Religion

Sceau de la Prélature de la Sainte Croix et Opus Dei

Opus Dei – institution de l’Église catholique romaine fondée en 1928 par Josemaría Escrivá de Balaguer. En 2010, l’Opus Dei compte 89 560 membres dont 87 564 membres laïcs et 1 996 prêtres. Cette organisation a fait l’objet de différentes controverses, notamment en ce qui concerne son aspect secret et son influence politique, ainsi que l’étendue réelle de ses moyens financiers.

À partir de 1945, l’Opus Dei s’implante dans plusieurs pays en Europe : au Portugal en 1945, en Italie et au Royaume-Uni en 1946 ainsi qu’en Irlande et en France en 1947. En 1949, elle s’implante en Amérique du Nord, précisément aux États-Unis et au Mexique.

Les liens étroits qu’entretenait l’Opus Dei avec le régime franquiste lui sont fréquemment reprochés.

Les pays où elle compte le plus de membres sont cependant l’Espagne, l’Italie et les pays d’Amérique latine, qui représentent ses bastions historiques.

Dans le cas de l’Opus Dei, la collaboration des fidèles laïcs est réglée par un lien de type contractuel impliquant des obligations réciproques entre le fidèle laïc (pauvreté, chasteté et obéissance) et la prélature.

  • Le vicaire régional est le représentant du prélat dans sa région.
  • Certaines régions sont divisées en délégations. La même organisation se retrouve avec un vicaire de la délégation et deux conseils.
  • Dans chaque région, pour les questions économiques, le vicaire régional est assisté d’un conseil économique appelé consultatio technica (conseil technique), dont les membres sont désignés par le vicaire et qui est présidé par l’administrateur régional (lui-même désigné par le prélat).

Fidèles
L’« Œuvre » (l’Opus Dei est aussi appelée dans cette formulation courte), basée à Rome, comprend en 2010 environ 90 000 membres — dont 98 % de laïcs — répartis dans une soixantaine de pays. Ils se subdivisent en différentes catégories. Environ 60 % des membres de l’Opus Dei résident en Europe et environ 35 % sur le continent américain.

-> Pauvreté : Les numéraires, femmes ou hommes, sont des membres de l’Opus Dei qui se sont engagés à vie au célibat, à la pauvreté et à l’obéissance. Ils vivent dans les centres (non mixtes) de l’Opus Dei et poursuivent une activité professionnelle à l’extérieur. Au sein de l’Opus Dei, ils sont principalement chargés de recruter de nouveaux membres et d’assurer la formation et la direction spirituelle des autres membres. De ce fait, selon les constitutions internes de l’Opus Dei, les numéraires sont obligatoirement des personnes diplômées de l’enseignement supérieur et/ou qui s’engagent à poursuivre leur formation universitaire. Les numéraires versent l’entièreté de leurs revenus à l’Œuvre, qui leur en redistribue ensuite une partie en fonction de leurs besoins. Ils sont incités à se surpasser dans leur travail tout en poursuivant leur propre formation spirituelle de manière intensive. Les numéraires représentent environ 20 % des membres de l’organisation

-> Membres : Claude Bébéar ; Familles royales d’Europe ; Jean-Claude Gaudin ; Femme du Parti Travailliste en Angleterre ; etc etc.

-> Installations médicales en Afrique

Influence sur l’Eglise catholique
La discrétion dont fait preuve l’Opus Dei a entraîné une réputation de lobbying auprès des instances politiques et d’infiltration au sein d’autres organes de l’Église.

Affairisme, élitisme et scandale
Objet de la controverse
La presse internationale, reprenant les critiques d’anciens membres de l’Opus Dei, lui reproche souvent d’être affairiste et préoccupée par des considérations financières, de demander à ses membres numéraires de reverser l’intégralité de leurs revenus à l’Opus Dei, et de chercher à recruter des membres qui perçoivent ou pourront percevoir des salaires importants. L’un des soupçons à l’égard de l’Opus Dei est qu’elle se servirait des classes dirigeantes économiques et politiques pour évangéliser les peuples. L’Opus Dei est accusée d’élitisme, de cibler « les élites intellectuelles, ceux qui ont bien réussi et ceux qui ont une place sociale prééminente ».

Le bureau principal de la prélature de l’Opus Dei à New York

Réponse des autorités de l’Eglise catholique
Le cardinal John Joseph O’Connor, ancien archevêque de New York, aujourd’hui décédé, réfutait cette critique : « Je crois qu’il est important de chasser l’idée, une idée dont vous avez l’habitude et qui frôle la calomnie, que l’Opus Dei privilégie seulement les riches et les intellectuels. »

Cette critique est aussi réfutée par le pape Jean-Paul Iᵉʳ qui déclare lors d’une interview en 1978 (il était alors le cardinal Luciani) : « Les journaux s’occupent souvent de l’Opus Dei, mais avec de nombreuses imprécisions (…). L’extension, le nombre et la qualité des membres de l’Opus Dei ont fait penser à je ne sais quelles ambitions de pouvoir ou je ne sais quelle obéissance aveugle et grégaire. La vérité est autre : il n’y a que le désir de faire des saints, mais dans la joie, avec un esprit de service et une grande liberté ».

Scandales politiques et financiers

Plusieurs scandales politico-financiers ont éclaboussé l’Œuvre, soit par l’appartenance des personnes impliquées à l’organisation, soit par les rivalités de pouvoir des différents courants au sein de l’Église :

  • 1969, le scandale Matesa en Espagne ;
  • 1975, la création de la société nationale d’agriculture par l’Opus Dei au Chili pour contrer le gouvernement chilien du président Frei (prédécesseur de Salvador Allende) et s’opposer aux réformes agraires ;
  • 1983, en Espagne, le scandale Rumasa.

Des membres de l’Opus Dei seraient possiblement mêlés aux scandales de la banque Ambrosiano et de la Mafia.

Légion du Christ : La congrégation est présente dans une vingtaine de pays et quatre continents, mais surtout sur le continent américain (Amérique du Sud, Mexique et États-Unis).

Critique de méthode de congrégation :

L’activisme des légionnaires du Christ est parfois vu comme étant trop directif. En France, notamment, l’ouverture d’un petit séminaire soulève des problèmes sur l’âge du discernement. Cependant en 2015, le petit séminaire a été ouvert aux élèves ne se préparant pas à la prêtrise. Les Légionnaires du Christ sont parfois considérés comme des concurrents par les ordinaires diocésains. C’est notamment parce qu’il les accusait de « créer une Église parallèle » que l’archevêque du Minnesota (États-Unis), Mgr Flynn, a interdit toute activité des légionnaires du Christ dans son diocèse. Le diocèse de Columbus, dans l’Ohio, a adopté la même politique envers les Légionnaires et Regnum Christi dès octobre 2002.

Il leur est aussi reproché d’être trop proches des milieux d’affaires et de gérer des sommes importantes sans suffisamment de transparence. Une partie de la hiérarchie catholique est aussi très critique envers le père Maciel. Pour Mgr O’Brien, archevêque de Baltimore, le père Maciel est un « entrepreneur génial qui, avec des tromperies systématiques, a utilisé la foi pour manipuler les autres en fonction de ses intérêts égoïstes »

Auteur :
Nicole Pras
Publié le 21 janvier 2021

Publié par magrenobloise

Webmagazine

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :