Personnalités

Peter Sutherland était un homme politique et un homme d’affaires irlandais.

Depuis janvier 2006, il était le représentant spécial du Secrétaire général des Nations unies pour les migrations internationales. Très actif au niveau international, il a été notamment commissaire européen à la concurrence (1985-1989), secrétaire-général fondateur de l’Organisation Mondiale du Commerce (OMC) (1993-1995) et président de Goldman Sachs International (2005-2015). Artisan des grandes libéralisations de l’Union Européenne, il a aussi été qualifié de « père de la mondialisation ». Il fut directeur général du GATT et de l’OMC de 1993 à 1995.

Peter Sutherland est aussi le représentant honoraire pour l’Union européenne du Transatlantic Policy Network.

De 2006 à sa mort, il exerce la fonction de représentant spécial du Secrétaire général des Nations unies pour les migrations internationales. De 2015 à 2017, il est directeur de la Commission International Catholique sur la Migration (ICMC). A son entrée en fonction, il note que la commission a un rôle à jouer pour engager plus activement l’Église catholique dans les questions de migration.

Dans sa fonction comme envoyé spécial des Nations unies, Peter Sutherland a proposé aux États de l’Union européenne de « miner » ou d’« affaiblir » leur homogénéité nationale car la prospérité future des États dépendra, selon lui, de leur ouverture internationale.

Il a été membre du comité directeur du groupe Bilderberg.

Il prend position contre la sortie du Royaume-Uni de l’Union européenne. Dans le Financial Times, il écrit que « L’un des paradoxes les plus désolants au sujet d’un éventuel “Brexit” est que Londres a remporté un grand succès en façonnant une Union européenne libre-échangiste à sa propre image. »

Karel De Gucht qui est juriste de formation, a vertement critiqué en octobre 2012 les positions protectionnistes du ministre du Redressement industriel français Arnaud Montebourg, affirmant que « la France ne peut pas, seule, redistribuer les cartes du commerce mondial. »

Samuel Huntington a décrit les participants à la réunion annuelle comme appartenant à l’espèce de « l’homme de Davos », en référence à une élite mondiale dont les membres se projettent dans une dimension purement globale.

Voir également Ronald Lauder,président du Congrès juif mondial et Sheldon Adelson mort le 12 janvier 2021.

 Fondation Schwab : Leader d’opinion sur l’innovation sociale en 2019 – Roberto Mangabeira Unger.
Il propose d’une part des formes de mondialisation alternatives – une réorientation du commerce international, une restructuration des institutions multilatérales du système de Bretton Woods et un ensemble d’arrangements entre les puissances du BRIC (Brésil, Russie, Inde, Chine) qui transformerait progressivement la nature de l’hégémonie américaine tout en créant une forme de mondialisation plus favorable au pluralisme. D’autre part, il continue de se battre énergiquement pour une reconstruction mondiale devant venir des tentatives de réorientation des projets nationaux. Selon lui, seulement en essayant de développer un projet national de remplacement à ce qui est appelé le néo-libéralisme, c’est-à-dire ce qui est inspiré par la forme actuelle de la mondialisation, devient-il possible de réaliser l’idée de changer les règles du régime mondial actuel.

Roberto Mangabeira Unger (1947)

Auteur :
Nicole Pras
Publié le 23 janvier 2021

Publié par magrenobloise

Webmagazine

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :