Théorie du complot ou stratégie présidentielle ?

OPINION. La communication de non évènements s’intensifie. Les diversions, les affaires dans les affaires, sont de plus en plus nombreuses, avec des titres de presse de plus en plus sensationnels pour empêcher de percevoir et relier les effets épars mais bel et bien coordonnés de la stratégie présidentielle. Regardons quelques effets.

Théorie du complot ou stratégie présidentielle ?

1 : Il y a 18 mois notre président changeait les règles de comptabilité interdisant aux coopératives de défrayer leurs achats. Conséquence elles versent plus d’impôts sur les sociétés et le volume de prélèvements obligatoires proportionnel au chiffre d’affaires a augmenté. Étonnamment cela ne concerne pas le CAC40 qui défraye énormément pour éviter l’impôt. Pourquoi distordre les règles de concurrence contre les seules coopératives, sinon pour casser un modèle économique opposé de celui des commanditaires de l’Élysée ?

2 : Premier confinement, le ministre de l’économie annonçait que les rentes des actionnaires du CAC seraient garanties par l’état. Nous citoyens, finançons donc les actionnaires-spéculateurs qui ont parié en bourse et dont les cours se sont effondrés au premier confinement. Macron s’est engagé à leur verser avec nos impôts, le manque à gagner de la période !

3 : Actuellement notre ministre de l’économie annonce un plan d’aide pour les entreprises réalisant au moins 1 million d’euros de chiffre d’affaires mensuel. Ces dernières seront exonérées de cotisations sociales. Pourquoi ce choix de PME volumineuses ? La réponse se trouve dans les GOPE (Grandes Orientations de Politique Économique de l’Europe). Pour les GOPE la France est peu « productive » et ne dégage pas « d’économies d’échelle » suffisantes. Traduire par : trop de petites entreprises qui ne génèrent pas de rentes pour les actionnaires. Une petite entreprise ne génère que quelques salaires et quelques cotisations à l’état alors il vaut mieux sauver les plus grosses entreprises, que peu de particuliers pourront racheter, et ainsi mieux rémunérer actionnaires et banques.

4 : Les rachats de dettes par la BCE et l’émission de monnaie sont un plan de relance nous dit-on ! Quelle absurdité. La consommation qui va venir remplir les carnets de commandes des entreprises est-elle relancée ? Non évidemment ! Si donner cet argent aux banques, peut en communication grand public passer pour une relance économique, c’est en réalité une injection de centaines de milliards de cash en spéculation au profit des plus grands ! Les seuls effets sont l’envolée des titres du CAC et des GAFAM.

5 : La suppression progressive de la monnaie papier ! Qui cela peut-il pénaliser ? Les banques dont toutes les transactions sont électroniques, ou bien le petit commerce ? Note : une fois cette monnaie supprimée, les grands de ce monde, les multinationales pourront toujours faire du hors bilan vers l’étranger et échapper à l’impôt. Le petit lui, verra de fait la pression fiscale augmenter sur son dos pour pallier à l’évitement fiscal des plus gros. Cerise sur le gâteau, les banques, avec leurs logiciels d’analyse, pourront déterminer si les petits fraudent et pourront les dénoncer au fisc !

6 : La justice fiscale. Depuis le début du mandat le fisc exonère les plus riches et les rentiers en dividendes (bouclier fiscal, exonération sur les dividendes boursiers) et pour les plus grands fraudeurs leur fait des impôts à la carte, tandis que les plus pauvres sont traqués de manière plus systématique !

7 : Les amortisseurs sociaux. Ils subissent un grand nombre d’attaques. Le durcissement à venir des conditions d’accès au chômage passant de 3 mois cotisés et 2 ans d’indemnités à 70% à 6 mois cotisés pour 1 an indemnisé (et dégressif la seconde année) dans les conditions actuelles de crise économique montre très bien que l’on veut obliger les chômeurs à prendre n’importe quel poste avec un salaire peu élevé. En croisant ces mesures avec celles de Hollande sur les licenciements sans justification, la volonté derrière ce texte ne peut être que d’avoir des gens affamés, apeurés et dociles.

7b : Les conditions d’accès aux prestations sociales se durcissent et la recherche des fraudeurs également. Certes on ne peut qu’acquiescer à la recherche de fraudeurs mais le fait qu’en même temps (la fameuse maxime présidentielle) il y ait des cadeaux aux plus nantis (et une tolérance du fisc envers eux) a tout de même de quoi sidérer ! Note : parallèlement la communication mainstream oriente continuellement la colère contre les petits fraudeurs du social tout en encensant les gros fraudeurs devenus ultra riches, un comble !

7c : Ce pouvoir veut confier la gestion de la branche retraite aux « amis » du privé. A chaque perte « volontaire » de recettes de la branche vieillesse, la macronie et les médias hurlent à la réduction des déficits et accélèrent la privatisation. Rappelons quels en seront les effets. Les économies des cotisants iront à des fonds de pension. Quand cet argent produira des plus values, il y aura distribution de dividendes aux plus nantis et quand il y aura des pertes, il y aura une décote allant jusqu’à -50% des pensions retraite. C’est exactement ce qui s’est passé pour 50 millions de retraités américains en 2008. Aujourd’hui en 2021, alors que tous les records des 30 dernières années sont battus en bourse, que les fortunes des milliardaires ont bondit de 420% en France et de 200% aux USA, les pensions des séniors sont toujours amputées de 50% et certains emballent des cartons à la sortie des supermarchés !

8 : Le gouvernement fait fermer les lieux de vie, de socialisation, créant liens et échanges… échanges qui peuvent permettre de reconnaitre dans les difficultés d’autrui sa propre situation. Il y a là un double effet d’aubaine pour les plus nantis : éviter que les gens ne se reconnaissent dans la même situation en dépit de statuts sociaux différents (salariés, libéraux, artisans etc. petites PME) et ne se révoltent. Deuxièmement lorsque ces petits commerces, ayant plus de difficultés à s’adapter car ayant moins de fonds propres, ferment, vers quelles entreprises se tournent les consommateurs ? C’est une formidable embellie pour les grandes entreprises.

9 : Face à ce déferlement d’attaques contre le bien être des citoyens, contre l’éducation, contre la santé, contre les moyens de les défendre (police-armées-justice), la réponse devrait venir de l’état or notre président fait volontairement l’inverse et accélère la casse. L’état, noyauté par le grand capital dont Macron n’est que le fondé de pouvoir ne remplit plus son rôle. Pire l’outil étatique sert à s’autodétruire. Exemple : en 1973 Pompidou empêcha la France de se financer à taux zéro auprès du trésor public, depuis il emprunte à des banques pour financer ses investissements. Progressivement les montants d’emprunts ont augmenté –beaucoup-, les raisons de l’emprunt ont changé. Avant c’était au motif des grands travaux maintenant pour les salaires et retraites des fonctionnaires. En 45 ans rien que le remboursement des intérêts avoisine les 2200 milliards (soit la dette totale de l’état. Correspondance ou effet de vases communicants ?!). Cette année 2020 Macron a emprunté 330 milliards d’€ ce qui génèrera de l’argent et des profits pour les grandes banques. En effet, même si l’on vous bassine avec le fait que les intérêts sont négatifs, la monnaie étant créée à partir de rien par les banques privées, la rembourser avec nos impôts même sans intérêts c’est donner de l’argent bien réel tandis qu’il viendra à manquer à l’éducation, la police, les armées, la santé etc. Bref l’état noyauté à détourné nos impôts de leurs cibles pour les donner aux plus nantis.

On peut citer plein d’autres faits éparpillés : dans le social, le fiscal, l’économique, le bancaire, les transferts, les règles de comptabilité, les interdictions sanitaires et on voit bien ce qui se dessine tant toutes ces mesures vont dans le même sens. C’est un massacre économique et social sans précédent ! Nos plus nantis ont méticuleusement créé des mécanismes de ponction et ont désolidarisé leur fortune du destin de ceux qui produisent la richesse, ils continuent donc sans sourciller. Un esprit un peu sombre -ou réaliste- vous dirait que cette paupérisation galopante, cette casse des acquis sociaux et du bien commun, est une excellente réussite de la classe dirigeante d’un point de vue stratégique. La casse est là et sera durable tant les écoles et universités, les savoirs critiques (économie et histoire notamment) sont également attaqués. L’état est-il encore ? Il n’est déjà plus dans l’esprit des communautés qui pensent qu’un après sans état sera mieux. Je pense au contraire que sans retour à un état stratège fort, protecteur du plus grand nombre de ses citoyens, avec des frontières (pouvant réellement filtrer hommes, produits et capitaux), ce sera plus de pauvreté et chaos. En poussant plus loin l’anticipation, un tel chaos va créer mal-être, suicides, violence et moins de natalité. Quelqu’un dit malthusianisme déguisé ? A vous de voir comment vous voulez interpréter les prémisses citées ci dessus. Les associer et trouver un sens n’a rien de conspirationniste, tout juste est-ce de l’herméneutique (l’art de trouver le sens des choses).

Auteur :
Julien LOVATO
Ingénieur en organisation
Publié le 25 janvier 2021

Publié par magrenobloise

Webmagazine

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :