Les constructeurs de l’Europe et inspirations

Walter Hallstein

Durant la guerre, il fut officier de la Wehrmacht en France. Capturé par les troupes américaines en 1944, il passa le reste de la guerre dans un camp de prisonniers de guerre aux États-Unis. Après la guerre, il fut professeur invité à l’université de Georgetown (état de Washington aux États-Unis) avant de revenir en Allemagne où il reprit sa carrière universitaire jusqu’à ce qu’il commence une carrière diplomatique en 1950. Il devint alors le principal fonctionnaire de l’office des Affaires étrangères où il donna son nom à la doctrine Hallstein, la politique ouest-allemande visant à isoler diplomatiquement la RDA.

Défenseur d’une Europe fédérale, Hallstein a joué un rôle clef dans l’intégration européenne et dans la réhabilitation de l’Allemagne de l’Ouest après la guerre, s’opposant au ministre fédéral de l’Économie Ludwig Erhard sur le chemin à prendre pour promouvoir l’intégration européenne. Il fut l’un des architectes de la Communauté européenne du charbon et de l’acier (CECA) et premier président de la Commission de la Communauté économique européenne (CEE), qui deviendra plus tard l’Union européenne. Il occupa cette fonction de 1958 à 1967 et resta le seul Allemand à avoir exercé cette fonction jusqu’à la nomination d’Ursula von der Leyen en 2019.

Robert Marjolin – En 1962, avec Robert Triffin, économiste belgo-américain membre d’un think tank alors influent, le Conseil des relations étrangères (CFR) de New York, et conseiller économique du Comité d’action pour les États-Unis d’Europe de Jean Monnet, il élabore un programme d’action pour le deuxième étage de la Communauté économique européenne. Ce programme se proposait de réformer le traité de Rome dans le sens d’interprétation maximaliste de l’article 108, ouvrant la voie à la réalisation d’une Union économique et monétaire. Marjolin a également présenté des projets d’adaptation à l’échelle européenne de la planification française, sous l’appellation de « politique économique à moyen terme ».

N’étant pas soutenu par le gouvernement français, il quitte la Commission européenne en 1967, pour être remplacé par Raymond Barre.

Après son départ de la Commission, il est membre du Conseil d’administration de la Royal Dutch Shell. Il est consulté comme expert des questions européennes (rapport Marjolin de 1975 sur l’Union économique et monétaire).

Robert Triffin : Conseiller du président Kennedy, Robert Triffin obtient en 1929, à l’âge de 18 ans. il soutient une thèse de doctorat sur la théorie de la concurrence imparfaite à l’Harvard, aux États-Unis en 1938, université dans laquelle il est nommé assistant. Il réalise des missions en Amérique latine pour le compte de la Réserve fédérale des États-Unis dans les années 1940. Il prône la réforme du Fonds monétaire international

Dilemme de Triffin : le dilemme de Triffin conduit à penser que tout système monétaire international assis sur une devise clé unique, en l’occurrence le dollar, est instable.

Sicco Mansholt : Il est de nos jours connu comme l’un des Pères de l’Europe et l’un des principaux artisans de la Politique agricole commune (PAC). ans une lettre (ouverte) adressée le 9 février 1972 au Président de la Commission européenne Franco Maria Malfatti, Sicco Mansholt fit grand bruit en prônant une politique écologiste fondée sur la décroissance de l’économie, après avoir lu le rapport Meadows, publié la même année par le Club de Rome et publié en France sous le titre Halte à la croissance ?. Il y défendait aussi l’idée d’un revenu minimum garanti à l’échelle européenne.

Parmi les Français, le président Georges Pompidou, le vice-président de la Commission européenne Raymond Barre et le secrétaire général du Parti communiste français Georges Marchais critiquèrent durement la « Lettre ». André Gorz la commenta favorablement dans Le Nouvel Observateur et invita Mansholt à un débat du magazine organisé à Paris le 13 juin 1972 avec la participation de Herbert Marcuse et Edgar Morin.

Bernard Charbonneau nota le revirement de Mansholt dans son ouvrage Notre table rase en 1974 : après avoir, selon lui, notablement contribué à la destruction de l’agriculture paysanne et favorisé le développement de l’agriculture industrielle pour subvenir aux besoins européens, Mansholt milita en faveur de l’écologie et de la limitation de la croissance.

Pour savoir qui est Herbert Marcuse, son oeuvre et son influence, cliquez-ici.
Cliquez-ici pour savoir qui est Edgar Morin, cliquez-ici pour savoir qui est Sabah Abouessalam, la femme d’Edgar Morin et découvrir son oeuvre.

Auteur :
Nicole Pras
Publié le 23 janvier 2021

Publié par magrenobloise

Webmagazine

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :