Géopolitique de l’électricité

Sur le blog géopolitique de l’électricité, le lecteur peut lire différentes informations parmi lesquelles :

18 janvier 2021 – « Quelle sécurité d’approvisionnement électrique en Europe à l’horizon 2030 »
Alors que RTE,récemment, a demandé aux Français de restreindre leur consommation d’électricité lors d’une vague de froid assez modeste, une note d’analyse de France Stratégie vient d’alerter sur la question générale de la sécurité d’approvisionnement d’électricité en Europe à l’horizon 2030. La fermeture importante et non concertée de centrales pilotables peut , dans des circonstances météorologiques rares mais possibles, entraîner des difficultés d’approvisionnement dont la durée serait inadmissible.D’autant plus que de nombreux pays comptent les uns sur les autres pour compléter leur approvisionnement sans que les importations correspondantes aient fait l’objet de concertation. La concertation entre gestionnaires de réseau doit être largement intensifiée , pour la France , RTE seul, ne peut plus apprécié la sécurité d’approvisionnement du pays.La note de France Stratégie , dont l’auteur est Etienne Beeker sera trouvée avec le lien: https://www.strategie.gouv.fr/publications/securite-dapprovisionnement-electrique-europe-horizon-2030.


5 janvier 2021 – Nucléaire : la Chine prend la tête
Le nucléaire chinois est adossé à un secteur électrique gigantesque qui constitue un pôle industriel unique au monde. La Chine produit autant d’électricité que les Etats Unis et l’Union Européenne réunis. Il est donc normal que l’Empire du Milieu soit ou devienne leader mondial pour chaque source d’électricité. Durant longtemps la part de l’atome dans le mix électrique a stagné à 2%, mais il a grimpé récemment à 4,7%, car le pays affiche désormais un objectif climatique ambitieux. La production nucléaire chinoise dépassera probablement la française avant deux ou trois ans et l’américaine avant 2035 et deviendra la première au monde. Les Chinois ont perfectionné les réacteurs français actuels , voie que nous avons abandonnée pour celle calamiteuse de l’EPR. Le réacteur obtenu est le Hualong One, rival de l’EPR. Huit fonctionnent ou sont en construction. EDF prévoit d’en acheter pour sa filiale britannique ce qui donnera au réacteur chinois une référence commerciale pour se déverser sur le monde. Le pouvoir chinois est très soucieux des réactions du public au nucléaire. Greenpeace l’aide par un échange de bons procédés. Pékin autorise son Bureau fort actif de Pékin contre un silence complet sur les activités nucléaires chinoises. Télécharger l’étude.

2 décembre 2020 – La répartition de l’électricité nucléaire d’EDF-(ARENH) – Un dispositif contestable
La Commission Européenne examinant la situation d’EDF sur le marché français a constaté que cette entreprise continuait à garder une part très importante de la clientèle du pays et que les coûts très bas de production de son parc nucléaire empêchaient le developpement des fournisseurs alternatifs. Elle en a conclu qu’EDF abusait de sa position dominante. La solution temporaire mise en place pour pallier à cette situation est la dispositif ARENH, obligeant EDF à partager son courant nucléaire avec ses concurrents. Mais aujourd’hui, le constat est que ce dispositif conduit à des conséquences inverses à la finalité des règles de concurrence: les prix augmentent et EDF, entreprise à la production très compétitive est pénalisée. Or la concurrence, d’après toutes les sources classiques du droit doit favoriser les consommateurs et les entreprises compétitives. Le plus vraisemblable est que la situation d’EDF ne doit pas être examinée dans le marché français, considéré à tort comme le marché pertinent , mais dans le marché dit de la « Plaque » France/Allemagne/Benelux. En ce cas tout rentre dans l’ordre. Si la Cour de Justice européenne devait se prononcer sur cette question,la Commission Européenne devrait justifier le choix du marché français comme marché pertinent alors que cela conduit à des conséquences contraires à la finalité des règles de concurrence, exercice à la réussite incertaine. En cas d’échec, le dispositif ARENH n’aurait plus de justification, et la réorganisation d’EDF (Hercule) non plus.

6 juillet 2020 – Allemagne : Le tournant Gaz naturel-hydrogène- un conflit inédit avec les Etats-Unis
Comme l’indique en termes diplomatiques l’Agence Internationale de l’Energie, l’Allemagne peine à atteindre à court terme ses objectifs climatiques. Les gains de l’efficacité énergétique se font attendre. Les énergies renouvelables restent confinées à un secteur électrique qui correspond à moins de 20% de la consommation d’énergie et le pays s’est privé d’une source importante non carbonée, le nucléaire. L’Allemagne choisit donc, de façon présentée comme transitoire, d’utiliser plus de gaz naturel. Se profile une alliance franco-allemande surprenante, pour éviter que gaz naturel et nucléaire soient exclus de la taxonomie européenne qui désignera les activités dont les investissements seront facilités. Le gaz naturel pourrait aussi être utilisé dans une importante « Stratégie Nationale de l’Hydrogène » en s’appuyant sur une puissante industrie chimique, comme le déplorent déjà les défenseurs de l’environnement. Si un procédé évitant les rejets de CO2 est mis au point, l’industrie automobile allemande est assurée de son avenir. L’Allemagne et les pays européens qui l’imitent auront besoin de plus de gaz que prévu. Le marché européen du gaz est le lieu d’une lutte âpre entre Russes et Américains. Les Etats Unis s’acharnent à torpiller un projet de gazoduc géant entre Russie et Allemagne, ce qui est une grave ingérence dans la politique d’un Etat souverain et allié, l’Allemagne. Les Etats Unis ignorent les protestations allemandes et européennes. Démocrates et Républicains préparent un projet de loi sur la sécurité d’approvisionnement énergétique de l’Union Européenne qu’ils s’efforceront d’imposer. Une stratégie énergie-climat irréelle et une balkanisation politique conduisent l’Union Européenne à être un enjeu impuissant entre grandes puissances.

30 novembre 2018 – Taïwan : Le peuple Taïwanais abroge par référendum la sortie du nucléaire
La nouvelle présidente de l’île-état de Taïwan (23 millions d’habitants) avait dans son programme la sortie du nucléaire. Après une panne géante d’électricité le 15 août dernier, un puissant mouvement pro-nucléaire s’est constitué. Le 24 novembre 2018, par un référendum d’initiative populaire, cette sortie a été repoussée par 59% des votants contre 41%. La participation ayant été largement suffisante (nettement plus de 50%), le vote permet d’invalider les lois correspondantes.

Pour en savoir plus et lire les études correspondantes, cliquez-ici.

Auteur :
Georges Plancher
Géographe
Publié le 20 janvier 2021

Publié par magrenobloise

Webmagazine

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :