bassin de stockage. Le site est classé HRI (haut risque industriel) correspondant à Seveso 2. Les effluents liquides traités sont rejetés dans le canal de la Havannah, zone à forte courantologie, au moyen d’un émissaire. Ce dernier point a été l’objet d’une vive opposition de la part des associations environnementales. Vale s’est conformé aux normes européennes les plus restrictives en la matière, notamment en adoptant le seuil de 1 ppm de teneur en manganèse (seuil français pour les rivières).

En septembre 2008 un accord est signé entre Vale et les autorités Kanaks, engageant l’entreprise sur 30 ans, portant sur un suivi environnemental par les autorités coutumières, le reboisement, le développement social et économique. Cet accord est considéré comme exemplaire par Haut-Commissariat des Nations unies aux droits de l’homme. En avril 2009, selon l’association écologiste Coordination de Défense Sud, 44 000 litres d’acide sulfurique pur à 98 % se sont déversés dans le creek de la Baie Nord, tuant immédiatement près de 3 000 poissons, crevettes et anguilles, dont des espèces endémiques. D’après le quotidien Le Monde, Vale Nouvelle-Calédonie a été condamné par le tribunal de Noumea à une amende pour non-respect du code de l’environnement. Il a ensuite été condamné au civil à des dommages et intérêts à verser à 5 associations environnementales locales qui recevront 8 millions de XPF chacune. En mai 2012, une corrosion s’est produite sur l’unité de production d’acide sulfurique par suite de la présence d’eau dans les tuyaux. En mai 2014, une nouvelle fuite de 100000 litres d’effluents d’acide se déverse dans le creek de la baie Nord.

*Trafigura
Trafigura Beheer ou plus simplement Trafigura est une entreprise de courtage pétrolier et d’affrètement maritime spécialisée dans le courtage et le transport des matières premières. C’est dans ce secteur l’un des grands groupes mondiaux (avec Glencore, Vitol et Cargill). À la suite de l’affaire du Probo Koala, elle est jugée responsable, par un tribunal des Pays-Bas, qui la condamne le 23 décembre 2011 à verser des dommages et intérêts aux victimes.

Activité et siège social
Trafigura est l’un des plus grands marchands indépendants de pétrole et de métaux du monde. Son chiffre d’affaires est passé de 9 milliards de dollars en 2001 à 51 milliards en 2007, puis 120 milliards en 2012 (selon Forbes). La société se classe au troisième rang mondial des entreprises indépendantes dans le secteur du négoce pétrolier. La société a 51 bureaux dans 36 pays. Le centre opérationnel de Trafigura est à Genève, l’adresse fiscale est à Amsterdam, le siège social à Lucerne en Suisse. La société Trafigura a son siège administratif à Amstelveen, dans la banlieue d’Amsterdam. C’est uniquement pour des raisons d’optimisation fiscale que l’entreprise mère est immatriculée aux Pays-Bas depuis sa création en 1993. Il a pour actionnaires principaux des sociétés basées à Jersey, à Malte et dans les Antilles néerlandaises.

Pour en savoir plus, lire : Trafigura ; Marc Rich ; Claude Dauphin ; Soco International ; Patrick Maugein ; Quantic.

Auteur :
Georges Plancher
Géographe
Publié le 19 janvier 2021


Publié par magrenobloise

Webmagazine

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :